VAN DER WEYDEN ROGIER (1399 ou 1400-1464)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

L'Annonciation, R. Van der Weyden

L'Annonciation, R. Van der Weyden
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Saint Luc peignant la Vierge, R. Van der Weyden

Saint Luc peignant la Vierge, R. Van der Weyden
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Jugement dernier, R. Van der Weyden

Le Jugement dernier, R. Van der Weyden
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Vierge à l'Enfant, R. Van der Weyden

Vierge à l'Enfant, R. Van der Weyden
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie


Héritier direct de Robert Campin, le peintre Rogier Van der Weyden est, avec son contemporain Jan Van Eyck, l'un des pionniers de la révolution artistique qui voit le jour dans les Pays-Bas méridionaux à la fin du Moyen Âge. Mais, contrairement à Campin ou à Van Eyck, chez qui prime le rendu méticuleux du monde extérieur, dans l'infinie diversité de ses accidents, Van der Weyden semble avant tout fasciné par la psychologie de ses personnages et il met sa virtuosité technique au service d'une exploration du monde intérieur. Cette conception nouvelle s'exprime dans des compositions mémorables, où la forme reste subordonnée à une dramaturgie soulignant l'interaction des figures.

Tournai et l'atelier de Robert Campin

C'est à Tournai, ville française au xve siècle, que Rogier de La Pasture voit le jour en 1399 ou en 1400 (il portera le nom flamandisé de Van der Weyden à partir de son installation à Bruxelles). Si l'on sait peu de chose de ses premières années, on peut légitimement supposer qu'il se forma dans l'atelier tournaisien du peintre Robert Campin, avant d'aller se perfectionner dans d'autres villes. Une mention fort contestée du Registre d'inscription à la Corporation de Saint-Luc signale son entrée officielle en apprentissage le 3 mars 1427. Il devient franc-maître à Tournai le 1er août 1432. Des documents retrouvés en 1993 montrent que Rogier resta actif dans sa ville natale jusqu'en 1435.

Plusieurs œuvres ont été attribuées à la période tournaisienne du peintre. Elles montrent que, à côté d'une indéniable influence de Campin, Rogier n'était pas insensible à la préciosité de l'art de Van Eyck. De cette période de formation pourraient dater la Vierge à l'Enfant de Madrid (musée Thyssen-Bornemisza), le Saint Georges de Washington (National Gallery of Art) ou encore La Crucifixion de Berlin (Staatliche Museen).

C'est aussi vers 1430-1435, alors qu'il s'émancipe de son maître, que Van der Weyden travaille à sa première composition importante, La Descente de Croix du Prado. Ce morc [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VAN DER WEYDEN ROGIER (1399 ou 1400-1464)  » est également traité dans :

LE MAÎTRE DE FLÉMALLE et ROGIER VAN DER WEYDEN (expositions)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 092 mots

L'organisation, la même année, de deux expositions majeures consacrées à l'art des primitifs flamands, l'une Le Maître de Flémalle et Rogier Van der Weyden au Städel Museum de Francfort (21 novembre 2008-22 février 2009) reprise par la suite à la Gemäldegalerie de Berlin (20 mars-21 juin 2009), l'autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-maitre-de-flemalle-rogier-van-der-weyden/#i_22525

AUTOPORTRAIT, peinture

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 584 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le peintre en saint Luc »  : […] Apparue, semble-t-il en Flandres, au xv e  siècle ( Rogier Van der Weyden, Dirk Bouts) et assez répandue jusqu'à la fin du siècle suivant (Niklaus Manuel Deutsch, Jan Gossaert dit Mabuse, Lancelot Blondeel...), la formule de l'autoportrait – réaliste ou symbolique – « en saint Luc peignant la Vierge » constitue une introduction idéale à l'histoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autoportrait-peinture/#i_22525

BOUTS DIERIC ou THIERRY (1415 env.-1475)

  • Écrit par 
  • J. BOUTON
  •  • 639 mots

Dans les écrits du xvi e siècle, on l'appelle « Dirick de Haarlem », dans d'autres « Dirk de Louvain ». Il s'agit en fait d'un seul et même personnage dont le nom véritable est Dirk Bouts. Né à Haarlem, il se fixe vers 1445-1448, au moment de son mariage, à Louvain où il réalise ses principaux chefs-d'œuvre. On sait qu'il eut quatre enfants dont d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bouts-dieric-ou-thierry/#i_22525

CAMPIN ROBERT ou MAÎTRE DE FLÉMALLE (1380 env.-1444)

  • Écrit par 
  • Françoise HEILBRUN
  •  • 1 617 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une difficile identification »  : […] L'identification de Campin, qui a donné lieu à de vives controverses, fut un des problèmes les plus passionnants posés par l'histoire de l'art. L'existence de l'artiste était surtout connue par des documents : il ne semble pas être né à Tournai, dont il n'est citoyen qu'en 1410, deux ans après avoir été signalé dans la ville comme maître peintre. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campin-maitre-de-flemalle/#i_22525

CHRISTUS PETRUS (entre 1405 et 1410-1472/73)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 1 037 mots

La vie de Petrus Christus est mal connue. Il est vraisemblablement né à Baerle (en Brabant-Septentrional ou en Flandre-Occidentale). Le fait qu'il reste absolument étranger au style gothique international laisse supposer qu'il n'a pas commencé son apprentissage avant 1425-1435. De ses débuts hollandais, il a gardé le souvenir de miniaturistes, tel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/petrus-christus/#i_22525

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La peinture »  : […] L'histoire de la peinture apparaît plus contrastée, avec une réaction qui se veut dramatique contre l'emploi de formules répétées et souvent épuisées. Courajod a donné le nom de «  gothique international » à ce courant, qui se rattache au style courtois de la première moitié du xiv e  siècle et qui fut mis à l'écart entre 1360 et 1380. Il réappara […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-gothique/#i_22525

MEMLING HANS (1435 env.-1494)

  • Écrit par 
  • Jacqueline FOLIE
  •  • 1 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'appel des Pays-Bas »  : […] Le milieu rhénan, auquel l'apparentaient cependant ses tendances profondes, semble ne pas avoir suffi au jeune artiste. Une attraction puissante a dû l'amener à se rendre aux Pays-Bas, où le maître incontesté était alors Roger Van der Weyden. Où et comment eut-il connaissance de l'art de Roger ? On est tenté d'imaginer une révélation formelle dire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-memling/#i_22525

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Moyen Âge et Renaissance : réalité et symboles »  : […] Disparue pendant près d'un millénaire – l'art byzantin ne lui accorde pratiquement aucune place –, la nature morte réapparaît en Italie, au début du Trecento. Le sens spatial d'un Giotto et le goût siennois du détail réaliste réhabilitent en effet les objets à l'intérieur des compositions à figures, pour donner à celles-ci davantage de vérité et d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_22525

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 164 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Trois maîtres »  : […] Les fondements de l'art néerlandais furent jetés par Robert Campin, Jan van Eyck et Rogier van der Weyden. Les caractéristiques qu'on vient de reconnaître à l'art du xv e  siècle sont une synthèse de ce qu'ils ont produit. On peut tenir ce qu'il y a de commun dans leur art pour le fondement sur lequel d'autres peintres, jusqu'à Quentin Metsys, ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peinture-neerlandaise-et-flamande/#i_22525

TAPISSERIE

  • Écrit par 
  • Pascal-François BERTRAND
  •  • 7 988 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La tapisserie médiévale (XIVe-XVe s.) »  : […] La tapisserie devint au xiv e  siècle l'apanage des grands princes qui en constituèrent des collections considérables. Elle ornait le mur du château et de l'église, elle était transportée de demeure en demeure et était tendue dans les rues à l'occasion de fêtes religieuses ou d'« entrées » princières (ces diverses manipulations expliquent bien souv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie/#i_22525

Voir aussi

Pour citer l’article

Dominique VANWIJNSBERGHE, « VAN DER WEYDEN ROGIER (1399 ou 1400-1464) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rogier-van-der-weyden/