RHODES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Rhodes unifiée

Le plan de la nouvelle ville aurait été établi, selon Strabon (XIV, 2, 9), par Hippodamos de Milet – ce qui revient à conférer à ce dernier une longévité peu vraisemblable, même si l'on accepte la date haute de 408 avant J.-C., que propose Diodore de Sicile (XIII, 75) pour la fondation de Rhodes. Toujours est-il qu'elle procède de cet urbanisme rationaliste dont on attribue l'invention à Hippodamos (cf. carte) : les rues, orientées suivant les points cardinaux, se croisent à angle droit ; larges de ± 5,50 mètres, elles forment un réseau plus ou moins dense suivant les quartiers, que déterminent des avenues larges de 8-9 mètres et parfois davantage (± 16 mètres). Le vaste circuit des remparts circonscrit un espace de 290 hectares, l'un des plus grands connus pour une ville grecque ; il englobe au sud-ouest une colline basse (108 mètres), l'acropole, zone de sanctuaires, de jardins et d'édifices publics (stade, théâtre ?), et, au sud-est, une vaste aire vacante capable d'abriter la population rurale en cas d'invasion. Trois ports sont établis sur la côte est, un sur la côte ouest. Le port de guerre, au nord-est, est flanqué sur ses côtés sud et ouest ( ?) de hangars (néôria) destinés à abriter la flotte qui va constituer l'instrument de la puissance rhodienne.

Rhodes, plan de la ville antique

Dessin : Rhodes, plan de la ville antique

Plan de la ville de Rhodes (d'après W. Hoepfner et E.L. Schandner, Haus und Stadt im Klassischen Griechenland Neubearbeitung, Deutscher Kunstverlag, Munich, 1994). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le siège infructueux qu'inflige à Rhodes Démétrios Poliorcète en 305-304 avant J.-C. montre quelle force avait acquise la nouvelle cité en un siècle, malgré une vie politique très agitée : les quatre cents bateaux, les quarante mille hommes et les machines de siège extraordinaires déployées par le diadoque n'en viennent pas à bout. Il doit se retirer, abandonnant sur place un matériel dont la vente permet aux Rhodiens de faire dresser par Charès de Lindos, un élève de Lysippe, le fameux Colosse en bronze représentant Hélios, qu'un tremblement de terre renversera en 227 avant J.-C.

Les deux siècles qui suivent sont ceux de l'apogée de Rhodes antique. Sa suprématie navale est incontestée : c'est elle qui formule les règles de base du droit maritime encore en vigueur, reprises ensuite par Rome, Byzance et Venise. Respectée par les monarchies hellénistiques qui se disputent la prééminence en Méditerranée orientale, elle devient la plaque tournante du commerce de la région, jusqu'à ce que Rome ne lui suscite une rivale en faisant de Délos un port franc en 166 avant J.-C., pour la punir d'avoir pris imprudemment le parti de son ennemi Persée, roi de Macédoine. Échaudée par cet écart, Rhodes restera désormais dans le sillage de Rome, ce qui lui vaudra d'être assiégée – une fois encore en vain – par Mithridate en 88 avant J.-C., avant d'être prise et pillée par Cassius en 42 avant J.-C., lors de la guerre civile entre les triumvirs et les assassins de César.

Entre-temps, Rhodes était devenue l'un des centres majeurs de la civilisation hellénistique : les Romains venaient volontiers faire leurs études dans ses écoles renommées, auprès de lettrés tels que le poète Apollonios, le philosophe stoïcien Panaitios ou le savant Poseidonios, ami de Cicéron, tandis que ses ateliers de sculpture produisaient des œuvres majeures. La Victoire de Samothrace (Louvre) est probablement une offrande faite par Rhodes dans le grand sanctuaire de ces divinités protectrices des marins que sont les Cabires, à l'occasion de la victoire navale de Myonnèsos, remportée en 190 avant J.-C. sur le roi séleucide Antiochos III.

Victoire de Samothrace

Photographie : Victoire de Samothrace

La Victoire de Samothrace, offrande rhodienne dans le sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace, vers 190 av. J.-C., hauteur 245 cm. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Mais Rhodes, dépourvue d'un marbre approprié à la sculpture, a surtout développé des ateliers de bronziers : après le pillage de 42 avant J.-C., Pline l'Ancien (XXXIV, 36) affirme qu'il restait encore dans l'île des milliers de statues... Les plus spectaculaires étaient les statues colossales devenues, à la suite du Colosse de Charès, une spécialité locale, ainsi que les groupes dramatiques à nombreux personnages, dont les copies en marbre, réalisées elles aussi par des artistes rhodiens, ont été retrouvées en Italie : Le Châtiment de Dirkè, plus connu sous le nom de Taureau Farnèse (Naples), Laocoon et ses fils (Vatican), Scylla et le vaisseau d'Ulysse (Sperlonga). En marge de ces grandes créations, des ateliers plus modestes diffusent une sculpture en marbre souvent de petit format destinée, comme à Délos, à décorer les maisons bourgeois [...]

Laocoon

Photographie : Laocoon

Groupe du Laocoon, copie romaine d'une œuvre grecque, en marbre, du Ier siècle. Hauteur : 2,42 m, largeur : 1, 60 m. Musées du Vatican, Rome. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Rhodes, plan de la ville antique

Rhodes, plan de la ville antique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Victoire de Samothrace

Victoire de Samothrace
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Laocoon

Laocoon
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Les chevaliers de Saint-Jean

Les chevaliers de Saint-Jean
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article

Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  RHODES  » est également traité dans :

CHARÈS DE LINDOS (2e moitié IVe s. av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Alain MAHUZIER
  •  • 238 mots

Sculpteur rhodien de l'école de Lysippe, Charès de Lindos est l'auteur du célèbre Colosse de Rhodes , gigantesque statue d'Hélios, protecteur de l'île de Rhodes. Exécutée en bronze, haute de soixante-dix coudées, ou cent cinq pieds (31 à 35 m) selon les textes, elle était placée à l'extrémité du môle de Mandraki, à l'entrée du port de Rhodes. Le Colosse de Rhodes fut érigé avec le produit (300 ta […] Lire la suite

COLOSSAL, art et architecture

  • Écrit par 
  • Martine VASSELIN
  •  • 3 276 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Mythologie du colossal »  : […] Sur un thème comme celui de la statue colossale, le mythe compte autant que la réalité, les projets et rêves utopiques sont aussi révélateurs que les réalisations concrètes, évidemment moins nombreuses. Les relations des historiens antiques (Strabon, Philon de Byzance) sur Rhodes, l'île aux mille statues colossales, toutes légendaires qu'elles aient pu être, ont eu autant de résonance pour les es […] Lire la suite

MAUSOLE (mort en 353 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Valentin NIKIPROWETZKY
  •  • 512 mots

Fils du satrape de Carie Hécatomnos qui exerce son pouvoir au milieu du ~ iv e siècle, Mausole succède à son père en ~ 377-~ 376. Pratiquement indépendant du Grand Roi, il entretient tout d'abord d'excellentes relations avec le pouvoir central et il coopère en ~ 365 avec le karanos , ou chef des armées impériales, Autophradate, dans la répression de la révolte d'Ariobarzane, satrape de Phrygie et […] Lire la suite

SANCTUAIRE, Grèce hellénistique et Rome antique

  • Écrit par 
  • Pierre GROS, 
  • John SCHEID
  •  • 8 291 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La fonction oraculaire »  : […] Il est permis de se demander quelles innovations fonctionnelles peuvent avoir vu le jour dans un milieu aussi exclusivement préoccupé de problèmes formels. Ce serait méconnaître l'un des aspects de l'architecture religieuse de cette période, ce qu'on pourrait appeler sa dimension oraculaire. L'action concertée des défenseurs de la religion traditionnelle et de tous ceux, nombreux, qui avaient un i […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28 novembre 2021 Suisse. Approbation par référendum de la « loi Covid-19 ».

Seuls s’y opposent les électeurs des cantons alémaniques d’Appenzell Rhodes-Intérieures et de Schwyz. Le taux de participation est de 65 %. […] Lire la suite

7-9 juin 2020 Royaume-Uni. Mouvement de protestation anti-esclavagiste.

Le 9, à Oxford, des étudiants et des habitants d’origine « BAME » – Black, Asian and minority ethnic – réclament le retrait de l’Oriel College de la statue de l’homme d’affaires colonialiste Cecil Rhodes. Cette campagne anti-esclavagiste se confond avec les revendications sociales des minorités « BAME » qui ont été particulièrement touchées par la Covid-19. […] Lire la suite

2-3 décembre 1988 C.E.E. Réunion du Conseil européen à Rhodes

Les chefs d'État et de gouvernement de la Communauté économique européenne se réunissent dans l'île de Rhodes (Grèce) afin de participer aux travaux du Conseil européen. Ayant, d'un commun accord, repoussé au printemps de 1989 l'examen des dossiers les plus litigieux comme l'aménagement d'un espace social européen ou l'union monétaire, les Douze se bornent à constater que la mise en place du grand marché se réalise à un rythme satisfaisant, et invitent le Conseil des ministres à « achever rapidement » l'examen des textes encore en suspens. […] Lire la suite

16 mars 1986 Suisse. Échec du référendum sur l'adhésion à l'O.N.U.

Dans certains cantons ruraux (Valais, Appenzell, Rhodes-Intérieures), le « non » dépasse les 80 p. 100 ; à Genève, siège européen des Nations unies, il atteint 70 p. 100. La Suisse reste ainsi un des rares pays à se tenir à l'écart de l'Organisation, contrairement à d'autres États neutres, comme l'Autriche ou la Suède. […] Lire la suite

6-26 février 1985 Liban – Israël. Retrait israélien d'une partie du Liban-Sud et représailles contre la résistance libanaise

Le 19, le commandant Paul-Marie Rhodes, un officier du corps des observateurs français, est tué au sud-est de Beyrouth : en six semaines, c'est le quatrième assassinat d'un membre de ce corps qui, composé de 81 officiers et sous-officiers français, est chargé de superviser le cessez-le-feu. Le 21, l'armée israélienne se livre à des actions de représailles contre les villages soupçonnés d'aider les commandos de la résistance chiite : quatre militaires israéliens, dont deux officiers, ont été tués dans des embuscades, les 17 et 18. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « RHODES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rhodes/