HÔTEL-DIEU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme générique qui s'est imposé à partir de la fin du Moyen Âge pour désigner l'hôpital principal de nombreuses villes. À l'origine, il est malaisé de distinguer les hôtels-Dieu des hospices et des hôpitaux. Il semble cependant qu'on ait voulu désigner ainsi les établissements charitables fondés et contrôlés par les évêques, représentants par excellence de l'Église, de ceux qui le furent par les couvents ou les laïcs. L'hôtel-Dieu, placé près de la cathédrale et administré par le chapitre, se trouvait ainsi normalement dans une cité.

À l'origine, il accueillait toutes les infortunes : pèlerins, pauvres, vieillards impotents, malades. Mais, peu à peu, la création de nouveaux établissements dans la ville permit une certaine spécialisation : l'hôtel-Dieu, fermé aux pèlerins, se réserva la plupart des malades.

Cependant, les soins s'adressaient davantage à l'âme qu'au corps, d'où l'importance donnée à la confession, à la communion des malades et à leur assistance aux offices : la grande salle commune était souvent une véritable chapelle (hôtel-Dieu de Beaune). La technique médicale est reléguée au second plan : sirops, saignées ou bains. Ce n'est qu'au xive siècle et dans les grands hôpitaux qu'apparaissent des médecins et des barbiers (alors chirurgiens) attachés à demeure. Les malades, sauf les plus gravement atteints, sont entassés à trois ou quatre par lit, au mépris de la contagion. L'hôtel-Dieu forme ainsi un dangereux foyer d'infection au cœur de la ville.

Le personnel est plus nombreux que dans les autres établissements. Frères et sœurs, engagés au service du Christ et suivant en général la règle de saint Augustin, forment une communauté religieuse qui se trouve parfois rattachée à des instituts desservant plusieurs hôtels-Dieu. Souvent ils administrent aussi le patrimoine de l'établissement.

Les hôtels-Dieu les plus célèbres sont, en France, ceux de Beaune et de Paris. Il semble que l'on puisse comparer leur âge d'or et leur aire d'extension à ceux de l'art gothique.

—  Gabriel LLOBET

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, professeur au lycée Léonard-Limosin, Limoges

Classification


Autres références

«  HÔTEL-DIEU  » est également traité dans :

FILLES-DIEU INSTITUTION DES

  • Écrit par 
  • Antoinette CHAUVENET
  •  • 738 mots

D'après la Chronique de Tours , l'institution des Filles-Dieu remonte à l'année 1225. À cette époque, Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris, ayant par ses prédications converti un grand nombre de femmes de mauvaise vie, les réunit dans un hôpital construit en 1226, auquel fut donné le nom d'hôpital des Filles-Dieu. Le but de cette fondation était de « retirer des pécheresses qui, pendant toute leu […] Lire la suite

HÔPITAL (HISTOIRE DE L')

  • Écrit par 
  • Robert-Frédéric BRIDGMAN, 
  • Universalis
  •  • 4 223 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Des sanctuaires aux œuvres charitables »  : […] Le monde antique a connu des sanctuaires dédiés aux nombreuses divinités guérisseuses, où les malades venaient en pèlerinage pour y chercher la guérison, mais n'étaient pas autorisés à séjourner. Les plus connus sont les asclépieions, dédiés à Asclépios (Esculape, fils d’Apollon foudroyé par Zeus, car il avait ressuscité des morts), construits à partir des années 350 avant J.-C. On y soignait les […] Lire la suite

HÔPITAL & HOSPICE, architecture

  • Écrit par 
  • Claire VIGNES
  •  • 1 271 mots
  •  • 1 média

L'organisation de l'assistance n'est pas propre au monde médiéval. La Grèce antique avait créé un organisme comme le Prytanée, où le citoyen ayant mérité de la patrie pouvait trouver les soins dont il avait besoin. Des traitements médicaux étaient dispensés dans des cliniques privées ou iatreia . Dans les asklepieia , sortes de lieux de pèlerinage, le malade venait chercher auprès des prêtres du d […] Lire la suite

HOSPICE

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 351 mots

Pendant longtemps on ne put distinguer les hospices des hôpitaux ; mais l'institution des hôtels-Dieu, à la fin du Moyen Âge, leur permit un début de spécialisation. Certes, aucune misère ne fut indifférente aux pieux fondateurs (couvents, riches particuliers, municipalités). Cependant dans les villes, les malades étaient le plus souvent dirigés vers les hôtels-Dieu alors que les hospices accuei […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabriel LLOBET, « HÔTEL-DIEU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hotel-dieu/