Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RÉVOLUTION RUSSE

Révolution russe, 1917

Révolution russe, 1917

Événement politique majeur du xxe siècle, la révolution russe ou, plus exactement, les révolutions russes de l'année 1917 ont déterminé pour soixante-quatorze années (1917-1991) un cours nouveau dans l'histoire multiséculaire de la Russie, par une rupture radicale avec les structures politiques du tsarisme au profit d'un régime inédit qui donnait vie à toutes les utopies socialistes, si vigoureuses au début du siècle. D'une révolution spontanée qui renversa le tsarisme à la prise du pouvoir par le parti bolchevique, en passant par un bref intermède démocratique, se créèrent, en quelques mois, les conditions du succès d'une minorité agissante, dont l'action durant un bref mais décisif moment alla dans le sens des aspirations du plus grand nombre – la paix, la terre, le contrôle ouvrier – avant de diverger vers des décennies de dictature.

Révolutionnaires russes, 1917

Révolutionnaires russes, 1917

Affiche soviétique, 1970

Affiche soviétique, 1970

De la guerre à la révolution

Combats en octobre 1917

Combats en octobre 1917

Tous les contemporains en eurent, plus ou moins confusément, conscience : les événements révolutionnaires russes de l'année 1917 s'inscrivaient dans le grand cycle de bouleversements, de violences et de régression qui avait débuté le 1er août 1914, avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

En moins de trois ans, la guerre – une guerre totale, d'un type nouveau – allait provoquer l'effondrement du tsarisme, agissant comme un formidable révélateur des faiblesses d'un régime qui apparaissait encore en 1914 puissant et stable, bien ancré dans la voie d'un développement capitaliste accéléré depuis le début du siècle. En août 1914 (défaite de Tannenberg ), puis en mai 1915 (évacuation de la Galicie), les armées russes subissent de très graves revers. Néanmoins, malgré la perte de centaines de milliers d'hommes et d'immenses territoires (Pologne, Lituanie, Galicie), le front russe ne s'effondre pas. La décomposition vient, en réalité, de l'arrière. La fermeture des détroits et le blocus économique de la Russie fragilisent une économie largement dépendante de ses fournisseurs étrangers, et qui n'avait pas été préparée à une longue guerre d'usure. Dès le début de 1915, faute de pièces de rechange, le système des transports est désorganisé ; tout entière tournée vers l'effort de guerre, l'industrie ne fournit plus l'arrière en biens de consommation. Dans les campagnes, les paysans ne parviennent plus à acheminer leurs productions vers les villes. Le pays s'installe dans l'inflation et les pénuries. Les rapports, toujours précaires et tendus, entre villes et campagnes, se détériorent. Le pouvoir ne maîtrise plus la situation. Le tsar est déconsidéré par les revers militaires – il a pris en personne le commandement suprême des armées en septembre 1915 – comme par l'emprise qu'exerce sur le couple impérial son favori, Raspoutine, un charlatan illuminé. Tandis que la Douma ne siège plus que quelques semaines par an, gouvernements et ministres se succèdent, tout aussi incompétents et impopulaires. La rumeur publique accuse la coterie dirigée par l'impératrice, d'origine allemande, et influencée par Raspoutine, de préparer une paix séparée et d'ouvrir sciemment le territoire national à l'invasion étrangère. Devant la dissolution du pouvoir, s'organisent de toutes parts comités et associations de citoyens qui prennent en charge la gestion du quotidien : soins aux blessés (Comité de la Croix-Rouge), ravitaillement des villes et de l'armée (Union des villes, Union des zemstvos [assemblées locales]). Les Russes se gouvernent eux-mêmes : la révolution a déjà, en quelque sorte, commencé.

Nicolas II et son épouse

Nicolas II et son épouse

Raspoutine

Raspoutine

À la fin de l'année 1916, la situation politique devient très confuse : dans une atmosphère de crise politique révélée au grand jour par l'assassinat de Raspoutine (31 décembre 1916) perpétré par un membre[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Révolution russe, 1917

Révolution russe, 1917

Révolutionnaires russes, 1917

Révolutionnaires russes, 1917

Affiche soviétique, 1970

Affiche soviétique, 1970

Autres références

  • ANTONOV-OVSEÏENKO VLADIMIR ALEXANDROVITCH (1884-1938)

    • Écrit par Claudie WEILL
    • 421 mots

    Fils d'officier, Antonov-Ovseïenko entre à l'école des cadets de Voroneje. Il quitte l'armée, adhère dès 1901 au mouvement révolutionnaire et se rapproche des mencheviks en 1903. Lors de la révolution de 1905, il est l'un des experts militaires de la social-démocratie russe. Il essaye de soulever...

  • ARMÉE BLANCHE

    • Écrit par Pierre KOVALEWSKY
    • 456 mots
    • 4 médias

    Cette expression désigne ordinairement les diverses formations militaires qui ont combattu le pouvoir bolchevique en Russie de 1918 à 1922. Si leur but premier était le renversement du nouveau régime, certains de leurs chefs continuaient à se référer au pouvoir issu de la révolution de Février,...

  • BERDIAEV NICOLAS (1874-1948)

    • Écrit par Olivier CLÉMENT, Marie-Madeleine DAVY
    • 2 309 mots
    ...joue courageusement à Moscou un rôle pacificateur, et qui fait de lui un député à l'éphémère « Conseil de la République », l'inquiète par son irréalisme. La révolution bolchevique où pointe, à travers l'anarchie, l'esprit du grand inquisiteur, lui arrache d'abord un cri d'indignation. Mais bientôt,...
  • BOLCHEVISME

    • Écrit par Georges HAUPT
    • 7 595 mots
    • 6 médias

    Le terme de bolchevisme, dérivé du substantif abstrait bolchinstvo (majorité), désigne la théorie révolutionnaire de Lénine et la praxis du Parti bolchevique dont celui-ci fut le fondateur, le dirigeant et le stratège. Les origines et l'évolution sémantique de ce mot, lointain souvenir d'un...

  • Afficher les 63 références

Voir aussi