RUBROUCK ou RUBROEK GUILLAUME DE (1215 env.-apr. 1295)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ami de Saint Louis, familier de sa cour, le franciscain flamand Guillaume de Rubrouck avait accompagné le roi en Terre sainte. Le 7 mai 1253, il part de Constantinople comme ambassadeur du roi de France auprès du grand khān de Mongolie. Rubrouck bénéficie de l'expérience des voyageurs qui l'ont précédé, notamment Jean du Plan Carpin, André de Longjumeau, lui aussi envoyé de Saint Louis auprès de la régente Ogul-Qaimis. Depuis 1241, les raids mongols vers l'ouest ont cessé, le danger pour l'Occident semble écarté ; au contraire, les Mongols pourraient être des alliés contre l'Islam et ils sont apparus également tolérants en matière religieuse, donc accessibles à la conversion. Comme Plan Carpin, Rubrouck séjourne auprès de Batu, petit-fils de Gengis khān, et de son fils Sartaq, établis sur les deux rives de la Volga ; en décembre, il arrive à la cour de Mongku khān, où il restera six mois. Il est de nouveau à Saint-Jean-d'Acre le 10 juin 1255, d'où il écrit au roi pour lui faire un rapport détaillé sur son voyage et sa mission. Sur le plan diplomatique comme sur le plan missionnaire, celle-ci a échoué. Mais cette lettre, publiée sous le titre Itinerarium ad partes orientales, est un récit chronologique et détaillé qui constitue une mine extraordinaire de renseignements sur les régions traversées, sur les mœurs et mentalités des Mongols, et aussi un témoignage sur l'état d'esprit d'un Occidental engagé dans cette extraordinaire aventure. Rubrouck raconte les difficultés et les souffrances de son voyage : le froid, la faim, car le ravitaillement est difficile, l'insuffisance des transports qui le condamne à aller souvent à pied, les problèmes de communication avec les Mongols aggravés par la sottise de son interprète. Il accepte tous ces inconvénients avec courage et humour, alors qu'il manifeste un certain dépit de n'avoir pu convertir le Grand Khān. Observateur intelligent et critique, il décrit scrupuleusement ce qu'il voit et n'aborde qu'avec réserve les récits [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RUBROUCK ou RUBROEK GUILLAUME DE (1215 env.-apr. 1295)  » est également traité dans :

DÉCOUVERTES GRANDES

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 7 955 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les précurseurs »  : […] Dès l'Antiquité, des marins égyptiens ont parcouru la mer Rouge et le golfe d'Aden à la recherche de nouveaux débouchés commerciaux. Les Phéniciens explorèrent les côtes de la Méditerranée, fondant, vers 1200 avant J.-C., un comptoir à Gadès (Cadix), et, de là, se rendirent par l'Océan jusqu'aux îles Britanniques. Vers 1600, ils effectuent un périp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grandes-decouvertes/#i_21556

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 559 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « L'œuvre gengiskhanide et sa légende »  : […] On compte généralement au nombre des grandes réussites de l'ère gengiskhanide la pax mongolica , qui, étendue sur le continent eurasiatique des bords du Pacifique aux rives du Don et de l'Oka, permit une circulation des hommes, des idées, des marchandises, des arts et des sciences sans autre exemple dans l'histoire. Il en est ainsi, en effet, surto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/#i_21556

Pour citer l’article

Solange MARIN, « RUBROUCK ou RUBROEK GUILLAUME DE (1215 env.-apr. 1295) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rubrouck-rubroek/