SATRAPE

En vieux perse : khshathrapavā (protecteur du royaume), titre des gouverneurs provinciaux de l'empire perse achéménide. Cyrus II, le premier, divisa l'empire en satrapies, et Darius II paracheva son œuvre centralisatrice en créant vingt de ces provinces et en fixant leur tribut annuel.

Les satrapes, nommés par le roi, appartenaient soit à la famille royale, soit à la noblesse perse, et la durée de leur charge n'était pas limitée. Dans les limites de leur province, ils levaient des impôts et représentaient l'autorité judiciaire suprême ; responsables de la sécurité intérieure, ils enrôlaient et entretenaient leur propre armée. Pour éviter tout risque d'abus de pouvoir, Darius institua un système de contrôle : les hauts fonctionnaires de la satrapie et le commandant des troupes de garnison stationnées dans la province étaient directement responsables devant le roi, et des inspections périodiques étaient effectuées par des fonctionnaires royaux, en particulier par ceux qu'on appelait « œil et oreille du roi ». Cependant, avec l'affaiblissement de l'autorité centrale au cours de la seconde moitié du ~ ve siècle, les satrapes devinrent pratiquement indépendants. Le système administratif des satrapies fut conservé par Alexandre le Grand et ses successeurs.

— Universalis

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

Classification

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ACHÉMÉNIDES

    • Écrit par Gilbert LAFFORGUE
    • 3 164 mots
    • 3 médias
    ...appelait ainsi les dix mille archers et piquiers de la garde royale, parce que chaque soldat tué était immédiatement remplacé). Dans chaque province, un satrape commande les troupes qui assurent le maintien de l'ordre ; il est également chargé de faire rentrer les impôts – tribut et « dons » – et de surveiller...
  • CYRUS LE GRAND, roi des Perses et des Mèdes (env. 559-env. 530 av. J.-C.)

    • Écrit par Valentin NIKIPROWETZKY
    • 949 mots
    • 2 médias

    Fondateur proprement dit de l'empire perse des Achéménides, du nom d'Achéménès, ancêtre éponyme de la dynastie, dont l'histoire ne sait plus rien. Selon Hérodote, Cyrus, petit-fils d'Astyage, roi des Mèdes, fut sauvé à sa naissance par Harpage qui avait pourtant...

  • MAUSOLE (mort en 353 av. J.-C.)

    • Écrit par Valentin NIKIPROWETZKY
    • 514 mots

    Fils du satrape de Carie Hécatomnos qui exerce son pouvoir au milieu du ~ ive siècle, Mausole succède à son père en ~ 377-~ 376. Pratiquement indépendant du Grand Roi, il entretient tout d'abord d'excellentes relations avec le pouvoir central et il coopère en ~ 365 avec le karanos...

  • XANTHOS

    • Écrit par Pierre DEMARGNE
    • 2 050 mots
    • 1 média
    Comme les autres villes lyciennes, Xanthos est restée relativement indépendante et même participe à la révolte des satrapes contre le Grand Roi : une mention du satrape Autophradatès figure sur le sarcophage de Payava. Le dynaste Arbinas, dont le nom apparaît sur plusieurs inscriptions du Létôon,...

Voir aussi