VAN DER WEYDEN ROGIER (1399 ou 1400-1464)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le duc et ses courtisans : commanditaires de Van der Weyden

Rogier Van der Weyden bénéficie de la présence, à Bruxelles, de la cour du duc de Bourgogne. Il travaille pour l'entourage ducal et réalise jusqu'en 1450 une série de grands retables dans lesquels se cristallise son style expressif, qui se développe en s'éloignant progressivement de l'héritage de Robert Campin et de Jan Van Eyck. Ce dernier, qui était le peintre attitré du duc, meurt en 1441. On peut imaginer que Van der Weyden, sans en avoir officiellement le titre, reprend la fonction. Le Retable des sept sacrements (Musées royaux des beaux-arts, Anvers) est un exemple typique de la production de cette époque. Réalisée pour l'évêque de Tournai Jean Chevrot, chef du Conseil ducal, la composition savante est un beau cas de production d'atelier, où les mains de différents assistants se trouvent sublimées par la touche finale du maître. Le Polyptyque du Jugement dernier de Beaune (musée de l'Hôtel-Dieu) est également le produit d'une collaboration bien orchestrée au sein de l'atelier. Si la brillante composition est attribuable au maître, la main de plusieurs assistants se distingue dans l'exécution proprement dite. L'œuvre, inspirée des grands tympans des églises romanes et gothiques, est une commande du chancelier de Bourgogne Nicolas Rolin. Le Triptyque de la Nativité (Staatliche Museen, Berlin), sans doute réalisé pour le conseiller et trésorier de la Toison d'or Pierre Bladelin, développe un programme iconographique original autour du thème de l'avènement du Christ. Quant aux commandes proprement dites du duc, peu sont attestées. On conserve plusieurs copies de portraits de Philippe le Bon réalisées à partir d'un prototype dû à Van der Weyden. De même, le peintre fit sans doute le portrait d'Isabelle de Portugal, l'épouse du duc. L'exemplaire du musée Getty de Los Angeles est clairement la copie d'un original perdu. Une seule œuvre sans doute [...]

Le Jugement dernier, R. Van der Weyden

Le Jugement dernier, R. Van der Weyden

Photographie

Rogier Van der Weyden (1400 env.-1464), Le Jugement dernier, polyptyque. Hôtel-Dieu de Beaune, France. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher


Médias de l’article

L'Annonciation, R. Van der Weyden

L'Annonciation, R. Van der Weyden
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Saint Luc peignant la Vierge, R. Van der Weyden

Saint Luc peignant la Vierge, R. Van der Weyden
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Jugement dernier, R. Van der Weyden

Le Jugement dernier, R. Van der Weyden
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Vierge à l'Enfant, R. Van der Weyden

Vierge à l'Enfant, R. Van der Weyden
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VAN DER WEYDEN ROGIER (1399 ou 1400-1464)  » est également traité dans :

LE MAÎTRE DE FLÉMALLE et ROGIER VAN DER WEYDEN (expositions)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 092 mots

L'organisation, la même année, de deux expositions majeures consacrées à l'art des primitifs flamands, l'une Le Maître de Flémalle et Rogier Van der Weyden au Städel Museum de Francfort (21 novembre 2008-22 février 2009) reprise par la suite à la Gemäldegalerie de Berlin (20 mars-21 juin 2009), l'autre Rogier Van d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-maitre-de-flemalle-rogier-van-der-weyden/#i_22525

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le peintre en saint Luc »  : […] Apparue, semble-t-il en Flandres, au xv e  siècle ( Rogier Van der Weyden, Dirk Bouts) et assez répandue jusqu'à la fin du siècle suivant (Niklaus Manuel Deutsch, Jan Gossaert dit Mabuse, Lancelot Blondeel...), la formule de l'autoportrait – réaliste ou symbolique – « en saint Luc peignant la Vierge » constitue une introduction idéale à l'histoire du genre, car son évolution épouse celle du statut […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autoportrait-peinture/#i_22525

BOUTS DIERIC ou THIERRY (1415 env.-1475)

  • Écrit par 
  • J. BOUTON
  •  • 639 mots

Dans les écrits du xvi e siècle, on l'appelle « Dirick de Haarlem », dans d'autres « Dirk de Louvain ». Il s'agit en fait d'un seul et même personnage dont le nom véritable est Dirk Bouts. Né à Haarlem, il se fixe vers 1445-1448, au moment de son mariage, à Louvain où il réalise ses principaux chefs-d'œuvre. On sait qu'il eut quatre enfants dont deux garçons, Dirk et Albert, furent peintres. On i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouts-dieric-ou-thierry/#i_22525

CAMPIN ROBERT ou MAÎTRE DE FLÉMALLE (1380 env.-1444)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 617 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une difficile identification »  : […] L'identification de Campin, qui a donné lieu à de vives controverses, fut un des problèmes les plus passionnants posés par l'histoire de l'art. L'existence de l'artiste était surtout connue par des documents : il ne semble pas être né à Tournai, dont il n'est citoyen qu'en 1410, deux ans après avoir été signalé dans la ville comme maître peintre. Il y tient un atelier considérable et a notamment c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campin-maitre-de-flemalle/#i_22525

CHRISTUS PETRUS (entre 1405 et 1410-1472/73)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 037 mots

La vie de Petrus Christus est mal connue. Il est vraisemblablement né à Baerle (en Brabant-Septentrional ou en Flandre-Occidentale). Le fait qu'il reste absolument étranger au style gothique international laisse supposer qu'il n'a pas commencé son apprentissage avant 1425-1435. De ses débuts hollandais, il a gardé le souvenir de miniaturistes, tel le Maître H. Vers 1430-1434, il aurait fait un voy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrus-christus/#i_22525

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] L'histoire de la peinture apparaît plus contrastée, avec une réaction qui se veut dramatique contre l'emploi de formules répétées et souvent épuisées. Courajod a donné le nom de «  gothique international » à ce courant, qui se rattache au style courtois de la première moitié du xiv e  siècle et qui fut mis à l'écart entre 1360 et 1380. Il réapparaît dès les années 1380 dans toutes les cours europ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-gothique/#i_22525

MEMLING HANS (1435 env.-1494)

  • Écrit par 
  • Jacqueline FOLIE
  •  • 1 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'appel des Pays-Bas »  : […] Le milieu rhénan, auquel l'apparentaient cependant ses tendances profondes, semble ne pas avoir suffi au jeune artiste. Une attraction puissante a dû l'amener à se rendre aux Pays-Bas, où le maître incontesté était alors Roger Van der Weyden. Où et comment eut-il connaissance de l'art de Roger ? On est tenté d'imaginer une révélation formelle directe telle qu'aurait pu l'offrir la prestigieuse Ad […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-memling/#i_22525

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] Disparue pendant près d'un millénaire – l'art byzantin ne lui accorde pratiquement aucune place –, la nature morte réapparaît en Italie, au début du Trecento. Le sens spatial d'un Giotto et le goût siennois du détail réaliste réhabilitent en effet les objets à l'intérieur des compositions à figures, pour donner à celles-ci davantage de vérité et de vie. Ambrogio Lorenzetti dans l'église inférieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_22525

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 165 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Trois maîtres »  : […] Les fondements de l'art néerlandais furent jetés par Robert Campin, Jan van Eyck et Rogier van der Weyden. Les caractéristiques qu'on vient de reconnaître à l'art du xv e  siècle sont une synthèse de ce qu'ils ont produit. On peut tenir ce qu'il y a de commun dans leur art pour le fondement sur lequel d'autres peintres, jusqu'à Quentin Metsys, ont bâti leur œuvre. Campin est le premier en date et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_22525

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 989 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La tapisserie médiévale (XIVe-XVe s.) »  : […] La tapisserie devint au xiv e  siècle l'apanage des grands princes qui en constituèrent des collections considérables. Elle ornait le mur du château et de l'église, elle était transportée de demeure en demeure et était tendue dans les rues à l'occasion de fêtes religieuses ou d'« entrées » princières (ces diverses manipulations expliquent bien souvent les usures et la disparition de nombreuses ten […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/#i_22525

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique VANWIJNSBERGHE, « VAN DER WEYDEN ROGIER (1399 ou 1400-1464) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rogier-van-der-weyden/