HISPANIOLA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Baptisée « la Española » lors de sa découverte par Christophe Colomb en 1492, cette île des Grandes Antilles devint, par déformation, Hispaniola, son nom américain étant Haïti (Grande Terre) ou Quiqueya (Terre haute). Par la suite, on prit coutume de l'appeler Saint-Domingue, du nom de sa capitale (Santo Domingo) fondée en 1496 par Bartolomé Colomb. Elle s'étend sur 76 480 kilomètres carrés au sud du 20e parallèle et mesure environ 650 kilomètres d'est en ouest et 250 kilomètres du nord au sud dans sa plus grande largeur. Son relief, très accidenté, présente une alternance de chaînes plissées, de horsts et de fossés d'effondrement disposés en bandes parallèles du nord au sud (point culminant : Pico Duarte, 3 175 mètres dans la Cordillère centrale). Les plaines assez vastes se trouvent dans le Sud-Est et dans le Centre nord-ouest. De très grandes variations de l'exposition par rapport aux alizés provoquent une pluviométrie très contrastée d'une région à l'autre.

L'occupation espagnole au xvie siècle resta limitée à la plaine du Sud-Est, autour de Santo Domingo, et à la vallée de Cibao, à cause du manque de métaux précieux. Aussi, à partir de 1625, les Français commencèrent-ils à s'installer à l'île de la Tortue, puis dans les petites plaines de la partie occidentale. En 1697, l'Espagne reconnut à la France la possession de cette région. En 1804, la colonie française devint indépendante sous le nom de république d'Haïti ; après l'occupation haïtienne de 1822 à 1843, la partie espagnole proclama à son tour son indépendance en 1844 sous le nom de république Dominicaine. Actuellement, Hispaniola est partagée en deux États : à l’ouest, la république d’Haïti, 27 750 kilomètres carrés et, à l'est, la république Dominicaine, 48 730 kilomètres carrés.

—  Jean-Claude GIACOTTINO

Écrit par :

Classification


Autres références

«  HISPANIOLA  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN, 
  • René BLANCHET, 
  • Jacques BOURGOIS, 
  • Jean-Louis MANSY, 
  • Bernard MERCIER DE LÉPINAY, 
  • Jean-François STEPHAN, 
  • Marc TARDY, 
  • Jean-Claude VICENTE
  •  • 24 175 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La chaîne nord-caraïbe »  : […] La partie orientale de la frontière nord de la plaque Caraïbes est jalonnée par le chapelet d'îles des Grandes Antilles : Cuba, la Jamaïque, Hispaniola, Porto Rico et îles Vierges. Ces îles représentent les fragments émergés de la chaîne nord-caraïbe, dont les lanières furent découpées et décalées au Tertiaire par des décrochements senestres. L'île de Cuba comporte dans sa partie centrale les zon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-structure-et-milieu-geologie/#i_21413

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 932 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « L'expérience antillaise »  : […] Les Antilles, découvertes les premières, ont été, tout naturellement, le terrain d'essai de l'action castillane. Colomb ne s'intéressait pas à une colonisation de peuplement. Pour lui, l'essentiel était de tirer parti des immenses privilèges que lui reconnaissaient les capitulations de Santa Fe et de profiter du monopole qu'il partageait avec les Rois Catholiques, ses associés dans l'entreprise, p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/amerique-histoire-amerique-espagnole/#i_21413

CIBONEY

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 242 mots

Population indienne de la mer des Caraïbes, les Ciboney habitent les îles d'Hispaniola et de Cuba ; leur nom vient de l'arawak et signifie « ceux qui habitent des grottes ». À l'époque des premiers contacts avec les Européens, ils furent relégués dans les régions retirées de ces îles par leurs puissants voisins, les Taino Arawak, qui vivaient également sur de petites îles proches du littoral. Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciboney/#i_21413

COLOMB CHRISTOPHE (1451 ou 1452-1506)

  • Écrit par 
  • Marianne MAHN-LOT
  •  • 2 194 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les quatre voyages et la fin »  : […] Le 3 août 1492, l'explorateur quitte Palos, à la tête de trois caravelles (la Santa Maria , la Pinta et la Niña )  ; deux d'entre elles appartenaient à Martín Pinzón, riche armateur de Palos dont le concours s'était révélé indispensable pour le recrutement des équipages. Le coup de chance – ou le trait de génie – de Colomb aura été […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christophe-colomb/#i_21413

DÉCOUVERTE DE L'AMÉRIQUE PAR COLOMB

  • Écrit par 
  • Olivier COMPAGNON
  •  • 247 mots
  •  • 1 média

Cartographe et marin d'origine génoise, né en 1451, Christophe Colomb voue son existence à la recherche d'une voie maritime qui permettrait de gagner les Indes par l'ouest. Après avoir vainement tenté de vendre ses services au Portugal, il obtient les faveurs de la couronne espagnole et peut entreprendre, le 3 août 1492, une première expédition. Le 12 octobre, les trois caravelles (la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-l-amerique-par-colomb/#i_21413

DOMINICAINE RÉPUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  •  • 6 812 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] Lorsque Christophe Colomb accoste, le 5 décembre 1492, l'île, qui s'appelait alors Ayti Quisqueya ou Bohio, est occupée par les Taïno, peuple d'origine amazonienne de la famille des Arawaks. En baptisant l'île la Española – « l'Espagnole » – Christophe Colomb commence la colonisation européenne du Nouveau Monde. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/republique-dominicaine/#i_21413

HAÏTI

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  • , Universalis
  •  • 8 673 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Histoire  »  : […] La république d'Haïti occupe la partie occidentale de l'île Hispaniola, un territoire qui a été, jusqu'en 1804, colonie française sous le nom de Saint-Domingue. L'histoire d'Haïti est ponctuée de séquences sanglantes (révoltes des esclaves, massacre de Dessalines en 1804, fin de la partition de l'île en 1844, etc.). Les Haïtiens d'aujourd'hui ne sont pas les descendants directs des premiers habit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haiti/#i_21413

LAS CASAS BARTOLOMÉ DE (1474-1566)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 1 760 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Clerc et colon aux Antilles »  : […] Bartolomé de Las Casas est né à Séville, d'une famille de marchands (peut-être des conversos , ou juifs convertis) en relation avec les Colomb. Son père prit part au deuxième voyage du découvreur. Bartolomé lui-même, qui avait reçu les ordres mineurs, partit chercher fortune à Hispaniola ( Haïti) en 1502. Il y reçut une encomienda ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bartolome-de-las-casas/#i_21413

PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Sud

  • Écrit par 
  • Jean-François BOUCHARD, 
  • André DELPUECH, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Dominique LEGOUPIL, 
  • Stéphen ROSTAIN
  • , Universalis
  •  • 23 161 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les chefferies taïnos »  : […] Entre le xii e et le xv e  siècle s'est épanouie dans les Grandes Antilles la culture Ostionoïde Chican, qui correspond aux sociétés amérindiennes rencontrées par Christophe Colomb et qui ont été dénommées « Taïnos » bien plus tard. Apparue en République dominicaine, elle s'est répandue vers 120 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precolombiens-amerique-du-sud/#i_21413

Pour citer l’article

Jean-Claude GIACOTTINO, « HISPANIOLA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hispaniola/