Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DOMINICAINE RÉPUBLIQUE

Nom officiel

République Dominicaine (DO)

    Chef de l'État et du gouvernement

    Luis Abinader (depuis le 16 août 2020)

      Capitale

      Saint-Domingue

        Langue officielle

        Espagnol

          Unité monétaire

          Peso dominicain (DOP)

            Population (estim.) 10 954 000 (2024)
              Superficie 48 223 km²

                Avec une superficie de 48 730 kilomètres carrés, la république Dominicaine est le deuxième plus grand pays des Antilles après Cuba. Il occupe la partie orientale de l'île Hispaniola qu'il partage avec Haïti. Le pays est également le deuxième pour sa population (presque 9,2 millions d'hab., estimation de 2006) et bénéficie d'un taux de croissance de 6 % qui en fait l'une des économies les plus dynamiques de la Caraïbe depuis les années 1990. La personnalité géographique de la république Dominicaine est marquée par sa capacité à s'adapter au marché mondial et à attirer les capitaux nécessaires à son développement. Dès le xvie siècle, c'est dans un esprit pionnier que les conquistadores jettent les fondements d'une œuvre de civilisation et de foi : la colonisation du Nouveau Monde. La république Dominicaine est ainsi le siège de la première expérience d'agriculture de plantation, le lieu du premier contact entre les Européens et les Amérindiens. Cette rencontre a des conséquences dramatiques pour la population locale : les Taïno n'ont pu résister aux mauvais traitements infligés par les Espagnols. La colonisation a laissé des traces profondes dans les paysages et dans les cœurs ; première terre de mission de l'Église dans le Nouveau Monde, le pays a gardé des vestiges prestigieux : la cathédrale de Saint-Domingue, de nombreux couvents et églises dont la restauration rappelle l'attachement de la nation dominicaine à ses racines chrétiennes et latines. L'économie coloniale reste atone jusqu'à la fin du xixe siècle, date à partir de laquelle se met en place une économie agricole tournée vers l'exportation : cacao, café, sucre et tabac deviennent les piliers de l'économie locale. Aujourd'hui, la république Dominicaine se caractérise par une économie dynamique reposant essentiellement sur le tourisme et les zones franches. Ces deux secteurs sont venus prendre le relais de l'économie sucrière, dont la crise amorcée au milieu des années 1980 s'est transformée en débâcle depuis la fin de l'accès privilégié aux marchés européens et nord-américains, à cause de la libéralisation des échanges.

                Dominicaine (République) : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Dominicaine (République) : carte physique

                Dominicaine (République) : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Dominicaine (République) : drapeau

                Géographie

                Un paysage montagneux mais ouvert

                Le relief est dominé par la cordillère centrale qui culmine à 3 175 mètres avec le Pico Duarte, le sommet le plus élevé des Antilles. Cette chaîne de montagne constitue l'ossature d'un système de sédiments secondaires plissés, différencié en chaînes et en vallées souvent séparées par des failles. La dépression du lac Enriquillo située dans un graben est à 30 mètres sous le niveau de la mer. Les principaux fleuves, comme le Yaque del Norte, le Yuna, le Camu et le Yaque del Sur coulent entre des contreforts montagneux imposants. Ces vallées laissent pénétrer loin à l'intérieur des terres l'influence des alizés qui soufflent du nord-est et qui sont responsables de l'alternance entre une saison humide (de mai à novembre) et une saison sèche (de novembre à mai). Les versants au vent sont plus arrosés (Samaná, Higüey) que les versants sous le vent (Barahona, Jimani, Pedernales, Montecristi). La végétation s'en ressent et présente une mosaïque de milieux selon l'altitude et l'exposition. On passe ainsi de la forêt dense sempervirente (presqu'île de Samaná) à la savane de type semi-aride (autour de la dépression des grands lacs). Entre juin et novembre, le passage des cyclones provoque des dégâts catastrophiques pour la population, les biens et l'économie.

                La primauté de l'héritage hispanique

                La Española (nom donné par Colomb à l'île en 1492, devenu Hispaniola) est le premier point d'ancrage de la présence espagnole dans le Nouveau Monde. En même temps que la société créole, se mettent en place une trame urbaine et un semis[...]

                La suite de cet article est accessible aux abonnés

                • Des contenus variés, complets et fiables
                • Accessible sur tous les écrans
                • Pas de publicité

                Découvrez nos offres

                Déjà abonné ? Se connecter

                Écrit par

                • : agrégé de géographie, maître de conférences à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne
                • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

                . In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

                Médias

                Dominicaine (République) : carte physique - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Dominicaine (République) : carte physique

                Dominicaine (République) : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

                Dominicaine (République) : drapeau

                République Dominicaine : économie - crédits : Encyclopædia Universalis France

                République Dominicaine : économie

                Autres références

                • DOMINICAINE RÉPUBLIQUE, chronologie contemporaine

                  • Écrit par Universalis
                • BALAGUER JOAQUÍN (1907-2002)

                  • Écrit par Universalis
                  • 172 mots

                  Homme politique dominicain. Après des études de droit, Joaquín Balaguer entre dans les arcanes du pouvoir sous l'égide du dictateur Trujillo, qui le désigne comme vice-ministre des Affaires étrangères en 1937 et même comme président nominal du pays en 1960. Après l'assassinat du tyran en 1961, Balaguer...

                • BOSCH JUAN (1909-2001)

                  • Écrit par Universalis
                  • 160 mots

                  Homme politique dominicain et écrivain. Pour fuir le régime du dictateur Trujillo, ce conteur et romancier du monde rural s'exile à Porto Rico en 1938, puis à Cuba, où il fonde l'année suivante le Parti révolutionnaire dominicain, qui est encore le principal parti politique du pays. De retour à ...

                • CARAÏBES - Littératures

                  • Écrit par Jean-Pierre DURIX, Claude FELL, Jean-Louis JOUBERT, Oruno D. LARA
                  • 15 575 mots
                  • 4 médias
                  Pendant la première moitié du xvie siècle, la ville de Saint-Domingue devient la capitale culturelle du Nouveau Monde, et de son Université et de ses couvents sortent les premiers manuels d'évangélisation et les premiers traités d'ethnologie qui constituent l'apport essentiel de la littérature missionnaire....
                • HAÏTI

                  • Écrit par Universalis, Jean Marie THÉODAT
                  • 8 702 mots
                  • 11 médias
                  ...par le général Jean-Pierre Boyer. Mais le pays se scinde de nouveau en deux en 1844, quand la partie orientale proclame son indépendance en tant que république Dominicaine. À partir des années 1850, le pays connaît des régimes de plus en plus autoritaires qui en font un modèle de gabegie administrative....
                • Afficher les 8 références

                Voir aussi