BOYER JEAN-PIERRE (1776-1850)

Homme politique et soldat, président d'Haïti de 1818 à 1843, né à Port-au-Prince en 1776, mort à Paris le 9 juillet 1850.

Jean-Pierre Boyer, mulâtre de père provençal et de mère guinéenne, est élevé en France. Après avoir combattu le général noir Toussaint Louverture et s'être rallié au chef mulâtre Alexandre Pétion, il est au côté de ce dernier contre Henri Christophe, quand l'assassinat de l'empereur Jean-Jacques Dessalines (1806) transforme en rivaux les deux leaders. Désigné par Pétion pour lui succéder à la présidence (1818) Boyer peut unifier le pays après la mort de Christophe.

Pendant sa présidence, Jean-Pierre Boyer tente d'enrayer le déclin de l'économie, initié avec la révolte victorieuse des esclaves noirs contre leurs maîtres français dans les années 1790, en faisant voter le Code rural. Ce texte tente d'attacher les travailleurs agricoles à leurs plantations en leur interdisant de quitter celles-ci, d'entrer dans les villes, de créer des fermes ou d'ouvrir des boutiques en propre. Il prévoit aussi la création d'une police rurale pour mettre ses dispositions en application. Ce dispositif ne parvient pas toutefois à arrêter le déclin de la production.

Boyer négocie un accord avec la France en 1825, par lequel celle-ci consent à reconnaître l'indépendance d'Haïti contre le paiement d'une lourde indemnité, à titre de compensation pour le massacre de planteurs français par des esclaves noirs pendant les guerres d'indépendance. Même réduits de 150 millions à près de 60 millions de francs en 1838, ces paiements, ajoutés à la destruction des plantations, représentent un fardeau financier impossible à assumer pour un pays déjà appauvri.

Jean-Pierre Boyer entretient aussi une immense armée et des fonctionnaires corrompus qui harcèlent continuellement la population rurale. Le fossé entre paysans noirs de la campagne et mulâtres des villes se creuse pendant sa présidence. La corruption et le marasme économique mènent à une rébellion en 1843, qui oblige Boyer à fuir à la Jamaïque, puis à Paris, où il achève sa vie.

—  Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  BOYER JEAN-PIERRE (1776-1850)  » est également traité dans :

DOMINICAINE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  •  • 6 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le retour dans le giron de l'Espagne, 1809-1821 »  : […] de Bolívar. Mais, en même temps, des représentants de l'élite des éleveurs négocient avec le président haïtien Jean-Pierre Boyer l'annexion pure et simple du pays à Haïti. Ce dernier profite des dissensions internes aux insurgés et, en février 1822, les troupes haïtiennes entrent sans coup férir dans la capitale. L'occupation haïtienne durera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-dominicaine/#i_12631

HAÏTI

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  • , Universalis
  •  • 8 676 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La nature autoritaire du pouvoir »  : […] la dissidence larvée dure jusqu'en 1820. La réunification totale de l'île est entreprise de 1822 à 1844 par le général Jean-Pierre Boyer. Mais le pays se scinde de nouveau en deux en 1844, quand la partie orientale proclame son indépendance en tant que république Dominicaine. À partir des années 1850, le pays connaît des régimes de plus en plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haiti/#i_12631

Pour citer l’article

« BOYER JEAN-PIERRE - (1776-1850) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-boyer/