TAÏNO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Indiens de langue arawak qui, au début du xvie siècle, habitaient les Antilles : Porto Rico, Hispaniola et la région orientale de Cuba. Les Taïno ont disparu, victimes des maladies et du travail forcé introduits par la colonisation.

L'économie avait pour base l'agriculture sur brûlis. La culture la plus importante était celle du manioc. Les Taïno cultivaient aussi la patate douce et le maïs qu'ils consommaient grillé ou vert. Ils étaient d'habiles artisans. Ils fabriquaient de la poterie mais excellaient surtout dans le travail de la pierre et du bois. Bien que les Espagnols aient beaucoup parlé de l'or des Taïno, très peu d'objets de ce métal ont été découverts ; ceux que l'on connaît sont en or martelé. Les villages pouvaient compter jusqu'à un millier de maisons et leur population atteignait parfois 5 000 personnes. Les murs étaient faits de poteaux de bois et de roseaux, et le toit était de chaume. Les habitations étaient disposées autour d'une place centrale, qui servait de terrain pour le jeu de balle pratiqué par les Taïno. Les chefs des villages rendaient hommage aux chefs territoriaux de leur choix. Ils constituaient avec leur suite une aristocratie qui dominait les autres classes sociales : paysans, artisans et esclaves.

Animistes, les Taïno croyaient aux esprits des morts et aux esprits des phénomènes naturels. Ceux-ci pouvaient être contrôlés par l'intermédiaire des zemis ou idoles qui devenaient le lieu de résidence de ces esprits. Sculptées dans la pierre ou le bois, ces idoles avaient généralement la forme d'hommes et de femmes grotesques. Chaque maison en possédait au moins une. Les zemis des chefs avaient des pouvoirs particuliers et étaient installés dans des temples situés à la périphérie des villes ; on se les conciliait par des chants, par des danses et par des offrandes de nourriture.

—  Susana MONZON

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TAÏNO  » est également traité dans :

ARAWAKS & KARIBS

  • Écrit par 
  • Oruno D. LARA
  •  • 3 307 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les apports de l'archéologie »  : […] L'établissement des Arawaks et des Karibs fut le résultat d'intenses mouvements de population entre les domaines continental et insulaire de l'aire des Caraïbes. Les îles de l'archipel oriental des Caraïbes furent utilisées dans le processus des migrations entre les grandes unités, de la Floride à la Terre-Ferme, des isthmes au Venezuela. L'implantation dans les milieux insulaires commença dans de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arawaks-et-karibs/#i_21678

CIBONEY

  • Écrit par 
  • Agnès LEHUEN
  •  • 242 mots

Population indienne de la mer des Caraïbes, les Ciboney habitent les îles d'Hispaniola et de Cuba ; leur nom vient de l'arawak et signifie « ceux qui habitent des grottes ». À l'époque des premiers contacts avec les Européens, ils furent relégués dans les régions retirées de ces îles par leurs puissants voisins, les Taino Arawak, qui vivaient également sur de petites îles proches du littoral. Par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ciboney/#i_21678

HAÏTI

  • Écrit par 
  • Jean Marie THÉODAT
  • , Universalis
  •  • 8 673 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « La découverte et la colonisation espagnole »  : […] Comme dans le reste des Antilles, les premiers habitants étaient des populations d'origine sud-américaine, venues du bassin de l'Orénoque et des Guyanes vers 5 500 avant J.-C., qui ont progressivement colonisé les îles. Ils sont arrivés par vagues successives : d'abord les Ciboney, jusqu'au i er  siècle avant J.-C, puis, vers 700, les Taïno, peup […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/haiti/#i_21678

PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Sud

  • Écrit par 
  • Jean-François BOUCHARD, 
  • André DELPUECH, 
  • Danièle LAVALLÉE, 
  • Dominique LEGOUPIL, 
  • Stéphen ROSTAIN
  • , Universalis
  •  • 23 161 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les chefferies taïnos »  : […] Entre le xii e et le xv e  siècle s'est épanouie dans les Grandes Antilles la culture Ostionoïde Chican, qui correspond aux sociétés amérindiennes rencontrées par Christophe Colomb et qui ont été dénommées « Taïnos » bien plus tard. Apparue en République dominicaine, elle s'est répandue vers 120 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precolombiens-amerique-du-sud/#i_21678

Pour citer l’article

Susana MONZON, « TAÏNO », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taino/