LAVELLI JORGE (1931- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Buenos Aires, formé à l'université du Théâtre des Nations, à Paris. Lavelli est un des metteurs en scène les plus originaux de ces quelques dernières années. Premier prix au concours des Jeunes Compagnies dramatiques en 1963, il révèle en France Witold Gombrowicz avec la pièce Le Mariage (1963), puis avec Yvonne, princesse de Bourgogne. Lavelli libère l'imaginaire sans crainte de la démesure, tapageuse parfois, mais toujours avec rigueur. Son talent visuel et sonore se double toujours d'un excellent travail sur l'acteur. Tenté par l'esthétisme fragile, il a monté la version que donna Jean Vauthier de la Medea de Sénèque et Le Concile d'amour d'Oskar Panizza. Avec plus de rigueur, il mit en scène plusieurs pièces d'Arrabal, dont L'Architecte et l'empereur d'Assyrie (1967). Plus réussie encore sera sa mise en scène de L'Échange de Claudel, qui se caractérise par une jeunesse, une justesse de ton, une vérité et un parfait équilibre des corps et des voix. Lavelli fait également connaître les œuvres de son compatriote Copi, en montant l'Homosexuel, ou la Difficulté de s'exprimer (1973) et Les Quatre Jumelles (1974).

Cependant, malgré de nouvelles mises en scène au théâtre — La Mante polaire de Rezvani (1977), La Tour de Babel d'Arrabal (1979), Le Conte d'hiver (dans la cour d'honneur du palais des Papes à Avignon en 1980) —, il se tourne de plus en plus vers l'opéra où ses audaces apparaissent comme une provocation. En 1975, en même temps qu'il met en scène un magique Idoménée, son Faust, réinscrit dans un étonnant décor de poutrelles et de verrières dû à Max Bignens, suscite le scandale et la polémique. Mais il s'impose définitivement avec La Traviata, créée au festival d'Aix, en 1976. Il parcourt toutes les grandes scènes, tant en France qu'à l'étranger. En 1980, il monte Dardanus de Rameau, Les Noces de Figaro, de nouveau à Aix, avant de présenter L'Heure espagnole, puis Le Château de Barbe-Bleue à Nancy. Les années suivantes v [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : metteur en scène, conseiller en éducation populaire et techniques d'expression

Classification


Autres références

«  LAVELLI JORGE (1931- )  » est également traité dans :

LE BONNET DE FOU et SIX PERSONNAGES EN QUÊTE D'AUTEUR (L. Pirandello)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 300 mots

Deux pièces de Luigi Pirandello ont été représentées simultanément en octobre 1997, à Paris (Théâtre de l'Atelier) et à Villeurbanne (T.N.P.) Si Le Bonnet de fou (mise en scène de Laurent Terzieff) est fort peu connu, il n'en va pas de même pour Six Personnages en quête d'auteur (mise en scène de Jorge Lavelli), dont la création parisienne par Georges […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-bonnet-de-fou-six-personnages-en-quete-d-auteur/#i_43790

CASARÈS MARIA (1922-1996)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

Actrice française d'origine espagnole, Maria Casarès est née à La Corogne (Galice) le 21 novembre 1922. Elle appartient par son père à une famille fortunée, cultivée, ardemment républicaine et francophile, ce qui vaut à Santiago Casarès Quiroga des séjours en prison. La république, proclamée en 1931, le fait ministre, puis président du Conseil, mais, lorsque éclate la guerre civile, c'est en simp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maria-casares/#i_43790

COPI RAÚL DAMONTE, dit (1939-1987)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 467 mots

Né en 1939, à Buenos Aires, d'un père poète, peintre, directeur de journal exilé sous Perón, et qui va le ballotter de Montevideo à Rio de Janeiro en passant par Paris avant de regagner l'Argentine et d'une mère anarchiste et athée convertie au catholicisme la quarantaine venue, Copi aura été toute sa vie l'« inclassable », l'« insaisissable », celui par qui le scandale arrive, qui fascine et qu'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/copi/#i_43790

LE MARIAGE (W. Gombrowicz)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 1 065 mots

Quand Witold Gombrowicz embarque pour l'Argentine, en août 1939, c'est dans la perspective d'y demeurer seulement quelques mois. Il n'en reviendra que vingt-trois ans plus tard, invité à Berlin-Ouest par la fondation Ford et le Sénat. En 1963, Jorge Lavelli crée Le Mariage , qui lui vaut de remporter le Concours des jeunes compagnies. il montera la pièce en 1964 au théâtre Ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-mariage/#i_43790

SCÉNOGRAPHIE LYRIQUE

  • Écrit par 
  • Alain PERROUX, 
  • Alain SATGÉ
  •  • 7 224 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'explosion des années 1970 »  : […] Retrouver un spectacle intact, soixante-huit ans après sa création : ce rêve d'un archéologue du théâtre pouvait se réaliser en 1970, au terme de l'histoire des représentations de Pelléas et Mélisande à l'Opéra-Comique. Ni la peinture hallucinée de Valentine Hugo, d'inspiration onirique et fantastique (1947), ni les volumes géométriques d'André Boll, directement inspirés d'A […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/scenographie-lyrique/#i_43790

THÉÂTRE NATIONAL DE LA COLLINE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 1 052 mots

Le Théâtre national de la Colline est implanté dans un quartier populaire de l'est de Paris, sur la colline de Ménilmontant qui détermine son nom. Son histoire débute en 1962, avec l'acquisition par le ministère d'État chargé des Affaires culturelles du Zénith-Cinéma, une salle de 1 300 places destinée à l'implantation de la compagnie théâtrale La Guilde, animée par le metteur en scène Guy Rétoré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-national-de-la-colline/#i_43790

Pour citer l’article

Armel MARIN, « LAVELLI JORGE (1931- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jorge-lavelli/