GOSSAERT JAN ou GOSSART JEAN, dit MABUSE (entre 1478 et 1488-1532)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre, dessinateur et graveur flamand, Jan Gossaert, dit Mabuse, est né à Maubeuge et mort à Breda. Il a probablement quitté fort jeune sa ville natale pour se rendre à Bruges, puis à Anvers où il s'inscrit à la gilde ; c'est là qu'il rencontre des maniéristes dont le goût pour l'ornement devait le marquer profondément. Ensuite Gossaert, bon artiste de cour, fréquente les deux principaux pôles de la culture maniériste des Pays-Bas : la cour de Philippe de Bourgogne à Utrecht et celle de Marguerite d'Autriche à Malines. L'influence de Philippe de Bourgogne est déterminante dans la formation de l'artiste, car c'est avec lui qu'il part pour Rome en 1508, voyage qui lui apporte la révélation fascinante du monde antique. Avant 1508, les œuvres connues de Gossaert, telles que le Mariage mystique de sainte Catherine (dessin, Copenhague) ou la Vision de l'empereur Auguste (dessin, Berlin), sont absolument caractéristiques du maniérisme gothique anversois. À Rome, cependant, Gossaert n'abdique pas toute originalité ; tout en les copiant, il transpose les formes antiques dans un registre qui lui est propre : L'Hercule du Capitole (dessin, Bruxelles) présenté en raccourci et à contre-jour acquiert une puissance nouvelle par le jeu tumultueux de ses muscles pétris de lumière. Quittant l'Italie, Gossaert suit Philippe de Bourgogne à Suytburg où sont réunis artistes et gens de lettres : Jacopo de Barbari, Érasme... Les œuvres de cette époque le montrent écartelé entre le maniérisme nordique et le classicisme antique, mais ses tendances principales se révèlent déjà dans la clarté de la mise en page, dans le goût pour l'architecture Renaissance. S'il garde encore une vive prédilection pour les entrelacs ornementaux, c'est sans aucune mesure avec les détails surchargés des œuvres précédentes. Il peint à cette époque le Triptyque Malvagna (Musée national, Palerme), L'Adoration des Mages pour l'abbaye de Grammont en Flandre (National Gallery, Londres), Le Christ au jardin des Oliviers (Staatliche Museum, Berlin). On trouve aussi dans ses tableaux le souvenir digne et mesuré de Gérard David et de Hugo van der Goes, nuancé par l'apport capital du graphisme de Dürer, par exemple dans l'Adam et Ève du Triptyque Malvagna. Quant au Saint Luc peignant la Vierge (Kunsthistorisches Museum, Vienne), c'est un hommage grandiose à la Renaissance italienne, dans un fascinant monde de pilastres et d'arcatures impeccables et dans une langue ciselée et parfaite de pureté (comme la Danaé, Alte Pinakothek, Munich). Comme tout bon adepte de la culture humaniste de l'époque, Gossaert représente parfois des nus de très grande taille, ainsi, dans le Neptune et Amphitrite (Staatliche Museum, Berlin) qui a décoré le château de Suytburg en Zélande ; mais, en fait, il profite du corps humain, des musculatures, pour leur donner des inflexions décoratives maniéristes, bien caractéristiques de son art ambigu, aux frontières du dernier gothique et du nouvel académisme italianisant. Gossaert a été aussi un remarquable portraitiste, le Diptyque Carondelet (1517, Louvre), un des quelques tableaux datés, montre avec quelle précision il s'attache à chaque détail du visage, allant jusqu'à peindre les cheveux un par un avec la plus grande finesse. Entré au service d'Adolphe de Bourgogne à la mort de Philippe, il a peint un portrait ; il s'agit peut-être de Jacqueline de Bourgogne, fille d'Adolphe (National Gallery, Londres), qui allie à une merveilleuse étude de visage un grand raffinement dans la description du vêtement. À la fin de sa vie, Gossaert entre au service de Mencia da Mendosa, à Breda.

Hercule et Diane, Mabuse

Photographie : Hercule et Diane, Mabuse

Jan GOSSAERT dit MABUSE, Hercule et Diane, 1517, huile sur bois. The Barber Institute of Fine Arts, University of Birmingham, Royaume-Uni. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Diptyque Carondelet, Mabuse

Photographie : Diptyque Carondelet, Mabuse

Jan GOSSAERT dit MABUSE, Diptyque Carondelet. À gauche: Jean Carondelet, doyen de l'Église de Besançon et Conseiller de Charles V; à droite : Vierge à l'Enfant. 1517, huile sur bois. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Médias de l’article

Hercule et Diane, Mabuse

Hercule et Diane, Mabuse
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Diptyque Carondelet, Mabuse

Diptyque Carondelet, Mabuse
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  GOSSAERT JAN ou GOSSART JEAN , dit MABUSE (entre 1478 et 1488-1532)  » est également traité dans :

FANTASTIQUE

  • Écrit par 
  • Roger CAILLOIS, 
  • Éric DUFOUR, 
  • Jean-Claude ROMER
  •  • 21 082 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le fantastique insinué »  : […] Les récits des mythologies et les mystères des religions ne sont pas en eux-mêmes sources suffisantes de l'intrusion fantastique, et cela précisément parce que le merveilleux y est installé de droit divin et que tout y est par principe prodige ou miracle. Il semble pourtant injuste et, en fait, inexact de ne pas admettre qu'un élément étranger ou rebelle peut venir s'y greffer et réussir en quelqu […] Lire la suite

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE PEINTURE

  • Écrit par 
  • Lyckle DE VRIES
  •  • 10 174 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les genres : portrait et paysage »  : […] La plus grande innovation iconographique est certainement l'apparition des genres qui sont indépendants du contexte de l'art religieux du xv e  siècle. On a déjà remarqué que le paysage indépendant s'est développé à partir des arrière-plans des retables. Une même tendance a stimulé l'art du portrait qui avait commencé, avec hésitation, à mener avec Van Eyck sa vie propre : maintenant, au lieu des […] Lire la suite

VAN SCOREL JAN (1495-1562)

  • Écrit par 
  • Jacques FOUCART
  •  • 976 mots

L'un des plus éminents chefs de file du mouvement romaniste dans la peinture des Pays-Bas du xvi e  siècle. Humaniste accompli, chanoine lettré, versé dans la musique et dans la technique (en 1549 et 1550, il donne des plans de digues) autant que dans les arts plastiques, Jan van Scorel est pour la Hollande l'équivalent des grands maîtres de la Renaissance italienne et, avec un Lucas de Leyde, inn […] Lire la suite

Pour citer l’article

J. BOUTON, « GOSSAERT JAN ou GOSSART JEAN, dit MABUSE (entre 1478 et 1488-1532) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gossaert-gossart/