HINDEMITH PAUL (1895-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Ferruccio Busoni

Ferruccio Busoni
Crédits : Hulton Getty

photographie

Matthias Goerne

Matthias Goerne
Crédits : Marion Kalter/ AKG-images

photographie


À l'origine du mouvement musical moderne en Allemagne, Paul Hindemith, à l'instar d'Arnold Schönberg en Autriche, représente une figure de compositeur et de théoricien de premier plan. Sous le régime de la République de Weimar, il est le symbole de la modernité, en réaction contre les derniers tenants du post-wagnérisme. Il est devenu celui du néo-classicisme, si ce n'est du conservatisme musical.

Ferruccio Busoni

Ferruccio Busoni

Photographie

Le compositeur Ferruccio Busoni en 1920. Assis, il est en compagnie du compositeur Paul Hindemith (appuyé sur le piano) et de quelques-uns de ses élèves. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le secret de son évolution se cache peut-être derrière le souci inavoué qui le conduisait à discipliner sans relâche une vitalité débordante, un instinct puissant de création dont la prodigieuse fécondité ne peut être comparée, à l'époque contemporaine, qu'à celle de Darius Milhaud. Il a systématisé – peut-être avec trop de volonté logique – sa théorie de la musique. Fidèle à son idéal, il figure le type de l'artisan au métier sûr et de l'artiste soucieux par-dessus tout de la forme.

À la recherche d'une discipline

Né à Hanau d'une famille originaire de Hesse et de Silésie, Paul Hindemith entre au Conservatoire de Francfort-sur-le-Main en classe de composition après des études de violon commencées dès 1904. En 1915, il devient Konzertmeister à l'Opéra de cette ville, poste qu'il occupe jusqu'en 1923. Il déborde d'activité, comme violoniste, comme chef d'orchestre et surtout comme altiste – en particulier dans le quatuor qu'il a fondé avec Licco Amar. Tout ce qui est résolument moderne l'intéresse. En 1921, il crée et dirige jusqu'en 1926 le festival de musique nouvelle à Donaueschingen. Les harmonies audacieuses de son opéra en un acte, Mörder, Hoffnung der Frauen (L'Assassin, espoir des femmes, op. 12, 1921) et la Suite pour piano (op. 26, 1922) traduisent une révolte de jeunesse contre la tradition. L'année 1924 consacre le fruit de ces premières recherches esthétiques. Il écrit Das Marienleben (Vie de Marie, op. 27), pour trois voix et piano, d'après Rainer Maria Rilke ; cette œuvre où la polyphoni [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  HINDEMITH PAUL (1895-1963)  » est également traité dans :

ALTO

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 993 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Œuvres majeures »  : […] Dans sa Symphonie concertante , pour violon et alto, K 364 (1779), Wolfgang Amadeus Mozart offre à l'alto un rôle équivalent à celui du violon ; et, dans son sublime Quatuor à cordes en fa majeur, K 590 (1790), la virtuosité de la partie d'alto est à peine moins grande que celle du premier violon. C'est dans le Freischütz (1821) de Carl Maria vo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alto/#i_15489

FEUERMANN EMANUEL (1902-1942)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 1 179 mots

Dans le chapitre « Le génie foudroyé »  : […] Emanuel Feuermann naît le 22 novembre 1902 à Kolomea (Kolomyja en polonais), en Galicie, province qui appartient alors à l'Empire austro-hongrois (cette ville est aujourd'hui Kolomyya, en Ukraine). Il commence ses études musicales avec son père, qui joue du violon et du violoncelle. Enfant prodige du violon, son frère aîné, Zigmund Feuermann (1900- […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emanuel-feuermann/#i_15489

GOLDBERG SZYMON (1909-1993)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 804 mots

La carrière de l'une des plus grandes figures du violon se révèle à nous sous une apparence bien discrète. Comme si avoir été pendant près de dix ans le premier violon de glorieuses formations démontrait un tempérament inadapté à une vie de soliste. Comme si le fait de choisir la musique de chambre face à la littérature concertante, le répertoire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/szymon-goldberg/#i_15489

OPÉRA - Le renouveau de l'opéra baroque

  • Écrit par 
  • Ivan A. ALEXANDRE
  •  • 11 978 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Monteverdi : le texte »  : […] Le premier obstacle qui se dresse entre l'interprète et l'œuvre est le texte. Que dit-il, que cache-t-il ? Quelle familiarité nos yeux peuvent-ils entretenir avec ceux qui l'ont lu jadis ? Entre un passé auquel ne nous rattache aucune tradition et un présent inapte à faire sentir ces beautés lointaines, où le musicien – pour ne rien dire du dramatu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-le-renouveau-de-l-opera-baroque/#i_15489

VIEUX MAURICE (1884-1951)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 760 mots

Altiste français. L'alto n'a pas émergé sans mal de la famille des cordes. Confiné dans une tâche de soutien presque anonyme, il ne commence à faire reconnaître sa personnalité que sous la plume de Jean-Sébastien Bach et Georg Philipp Telemann. Jan Křtitel Vaňhal et Carl Stamitz sauront développer ses possibilités expressives, mais c'est surtout Mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/maurice-vieux/#i_15489

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « HINDEMITH PAUL - (1895-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-hindemith/