Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PÉCHÉ ORIGINEL

Le terme de péché originel a été créé par saint Augustin, probablement en 397, pour désigner l'état de péché dans lequel se trouve tout homme du fait de son origine à partir d'une race pécheresse ; et, ultérieurement, il a été étendu au péché d'Adam, premier père de l'humanité. La doctrine du péché originel, dont le germe est contenu dans les Écritures juives et chrétiennes, puis dans les œuvres des anciens écrivains chrétiens, a provoqué de siècle en siècle d'innombrables spéculations. Il importe de noter d'abord qu'il s'agit d'un cas particulier des doctrines philosophiques ou religieuses destinées à expliquer l'origine du mal. Dans d'autres systèmes de pensée, qu'il s'agisse de mythes, comme chez les primitifs, ou de philosophies élaborées, le mal est antérieur à l'homme ; il vient d'un principe mauvais s'opposant à un dieu bon, d'une faute commise par un dieu et perturbant l'œuvre des autres dieux, ou de l'intervention d'anges pécheurs enseignant aux hommes les arts pervers de la civilisation, ou encore de la chute des âmes,ayant péché avant leur existence dans le monde et étant « tombées » dans le corps par l'effet d'un châtiment ou par libre choix. Dans la pensée existentialiste, l'absence de transcendance fonde la tragédie de l'existence. Dans les systèmes idéalistes allemands, le mal est un moment dialectique dans le développement du bien.

Se distinguant de ces doctrines, la doctrine biblique et chrétienne affirme que le monde et l'homme ont été créés bons, bien que limités, qu'en particulier la vie sexuelle et le développement culturel sont choses bonnes et ne résultent nullement d'un défaut ou d'un péché antérieurs à l'homme. S'il y a du mal dans l'humanité, c'est par suite du libre péché de l'homme. Le péché remonte aux origines de l'humanité. Les générations actuelles pâtissent des conséquences du passé par diverses souffrances et aussi (tel est le point spécifique de la doctrine du péché originel) par une certaine solidarité dans le péché. Cet état présent n'exclut pas toute possibilité de bien dans l'humanité. Il n'exclut pas davantage l'éventualité que les nouveaux venus à l'existence pèchent à leur tour, ajoutant ainsi au mal déjà existant. Simplement la vie religieuse et morale de chacun, avec ses libres fautes toujours possibles, est prévenue par un péché déjà présent au plus profond d'elle-même, avant même de s'éveiller à un exercice personnel.

Dans cette perspective biblique et chrétienne, l'objet principal de la doctrine du péché originel tend à se déplacer de la réponse théorique au problème du mal vers le diagnostic de ce mélange de bien et de mal qu'est la conscience individuelle. Cela doit finalement conduire à mettre l'accent sur le remède préparé au péché originel par un Dieu qui a créé l'homme bon et veut aboutir à ses fins malgré les déficiences de sa créature.

Les sources bibliques et la théologie chrétienne

Le récit de la Genèse et saint Paul

Diptyque, H. Van der Goes - crédits :  Bridgeman Images

Diptyque, H. Van der Goes

La doctrine du péché originel ne s'est pas développée dans le judaïsme avec la même richesse que dans le christianisme. Aux abords de l'ère chrétienne, quelques écrits juifs non canoniques font remonter à Adam les peines qui pèsent sur l'humanité ; la transmission d'un état de péché du premier père à sa race est chose moins claire.

Tel qu'il est rapporté par le livre de la Genèse, le récit de la chute et du châtiment du premier couple humain, comme les mythes des primitifs, n'a pas pour fonction principale de rapporter un fait individuel ancien, réel ou imaginé, mais bien plutôt d'exprimer une condition humaine générale. Il le fait en incluant un trait familier[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

André-Marie DUBARLE et André DUMAS. PÉCHÉ ORIGINEL [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Médias

Diptyque, H. Van der Goes - crédits :  Bridgeman Images

Diptyque, H. Van der Goes

La Chute, L. Cranach l'ancien - crédits : AKG-images

La Chute, L. Cranach l'ancien

Autres références

  • AUGUSTINISME

    • Écrit par et
    • 5 572 mots
    La controverse avec Julien d'Éclane, au sujet de la prédestination et du péché originel, avait durci la théorie d'Augustin.
  • BAPTÊME

    • Écrit par et
    • 3 440 mots
    • 1 média
    ...Celle-ci surgit du fait que, dans la pratique, le rituel du baptême « pour la rémission des péchés » était le même pour les enfants que pour les adultes. C'est cette question de la rémission des péchés appliquée à des êtres non capables de péchés personnels qui est alors venue au premier plan, pour aboutir,...
  • CHESTOV LÉON (1866-1938)

    • Écrit par
    • 1 104 mots
    Le récit de la Genèse revêt aux yeux de Chestov une très grande importance : ce qu'il nomme le mythe de la faute originelle pèse sur l'homme d'un poids inéluctable. Il ne s'agit point d'une désobéissance à l'égard de Dieu, mais d'un choix, celui du savoir, et par là même d'un renoncement à la liberté...
  • DÉSIR (notions de base)

    • Écrit par
    • 3 094 mots
    ...d’Hippone (354-430) et des Pères de l’Église, les théologiens vont ajouter une dimension démoniaque au désir, le rendant en particulier responsable du péché originel qui nous a éloignés du divin et condamnés à une vie misérable. Il faut remarquer que même un philosophe tel que Descartes (1596-1650),...
  • Afficher les 18 références