APPIA (A.)(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

1862 1er septembre, naissance d'Adolphe, François, Appia à Genève.

1880-1890 Études musicales à Genève, Leipzig, Paris et Dresde. En 1882, il se rend pour la première fois à Bayreuth, où il assiste à une représentation de Parsifal.

1891-1892 Appia rédige ses premières réflexions, Notes de mise en scène pour l'Anneau du Nibelungen, et effectue ses premiers croquis et grandes esquisses en vue de réformer la mise en scène du drame musical.

1895 Publication de La Mise en scène du drame wagnérien et amorce de La Musique et la scène, qui sera publié en 1899. Travaille à la mise en scène de Parsifal et des Maîtres chanteurs.

1906 Fin avril, la rencontre (qualifiée de « choc« par Appia) avec Jaques-Dalcroze, lors d'une démonstration de gymnastique rythmique, est le point de départ d'une féconde collaboration, qui s'étendra jusqu'en 1912.

1908 Première intervention sur le lieu scénique. Appia intervient pour relier la salle et la scène du Théâtre du Jorat par un grand escalier.

1914 En février, première rencontre entre Appia et E. G. Craig lors de la présentation de leurs œuvres à l'Exposition internationale de théâtre à Zurich.

1916-1921 Affirmation et développement de l'œuvre écrite et graphique d'Appia, notamment dans le domaine de la lumière, qui doit être utilisée de manière « active » et comme un « moyen d'expression dramatique ». Publication de L'Œuvre d'art vivant (1921).

1922 Une exposition internationale à Amsterdam, permet à Appia de formuler une brève synthèse sur le lieu de représentation : « Une nécessité m'apparut : le théâtre doit être un espace vide, avec seulement un toit, un sol et des murs, à l'intérieur de cet espace il faut dresser pour chaque nouveau type de pièce une nouvelle sorte de scène et d'auditorium temporaire. Nous découvrirons ainsi de nouveaux théâtres, car chaque type de drame réclame un type spécial de lieu scénique » (Art vivant ou nature morte).

1923-1925 Les décors et mises en scène créés par Appia pour Tristan et Isolde à la Scala de Milan (1923), L'Or du Rhin puis de la Walkyrie à Bâle (1924-1925), le laissent insatisfait. Il juge qu'ils échouent à concrétiser ses théories. Il cesse toute pratique scénique, mais poursuit les études graphiques pour le théâtre (Le Roi Lear, Macbeth, Faust) et la publication d'articles.

1928 Le 29 février, mort d'Adolphe Appia à Nyon.

—  Jean CHOLLET

Écrit par :

Classification


Autres références

«  APPIA ADOLPHE (1862-1928)  » est également traité dans :

APPIA (A.)

  • Écrit par 
  • André VEINSTEIN
  •  • 1 274 mots

Décorateur de théâtre, metteur en scène et essayiste suisse, Adolphe Appia est né à Genève, le 1er septembre 1862, et mort à Glérolles (près de Nyon), le 29 février 1928. Son œuvre et ses écrits contiennent la plupart des principes de réforme scénique qui ont inspiré le renouvellement artistique du théâtre moderne.Pour une réform […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-appia/

L'ŒUVRE D'ART VIVANT, Adolphe Appia

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 275 mots

Scénographe, metteur en scène, praticien et théoricien suisse, Adolphe Appia (1862-1928), est à l'origine des plus profondes évolutions scéniques du théâtre moderne. Sa réflexion s'amorce en réaction à la représentation du drame wagnérien, qui trahit à ses yeux l'esprit de l'œuvre, par un excès de naturalisme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-oeuvre-d-art-vivant/#i_4696

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 393 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des arts de la scène »  : […] Or la scène, marquée par l'impact du wagnérisme, ne pouvait manquer d'offrir à ces rencontres un espace privilégié . En 1894, Albéric Magnard (1865-1914) déclarait, dans un article consacré à La synthèse des arts dans la Revue de Paris  : « Le théâtre lyrique est aujourd'hui la forme la plus complète de l'art synthétique et la seule qui permette la fus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvre-d-art-totale/#i_4696

SCÉNOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 522 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Adolphe Appia »  : […] On peut situer l'origine des plus profondes révolutions de la scénographie contemporaine dans les théories développées par le metteur en scène et scénographe suisse Adolphe Appia (1862-1928). À partir de l'étude d'une mise en scène de l'œuvre de Wagner, L'Anneau du Nibelung , il publie deux essais capitaux : La Mise en scène du drame wagnérien (1895) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie/#i_4696

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 224 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Le temps des théories : la critique du naturalisme »  : […] La notion de mise en scène conçue comme organisation globale et unitaire du spectacle d'opéra n'apparaît pas avant le xix e  siècle ; jusque-là, le « machiniste », éventuellement assisté du librettiste et du maître de ballet, règle les changements à vue et les entrées des chanteurs, dont la gestuelle et les déplacements sont déterminés par l'impro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie-lyrique/#i_4696

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Histoire

  • Écrit par 
  • Robert PIGNARRE
  •  • 8 346 mots

Dans le chapitre « Du siècle des Lumières à l'ère industrielle »  : […] Dans toute l'Europe, le théâtre compte désormais parmi les lieux d'élection où se célèbrent les rites de l'esprit de société. Néanmoins, en ce temps où le mouvement des idées commande l'évolution conjuguée des mœurs et des formes littéraires, la création dramatique reste en retrait par rapport, en particulier, à l'essor du roman. En France, le fait caractéristique est la décomposition de la tragéd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-histoire/#i_4696

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La scène

  • Écrit par 
  • Alfred SIMON
  •  • 10 027 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La scène architecturée »  : […] Jusque-là, aucun changement radical n'est intervenu. Le décor des peintres résout le problème du décor illusionniste en niant la perspective et le volume en trompe l'œil. Il ne remet pas en question la scène frontale, et celle-ci ne doit sa liberté relative qu'aux couleurs. Quant à l'acteur, il se trouve intégré au décor, plutôt noyé dans le chatoiement des couleurs par son costume et son maquilla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-scene/#i_4696

Pour citer l’article

Jean CHOLLET, « APPIA (A.) - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/appia-reperes-chronologiques/