RÉALISME SOCIALISTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une musique pour le peuple ?

Le réalisme est la conception selon laquelle l'art devrait reproduire le réel. Si le réalisme socialiste, au xxe siècle, toucha tous les pays socialistes ou communistes, c'est en Union soviétique qu'il s'appliqua le plus durement : comme dans toutes les dictatures, les dirigeants s'intéressèrent très rapidement à la culture. Avant même le déclenchement de la révolution russe de 1917, Alexandre Bogdanov avait fondé une organisation culturelle et didactique, la Proletarskaïa Kultura (« La Culture prolétaire »), défendant l'idée de l'existence d'une culture du peuple autonome, fondée sur des actions collectives, à la différence de la culture bourgeoise, qui repose sur des réalisations individuelles.

Si la révolution de 1917 détruisit les mouvements artistiques existants, elle en suscita, par ailleurs, de nouveaux. La vie musicale conserva une grande diversité après la révolution. Si les bolcheviks prirent progressivement une position de force dans les milieux musicaux, tous les ponts avec l'art occidental ne furent pas pour autant coupés et la recherche de nouvelles formes musicales se poursuivit. Dans les années 1920, des compositeurs et des interprètes occidentaux parmi les plus éminents se rendirent en Russie, et la musique contemporaine occupait une place de choix dans les concerts symphoniques et à l'opéra. L'U.R.S.S. d'alors accueillit ainsi Béla Bartók, Darius Milhaud, Paul Hindemith ou Alban Berg, tandis que les œuvres d'Igor Stravinski, d'Arnold Schönberg ou de Serge Prokofiev y étaient régulièrement données.

Parallèlement à cette vitalité musicale, les tendances révolutionnaires se manifestèrent assez précocement dans les milieux musicaux, sans avoir cependant une grande importance. On assista toutefois, entre [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  RÉALISME SOCIALISTE  » est également traité dans :

ALLEMAND THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 8 423 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le poids d'une norme esthétique »  : […] Si la politique antifasciste menée à l'Est dans la zone d'occupation soviétique depuis 1945 ne contredit pas foncièrement les choix théâtraux qu'on peut observer à l'Ouest, la création de la R.D.A. en 1949 engage une véritable rupture, à l'heure de la guerre froide. Cette rupture s'exprime moins dans l'organisation matérielle du théâtre – un réseau d'établissements publics ayant son analogue en R. […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le réalisme socialiste et sa contestation »  : […] Avec la première conférence littéraire de Bitterfeld commence une période où la littérature instrumentalisée est invitée à militer, aux côtés des autres structures de l'État et du parti, pour construire le « socialisme réellement existant ». Les années 1960 sont une période extrêmement complexe. La littérature « pour convaincre » que pratiquent les chantres du régime (Erik Neutsch, Spur der Stein […] Lire la suite

ARCHITECTURE & ÉTAT AU XXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Anatole KOPP
  •  • 3 946 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'ère stalinienne »  : […] En Union soviétique, c'est pendant la période stalinienne – c'est-à-dire entre le début des années trente et le milieu des années cinquante – que l'État tentera d'exprimer ses objectifs par les moyens de l'architecture. Cette période succède à celle des années vingt au cours de laquelle des groupes d'architectes aux conceptions différentes (constructivistes, rationalistes, partisans du classicis […] Lire la suite

CHINOISE CIVILISATION - Les arts

  • Écrit par 
  • Corinne DEBAINE-FRANCFORT, 
  • Daisy LION-GOLDSCHMIDT, 
  • Michel NURIDSANY, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Pierre RYCKMANS, 
  • Alain THOTE
  •  • 54 356 mots
  •  • 41 médias

Dans le chapitre « Le tournant des années 1970 »  : […] Certes, des artistes chinois sont venus peindre à Paris au début du xx e  siècle. Rentrés dans leur pays frottés de modernité européenne, ils eurent en fait peu d'influence sur la création chinoise des années 1920 et des décennies suivantes. Sans vrai passé, l'art contemporain chinois naît d'une décision : celle de Mao Zedong, en 1950, d'importer le modèle réaliste socialiste soviétique en Chine […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'institutionnalisation de la littérature et la mise au pas des écrivains »  : […] Fonctionnant dans ce cadre, l'écrivain bénéficie d'avantages matériels (il est salarié) ou symboliques. En contrepartie, on attend de lui qu'il produise des œuvres conformes aux canons esthétiques de l'heure – ceux qui ont été définis par Mao Zedong lors des Causeries sur l'art de Yan'an, en 1942, où il est souligné que « la littérature et l'art doivent être au service du peuple » –, et bientôt à […] Lire la suite

CHOLOKHOV MIKHAIL (1905-1984)

  • Écrit par 
  • Jean PERROT
  •  • 2 414 mots

Dans le chapitre « La « ligne » et le réalisme socialiste »  : […] L'œuvre de Cholokhov appartient à une littérature d'affirmation du socialisme, une littérature combative ; « de guerre », alors que Soljénitsyne et Tvardovski marqueront le tournant vers des écrits de contestation. L'écrivain de l'époque de Cholokhov a un devoir : susciter la foi dans la révolution et le parti ; le grand critère de l'art est « la représentation réaliste de la vie à partir des pos […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Les grands Soviétiques après 1930 »  : […] À l'avènement du parlant, comment allaient réagir les grands cinéastes soviétiques, eux qui avaient fait du cinéma muet un authentique moyen d'expression ? Il est frappant de voir que leur attitude fut à la fois réactionnaire, lucide et constructive. Dès 1930, Eisenstein, Poudovkine et Alexandrov publient un manifeste devenu célèbre, où ils prennent position : « Le film sonore, écrivent-ils, est […] Lire la suite

ÉCRITS SUR L'ART MODERNE, Louis Aragon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marianne JAKOBI
  •  • 1 091 mots

Dans le chapitre « Le réalisme contre l'avant-garde abstraite »  : […] Une seconde période de la critique d'art d'Aragon s'ouvre en 1937 avec « Réalisme socialiste et réalisme français », texte d'une conférence publiée l'année suivante dans la revue Europe . L'œuvre d'art, qui résulte de la lutte entre des éléments contradictoires, est alors considérée comme indissociable de l'unité culturelle nationale et s'inscrit dans une dimension historique. Le réalisme artistiq […] Lire la suite

ENGAGEMENT

  • Écrit par 
  • Jean LADRIÈRE, 
  • Jacques LECARME, 
  • Christiane MOATTI
  •  • 11 579 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La politisation de l'artiste »  : […] Les guerres qui se sont succédé au cours du siècle – les guerres coloniales (Maroc, Indochine, Algérie...), la Seconde Guerre mondiale, l'Occupation, la Résistance, les camps de concentration, la guerre nucléaire, la guerre froide – ont tour à tour fourni aux écrivains non seulement un matériau dramatique, et le plus souvent tragique, à profusion, mais les ont transformés en acteurs. Beaucoup y on […] Lire la suite

FADEÏEV ALEXANDRE ALEXANDROVITCH (1901-1956)

  • Écrit par 
  • Alexis BERELOWITCH
  •  • 643 mots

Secrétaire de l'Union des écrivains de 1939 à 1954, membre du comité central du Parti communiste de l'Union soviétique de 1939 à 1956 (XX e congrès) : la carrière politique et littéraire de Fadeïev se confond avec la période stalinienne. Son engagement politique est précoce : dès 1918, il entre au Parti bolchevik, puis prend part à la guerre civile jusqu'en 1921 ; il milite dans le Parti communi […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. Élection de Lionel Jospin à la tête du Parti socialiste. 9-14 octobre 1995

Les 9 et 10, les militants sont appelés à se prononcer sur la rénovation du Parti socialiste. Ils approuvent, à 94,16 p. 100, l'élection de Lionel Jospin comme premier secrétaire. La participation s'élève à 66,36 p. 100. Le retrait de Henri Emmanuelli, premier secrétaire depuis juin 1994 […] Lire la suite

Pour citer l’article

John BERGER, Howard DANIEL, Antoine GARRIGUES, « RÉALISME SOCIALISTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/realisme-socialiste/