BOUTS DIERIC ou THIERRY (1415 env.-1475)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans les écrits du xvie siècle, on l'appelle « Dirick de Haarlem », dans d'autres « Dirk de Louvain ». Il s'agit en fait d'un seul et même personnage dont le nom véritable est Dirk Bouts. Né à Haarlem, il se fixe vers 1445-1448, au moment de son mariage, à Louvain où il réalise ses principaux chefs-d'œuvre. On sait qu'il eut quatre enfants dont deux garçons, Dirk et Albert, furent peintres. On ignore quel fut le maître de Dirk Bouts. Hulin de Loo en 1926, se fondant sur l'incontestable influence de Rogier van der Weyden, suppose qu'il travailla chez ce dernier à Bruxelles. D'autres spécialistes (Schöne, 1938) pensent que Bouts et Ouwater travaillèrent ensemble à Haarlem où ils entrèrent en contact avec Petrus Christus qui les aurait initiés à l'art de Van Eyck et de Rogier van der Weyden. De là cette profonde et remarquable réserve « hollandaise », ce sens du paysage et des harmonies cendrées qui donnent à l'art de Bouts une place particulière dans l'art des primitifs flamands. Ces hypothèses très différentes cherchent à expliquer deux faits certains : d'une part l'influence de Van der Weyden, manifeste dans des œuvres telles que la Mise au tombeau de la National Gallery de Londres ou la Descente de Croix au Collège du Patriarcat de Valence, d'autre part la parenté existant entre les premiers panneaux de Bouts et ceux de Petrus Christus, comme le montre sa Pietà du musée de Bruxelles.

Mais Dirk Bouts a assimilé ces emprunts de façon très personnelle. Il exécute entre 1464 et 1468 le Retable du Saint-Sacrement pour la collégiale Saint-Pierre de Louvain, qui groupe autour de la Cène centrale quatre panneaux préfigurant l'institution de l'eucharistie. La Cène est à juste titre un des tableaux les plus célèbres de l'artiste ; Bouts en renouvelle l'interprétation iconographique en mettant l'accent sur le contenu liturgique représentant le Christ en officiant du saint sacrifice et en accentuant le caractère sacré par l'attitude intensément recueillie, voire tendue et crispée des apôtres. Quant aux volets, ils illustrent à merveille la façon dont Bouts intègre la scène au paysage ; il passe de la notion de paysage-décor à celle du paysage élément actif de la scène, existant vraiment par rapport aux personnages. On note la même remarquable organisation de l'espace dans des panneaux tels que le Martyre de saint Hippolyte (Bruges).

Devenu peintre de la ville de Louvain, l'artiste se vit commander, en 1468, pour l'hôtel de ville, une décoration dont subsistent au musée de Bruxelles les deux Tableaux de justice qui relatent la légende de l'empereur Othon. Ici encore, Bouts montre son originalité en exagérant à dessein le hiératisme de ses personnages maigres et secs aux mines impassibles : la tension dramatique naît bien du graphisme des formes anguleuses, de la savante articulation de l'espace et d'une rythmique théâtralement efficace des gestes.

L'exposition de 1957-1958 (présentée à Bruxelles et à Delft) a souligné le fructueux rayonnement de l'art de Bouts : à la fois décoratif et expressif, graphique, et par là même facile à assimiler, inquiet. Par ces différents traits, il rejoint et influence les recherches pathétiques du dernier Moyen Âge, et il participe à la fois de la culture des Pays-Bas du Nord et de celle des Pays-Bas du Sud. Bouts fut efficacement continué par son propre fils Albert et par divers maîtres anonymes comme le Maître de la Sibylle de Tibur. Il eut, en outre, un incontestable succès en Allemagne (Maître de la Vie de la Vierge...).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BOUTS DIERIC ou THIERRY (1415 env.-1475)  » est également traité dans :

MARMION SIMON (1425 env.-1489)

  • Écrit par 
  • Nicole VERONEE-VERHAEGEN
  •  • 620 mots

Peintre et enlumineur, né sans doute à Amiens. Marmion est signalé à Amiens de 1449 à 1454 et à Valenciennes de 1458 à sa mort ; en 1468, sans doute en vue d'un travail occasionnel, il se fait inscrire à la guilde de Saint-Luc à Tournai. Artiste du nord de la France, Marmion n'appartient pas clairement à une école française définie et, bien qu'ayant œuvré dans une région alors dépendante de l'État […] Lire la suite

OUWATER ALBERT VAN (1400 env.-env. 1470)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 342 mots

Le nom de ce peintre néerlandais, l'un des seuls cités par Van Mander pour le xv e  siècle, permet de supposer qu'il était originaire d'Oudewater près de Gouda. D'après le témoignage capital de Van Mander qui recueillait en 1604 de précieuses traditions orales, Ouwater vivait au temps de Van Eyck et avait été le maître de Gérard de Saint-Jean, mais Mostaert était trop jeune pour l'avoir connu. Tou […] Lire la suite

Pour citer l’article

J. BOUTON, « BOUTS DIERIC ou THIERRY (1415 env.-1475) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bouts-dieric-ou-thierry/