MAUSOLE (mort en 353 av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils du satrape de Carie Hécatomnos qui exerce son pouvoir au milieu du ~ ive siècle, Mausole succède à son père en ~ 377-~ 376. Pratiquement indépendant du Grand Roi, il entretient tout d'abord d'excellentes relations avec le pouvoir central et il coopère en ~ 365 avec le karanos, ou chef des armées impériales, Autophradate, dans la répression de la révolte d'Ariobarzane, satrape de Phrygie et de Mysie, qui s'est soulevé contre Artaxerxès II Mnémon. Mais la rébellion d'Ariobarzane n'est que le prodrome d'un soulèvement plus vaste : la révolte des satrapes qui bouleverse l'Asie Mineure en ~ 362. Le karanos Autophradate lui-même s'est déclaré rebelle et Mausole se laisse impliquer dans le parti des révoltés ; mais il est assez habile pour le quitter avant qu'Artaxerxès en ait raison. Il semble que son initiale solidarité n'ait pas été la conséquence d'un entraînement passager, mais bien plutôt la manifestation d'une volonté d'expansion et d'ouverture vers le monde de la Grèce dont un autre effet a été l'abandon de son ancienne capitale, Mylasa, au profit d'Halicarnasse. Ayant su tirer diplomatiquement son épingle du jeu lors de l'affaire des satrapes, Mausole ne fut pas affecté dans son gouvernement de la Carie. Il met à nouveau en œuvre sa politique expansionniste au détriment de la Lycie et de l'Ionie.

Le conflit de ses intérêts et de ceux d'Athènes l'incite à intervenir dans les affaires de la seconde ligue maritime (~ 377-~ 336) qu'Athènes a constituée pour protéger de nombreuses cités grecques contre l'hégémonie spartiate. Mais après Leuctres et l'affaiblissement des Spartiates, et un regain d'autoritarisme de la part d'Athènes qui semblait retomber dans les erreurs de la première ligue attico-délienne (~ 478-~ 404), l'organisation de la seconde ligue paraît à la fois inutile et oppressive. En ~ 357, à l'instigation de Mausole, les grandes îles se révoltent et refusent de fournir à Athènes les prestations st [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  MAUSOLE (mort en 353 av. J.-C.)  » est également traité dans :

CARIE, Asie Mineure

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 317 mots

Région montagneuse, la Carie s'étend au sud-ouest de l'Asie Mineure. Les pentes verdoyantes et le relief difficile du massif cristallin, qui bordent la Méditerranée, font place dans l'intérieur à de hautes plaines partiellement karstiques déjà très dénudées (poljé de Muǧla, plaines de Tavas et d'Aci Payam) encastrées dans des massifs calcaires (Boz daǧ, 2 421 m). Les deux villes les plus important […] Lire la suite

MAUSOLÉE

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 312 mots
  •  • 1 média

Devenu générique à partir du i er siècle, pour désigner tout monument funéraire de vastes proportions et de riche apparence, le terme mausolée fut d'abord spécifique et s'appliquait au monument de Mausole, satrape de Carie au milieu du ~ iv e  siècle, que le prince fit élever et que son épouse Artémis fit terminer à Halicarnasse, la capitale de sa province. Le Mausolée, dressé sur une vaste terra […] Lire la suite

Pour citer l’article

Valentin NIKIPROWETZKY, « MAUSOLE (mort en 353 av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mausole/