Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

APPIA (A.) (repères chronologiques)

1862 1er septembre, naissance d'Adolphe, François, Appia à Genève.

1880-1890 Études musicales à Genève, Leipzig, Paris et Dresde. En 1882, il se rend pour la première fois à Bayreuth, où il assiste à une représentation de Parsifal.

1891-1892 Appia rédige ses premières réflexions, Notes de mise en scène pour l'Anneau du Nibelungen, et effectue ses premiers croquis et grandes esquisses en vue de réformer la mise en scène du drame musical.

1895 Publication de La Mise en scène du drame wagnérien et amorce de La Musique et la scène, qui sera publié en 1899. Travaille à la mise en scène de Parsifal et des Maîtres chanteurs.

1906 Fin avril, la rencontre (qualifiée de « choc« par Appia) avec Jaques-Dalcroze, lors d'une démonstration de gymnastique rythmique, est le point de départ d'une féconde collaboration, qui s'étendra jusqu'en 1912.

1908 Première intervention sur le lieu scénique. Appia intervient pour relier la salle et la scène du Théâtre du Jorat par un grand escalier.

1914 En février, première rencontre entre Appia et E. G. Craig lors de la présentation de leurs œuvres à l'Exposition internationale de théâtre à Zurich.

1916-1921 Affirmation et développement de l'œuvre écrite et graphique d'Appia, notamment dans le domaine de la lumière, qui doit être utilisée de manière « active » et comme un « moyen d'expression dramatique ». Publication de L'Œuvre d'art vivant (1921).

1922 Une exposition internationale à Amsterdam, permet à Appia de formuler une brève synthèse sur le lieu de représentation : « Une nécessité m'apparut : le théâtre doit être un espace vide, avec seulement un toit, un sol et des murs, à l'intérieur de cet espace il faut dresser pour chaque nouveau type de pièce une nouvelle sorte de scène et d'auditorium temporaire. Nous découvrirons ainsi de nouveaux théâtres, car chaque type de drame réclame un type spécial de lieu scénique » (Art vivant ou nature morte).

1923-1925 Les décors et mises en scène créés par Appia pour Tristan et Isolde à la Scala de Milan (1923), L'Or du Rhin puis de la Walkyrie à Bâle (1924-1925), le laissent insatisfait. Il juge qu'ils échouent à concrétiser ses théories. Il cesse toute pratique scénique, mais poursuit les études graphiques pour le théâtre (Le Roi Lear, Macbeth, Faust) et la publication d'articles.

1928 Le 29 février, mort d'Adolphe Appia à Nyon.

— Jean CHOLLET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • L'ŒUVRE D'ART VIVANT, Adolphe Appia

    • Écrit par Jean CHOLLET
    • 276 mots

    Scénographe, metteur en scène, praticien et théoricien suisse, Adolphe Appia (1862-1928), est à l'origine des plus profondes évolutions scéniques du théâtre moderne. Sa réflexion s'amorce en réaction à la représentation du drame wagnérien, qui trahit à ses yeux l'esprit de l'œuvre, par un excès...

  • ŒUVRE D'ART TOTALE

    • Écrit par Philippe JUNOD
    • 8 384 mots
    • 2 médias
    ...Le théâtre lyrique est aujourd'hui la forme la plus complète de l'art synthétique et la seule qui permette la fusion du mot, du son, de la couleur. » Appia, auteur en 1895 de La Mise en scène du drame wagnérien, ne se privait pas, tout comme Camille Mauclair (1872-1945), E. G. Craig (1872-1966) ou...
  • SCÉNOGRAPHIE

    • Écrit par Jean CHOLLET
    • 6 524 mots
    • 3 médias
    On peut situer l'origine des plus profondes révolutions de la scénographie contemporaine dans les théories développées par le metteur en scène et scénographe suisse Adolphe Appia (1862-1928). À partir de l'étude d'une mise en scène de l'œuvre de Wagner, L'Anneau du Nibelung...
  • SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

    • Écrit par Alain PERROUX, Alain SATGÉ
    • 7 185 mots
    • 5 médias
    Le théoricien et metteur en scène suisse Adolphe Appia tire toutes les conséquences de cette contradiction dans deux essais capitaux, La Mise en scène du drame wagnérien (1895) et La Musique et la mise en scène (1899), dans lesquels il s'inspire de l'idéalité et de l'essentialité de la durée musicale...
  • THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

    • Écrit par Robert PIGNARRE
    • 8 347 mots
    • 1 média
    ...l'autre, procédant de Wagner et du symbolisme, et spéculant, avec Gordon Craig, sur l'essence du théâtre – la théâtralité – a pour théoricien Adolphe Appia, qui inscrit les figures du jeu dans un espace quasi abstrait, propre à dégager la « structure intellectuelle du drame ». Au confluent de...

Voir aussi