CHRISTUS PETRUS (entre 1405 et 1410-1472/73)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La vie de Petrus Christus est mal connue. Il est vraisemblablement né à Baerle (en Brabant-Septentrional ou en Flandre-Occidentale). Le fait qu'il reste absolument étranger au style gothique international laisse supposer qu'il n'a pas commencé son apprentissage avant 1425-1435. De ses débuts hollandais, il a gardé le souvenir de miniaturistes, tel le Maître H. Vers 1430-1434, il aurait fait un voyage en Italie et serait passé, comme le suggère Charles Sterling, par l'Allemagne rhénane : la manière dont un Conrad Witz simplifie les volumes de ses personnages se rapproche tellement du style de Petrus Christus qu'on ne peut guère l'expliquer que par un contact direct entre les deux artistes. À son retour dans les Pays-Bas, Petrus Christus aurait travaillé dans l'atelier de Jan van Eyck, car il n'y a peut-être aucun primitif flamand qui soit plus proche du grand maître, si isolé à tant d'égards, de L'Agneau mystique. Et le mérite incontestable de Petrus Christus réside dans une parfaite assimilation de l'art de Van Eyck, sans jamais tomber pour autant dans le plagiat ni dans la simple copie. En 1444, Christus obtient le droit de cité à Bruges où il meurt en 1472 ou en 1473.

Bien que la plupart de ses tableaux soient datés (mais ils restent peu nombreux, ne dépassant pas la vingtaine), la chronologie des œuvres de Christus reste difficile à établir. Les deux plus anciens tableaux datés connus, le Portrait d'un chartreux (Metropolitan Museum, New York) et le Portrait d'E. Grimestone (National Gallery, Londres), l'un et l'autre de 1446, sont des œuvres déjà mûries et complexes qui surprennent par leur apparent antagonisme : une réalité à la flamande, presque sensuelle et comme gustative dans le Portrait d'un chartreux, bien moins hiératique et monumentale que la réalité idéale et intellectuelle du portrait londonien, véritable exercice de peinture volumétrique et spatiale à la Piero della Francesca ; mais Christus, de tous les primitifs flamands, est sans doute le plus italianisant.

Autour de 1430-1435, et comme œuvres de jeunesse, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : conservateur des Musées nationaux, service d'études et de documentation, département des Peintures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  CHRISTUS PETRUS (entre 1405 et 1410-1472/73)  » est également traité dans :

BOUTS DIERIC ou THIERRY (1415 env.-1475)

  • Écrit par 
  • J. BOUTON
  •  • 639 mots

Dans les écrits du xvi e siècle, on l'appelle « Dirick de Haarlem », dans d'autres « Dirk de Louvain ». Il s'agit en fait d'un seul et même personnage dont le nom véritable est Dirk Bouts. Né à Haarlem, il se fixe vers 1445-1448, au moment de son mariage, à Louvain où il réalise ses principaux chefs-d'œuvre. On sait qu'il eut quatre enfants dont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouts-dieric-ou-thierry/#i_13040

VAN EYCK HUBERT (? 1390-1426) ET JAN (1390 env.-1441)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CUZIN
  •  • 2 950 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une technique maîtrisée »  : […] L'apport des Van Eyck dans le domaine de la technique est capital. Vasari cite, en 1550, « Jean de Bruges » comme l'inventeur de la peinture à l'huile, et cette affirmation est, depuis, souvent répétée. Il s'agit en fait d'une légende, et Van Eyck ne fit que perfectionner une technique déjà connue, en en tirant toutes les conséquences : sur un panneau, le plus souvent de chêne, revêtu d'une prépa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/van-eyck-hubert-et-jan/#i_13040

Pour citer l’article

Jacques FOUCART, « CHRISTUS PETRUS (entre 1405 et 1410-1472/73) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrus-christus/