LYSIPPE (env. 390-env. 305 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dernier des grands sculpteurs grecs dont le nom nous soit parvenu, Lysippe est, comme ses prédécesseurs, mieux connu par les textes (P. Moreno, Testimonianze per la teoria artistica di Lisippo, éd. Canova, Trévise, 1973 ; Lisippo I, Dedalo Libri, Bari, 1974) que par ses œuvres, qui ne nous ont été transmises que par des copies (C. Picard, Manuel d'archéologie grecque, la sculpture IV, A. et J. Picard, Paris, 1963 ; Lysippe et son influence, études de divers savants, réunies par J. Chamay et J.-L. Maier, Hellas et Roma, Genève, 1987 ; A. Stewart, Greek Sculpture, An Exploration, vol. I, texte, Yale Univ. Press, New Haven-Londres, 1990 ; Lisippo, l'arte e la fortuna, catal. expos., éd. Fabbri, Rome, 1995). Sa très longue vie coïncide presque exactement avec le ive siècle, dont il incarne la situation ambiguëdans la civilisation grecque : né au début du siècle à Sicyone, une petite cité du nord du Péloponnèse célèbre pour le travail du bronze, il est le continuateur de Polyclète ; mort vers 305 avant J.-C., dans un monde grec métamorphosé par les conquêtes d'Alexandre et les monarchies fondées par ses successeurs, il a contribué à imposer un goût nouveau. Cette œuvre diverse est aussi très abondante : Pline l'Ancien (XXXIV, 37) lui attribue mille cinq cents statues, ce qui implique un important atelier, lequel contribua au retentissement durable de son style.

Fidèle à la tradition péloponnésienne, Lysippe fut exclusivement un bronzier. La statue en bronze repêchée dans l'Adriatique en 1971 et acquise en 1977 par le musée Getty est d'un intérêt majeur : qu'on l'attribue au maître lui-même ou à son entourage (voir J. Frel, The Getty Bronze, The J. Paul Getty Museum, Malibu, Californie, 1982 ; A. Viacava, L'Atleta di Fano, L'Erma di Bretschneider, Rome, 1994), elle témoigne, mieux que les copies en marbre de l'Agias (musée de Delphes) et de l'Apoxyomène (musée du Vatican), de la façon dont Lysippe a renouvelé le genre dominé par Polyclète un siècle plus tôt : la statue honorifique d'athlète vainqueur. De l'esprit classique, il garde le formalisme et l'inexpressivité, mais ses figures sont plus élancées (la tête représente un huitième du corps, au lieu d'un septième chez Polyclète) et surtout instables, saisies dans un instant fugace.

Hermès attachant sa sandale

Photographie : Hermès attachant sa sandale

Hermès attachant sa sandale, copie romaine dont l'original du IVe siècle av. J.-C est attribué à Lysippe ou à son école, marbre. Musée du Louvre. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Parmi ses statues de divinités, seules celles d'Héraclès se sont maintenues au répertoire : il a su donner à la figure du héros un pathos nouveau, proche de l'humanité souffrante. Tantôt colossales, comme à Tarente (18 m de hauteur), et tantôt miniatures, comme l'Héraclès Épitrapézios, surtout de table réalisé sans doute pour Alexandre, ces œuvres ont connu un immense succès, à commencer par l'Héraclès Farnèse (Musée archéologique de Naples), dont la fortune a connu un regain depuis la Renaissance.

Portraitiste attitré d'Alexandre, Lysippe a établi au premier plan de l'art grec ce genre brimé par l'idéalisation classique. En conférant aux statues-portraits du conquérant (Alexandre à la lance, musée du Louvre, Alexandre Azara, ibid.) une intensité dramatique qui exprime le caractère romantique de sa personnalité, il a contribué à la formation du mythe d'Alexandre (voir le catalogue de l'exposition de Rome, Alessandro Magno, storia e mito, Leonardo Arte, Rome, 1995).

Lysippe est aussi et surtout l'auteur de grands groupes dramatiques, d'une ampleur inconnue jusque-là : dans le sanctuaire de Delphes, sans doute le Quadrige du Soleil sortant des flots, ex-voto rhodien dressé au sommet d'un haut pilier en face du temple d'Apollon, et sûrement la Chasse d'Alexandre, ex-voto de Cratéros, l'un des lieutenants d'Alexandre, réalisée en collaboration avec Léocharès ; dans le sanctuaire de Zeus Olympien à Dion (Macédoine), le Sacrifice de la Garde montée à la bataille du Granique, ex-voto d'Alexandre lui-même, dont une statuette en bronze d'Herculanum reproduit peut-être la figure centrale du conquérant. L'écho de ces grandes mises en scène tumultueuses se retrouve sur divers supports, comme le Sarcophage d'Alexandre (Musée archéologique d'Istanbul) ou la mosaïque de la Bataille d'Alexandre à Pompéi (Naples), qui participent du même style, où la virtuosité est au service de l'exaltation.

Sarcophage dit d'Alexandre le Grand

Photographie : Sarcophage dit d'Alexandre le Grand

Sarcophage dit d'Alexandre le Grand, 333-311 av. J.-C. Marbre blanc. Hauteur : 1,45 m, largeur : 2,86 m, profondeur : 1,18 m. Ce sarcophage servit de sépulture à un roi de Sidon. Découvert en 1887 dans la nécropole de Sidon. Musée archéologique, Istanbul, Turquie.  

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

Les fils et les élèves de Lysippe, comme Charès de Lindos, auteur du fameux Colosse de Rhodes (vers 290 avant J.-C.), diffuseront durant le iiie siècle les différentes facettes du génie de Lysippe, dont l'œuvre devient ainsi l'une des composantes [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Hermès attachant sa sandale

Hermès attachant sa sandale
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Sarcophage dit d'Alexandre le Grand

Sarcophage dit d'Alexandre le Grand
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : ancien membre de l'École française d'Athènes, professeur émérite d'archéologie grecque à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  LYSIPPE (env. 390-env. 305 av. J.-C.)  » est également traité dans :

DELPHES

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN, 
  • Giulia SISSA
  •  • 9 601 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Monuments et offrandes »  : […] Plus qu'aucun autre site archéologique, Delphes permet de suivre le développement de la grande architecture sacrée en pierre, à travers les quelques types de bâtiments et les modes de construction (ordres) auxquels elle s'est très vite limitée. En dépit de la ruine très avancée de presque tous les monuments, la régularité de tous ces édifices est telle qu'on peut reconstituer avec une quasi-certi […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 521 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre «  Le second classicisme »  : […] Avec la chute d'Athènes vaincue par Sparte en 404 se termine la période qui, sous le nom de siècle de Périclès, passe aux yeux de beaucoup pour la plus brillante de l'histoire artistique de la Grèce ; et, de fait, ce « siècle » présente, plus nets, plus purs de tout mélange qu'ils ne le furent à nul moment, les caractères les plus typiques et les plus admirables de l'hellénisme. Un métier sûr de l […] Lire la suite

PORTRAIT, art grec

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 345 mots
  •  • 3 médias

Que l'art grec, si exclusivement attaché à la représentation de la figure humaine, ait tardé à pratiquer le portrait, ce n'est un paradoxe qu'en apparence : durant toute la période archaïque et jusqu'au second classicisme du ~ iv e siècle, les artistes grecs sont restés tributaires des types créés au ~ vii e siècle pour des fins religieuses. Couroi et corés, quand bien même placés sur des tombes […] Lire la suite

RENOUVELLEMENT DE LA SCULPTURE GRECQUE

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 192 mots
  •  • 1 média

Un type athlétique, nouveau par ses proportions et son attitude, mis au point par Lysippe, le grand bronzier de Sicyone (Péloponnèse) ; des figures rêveuses, d'une sensualité inconnue jusque-là, créées par le maître athénien Praxitèle ; un retour au marbre suscité par l'énorme chantier du mausolée d'Halicarnasse, auquel participent Timothéos, vétéran du maniérisme, mais aussi Bryaxis, Léocharès et […] Lire la suite

REPRODUCTION DES ŒUVRES D'ART - Les copies dans la sculpture antique

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 3 992 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Invention et imitation dans l'art grec »  : […] Dans l'art grec, la copie est partout et nulle part. Dès le début du vi e  siècle, de grandes offrandes sculptées n'hésitent pas à présenter des doublets : à Delphes, les Jumeaux d'Argos (590-580 av. J.-C.) ; à Samos, les groupes de Chéramyès (vers 570 ; une réplique de l' Hèra de Samos du Louvre a été trouvée en 1984) et de Généléos (vers 560). Encore ces statues se distinguent-elles par tel ou […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard HOLTZMANN, « LYSIPPE (env. 390-env. 305 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/lysippe/