AJURIAGUERRA JULIAN DE (1911-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né au Pays basque espagnol, Julian de Ajuriaguerra (“Ajuria” pour ses élèves et ses amis) fut élevé dans un milieu traditionnel. Marqué par la position politique, religieuse et culturelle de son pays d'origine, il s'engagea cependant dans les forces républicaines qui luttaient contre Franco. Arrivé en France, il y reprendra la lutte, sous d'autres formes.

Il rencontra alors de jeunes psychiatres français qui voulaient avant tout mieux lutter pour l'insertion des malades dans la vie sociale : ce cercle de la “révolution psychiatrique” était composé en particulier de L. Bonafé, L. Le Guillant, du bouillant Tosquelles, espagnol lui aussi ; ce groupe s'autodésigna sous le nom de Batia, un terme basque qui signifie Tous ensemble (titre du premier et dernier volume de la collection publiée en 1947, à Paris, chez Hermann). Ces compagnons furent le premier noyau d'amis dévoués qui contribuèrent de façon si décisive aux changements de la psychiatrie encore largement carcérale dans notre pays.

Interne des hôpitaux psychiatriques de la Seine, Ajuriaguerra fut nommé professeur agrégé de neuropsychiatrie à titre étranger, ce qui ne lui conféra aucun droit à devenir chef de service. En 1958, il accepta de diriger la psychiatrie à Genève et il transforma alors l'hôpital de Bel Air en un service accueillant auquel furent adjoints, selon ses recommandations, des services à temps partiel en ville. Ajuriaguerra avait su s'entourer d'un certain nombre de jeunes et éminents collègues pour animer les départements qu'il avait fait créer : chimiothérapie, ergothérapie et ateliers, psychothérapie et polyclinique, etc. En 1976, il quitta Genève pour Paris, où une chaire consacrée à l'étude du développement psychobiologique fut créée pour lui au Collège de France. Il convient encore de rappeler que Ajuria se forma à la psychanalyse à l'Institut de formation de la Société psychanalytique de Paris et qu'il exerça cette profession à Genève.

L'œuvre écrite d'Ajuriaguerra reflète son parcours professionnel. Neurologue moderne, il publia en 1942 avec Jean [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, université de Paris-Sud.

Classification


Autres références

«  AJURIAGUERRA JULIAN DE (1911-1993)  » est également traité dans :

PSYCHOMOTRICITÉ

  • Écrit par 
  • Michel BERNARD
  •  • 3 266 mots

Dans le chapitre « Expérience du corps et thérapie psychomotrice »  : […] Bien qu'elle garde une certaine valeur nosologique, la classification de Wallon a suscité, quant à ses principes, maintes critiques : tout d'abord celle d'être une survivance des conceptions anatomo-cliniques qui dépeçaient les fonctions en rapportant chacune de leurs composantes à un organe ou centre nerveux, conceptions elles-mêmes tributaires de la théorie jacksonienne de la hiérarchisation des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychomotricite/#i_460

TROUBLES DU LANGAGE ORAL CHEZ L'ENFANT

  • Écrit par 
  • Catherine BILLARD
  •  • 4 706 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le débat sur la terminologie souligne la diversité des conceptions »  : […] Ce débat n’a rien de rhétorique, car, sans dénomination et définition, la plus grande confusion demeure pour interpréter les travaux scientifiques sur lesquels reposent nos connaissances et les rendre lisibles pour tous. Les troubles du langage ne sont pas une « maladie » comme le serait, par exemple, la trisomie 21, mais une situation clinique extrêmement hétérogène dans ses manifestations et so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/troubles-du-langage-oral-chez-l-enfant/#i_460

Pour citer l’article

Serge LEBOVICI, « AJURIAGUERRA JULIAN DE - (1911-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/julian-de-ajuriaguerra/