GAUCHET MARCEL (1946- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au croisement de l'anthropologie, de la politique et de la philosophie, l'œuvre de Marcel Gauchet est consacrée à l'histoire du sujet démocratique. Ce projet d'anthropologie démocratique dépasse le domaine de l'histoire politique et se présente comme une enquête philosophique sur l'être-ensemble, l'autonomie comme programme collectif, la conjonction de la souveraineté sur soi et de la souveraineté politique. C'est pourquoi ses livres parcourent d'un même mouvement l'histoire de l'État, l'histoire politique de la religion, l'histoire de l'émergence de l'individu et celle des formes politiques en France depuis la Révolution.

La naissance de l'État et l'affirmation de l'individu moderne

Marcel Gauchet est né en 1946 à Poilley (Manche). Passé par l'École normale d'instituteurs puis professeur des collèges, il achève sa formation philosophique à l'université de Caen, où il rencontre Claude Lefort en 1966. Au milieu du développement des sciences humaines, puis des turbulences de Mai-68, il fait ses classes de jeune philosophe tout en se formant en sociologie et en histoire. Avec Gladys Swain, il travaille sur l'histoire de la psychiatrie, en se démarquant, dans La Pratique de l'esprit humain. L'institution asilaire et la révolution démocratique (1980), des thèses de Michel Foucault. Selon eux, il manque à l'Histoire de la folie à l'âge classique (1961) d'avoir fait le lien entre la révolution politique moderne (la constitution de la souveraineté populaire) et le traitement de la folie. Contre le thème du « grand renfermement », la folie, pour Gauchet et Swain, doit être intégrée à une histoire du sujet moderne qui découvre qu'il n'est pas maître de lui-même au moment où il renverse l'ordre séculaire de la monarchie.

Jeune militant, déjà familier de la revue antistalinienne et révolutionnaire Socialisme ou barbarie (dont l'histoire, commencée en 1949, s'achève en 1965), Marchel Gauchet cherche à rompre radicalement avec les marxismes qui dominent la période, tant politiquement que théoriquement. Sans poursuivre dans la voie universitaire classique, il va participer ensuite, avec Claude Lefort, Cornelius Castoriadis et Pierre Clastres, à l'aventure de deux revues : Textures (de 1970 à 1975) puis Libre (de 1977 à 1980). Il devient en 1980 rédacteur en chef de la revue que lance Pierre Nora, Le Débat. François Furet le fait entrer à l'E.H.E.S.S., où il devient directeur d'études.

En refusant l'histoire déterministe (telle que la formule le marxisme), Marcel Gauchet développe une interprétation du mouvement au long cours qui a permis l'émergence des régimes politiques modernes. Dans son livre le plus synthétique, Le Désenchantement du monde (1985), il met en parallèle le passage du polythéisme au monothéisme avec la naissance de l'État. Comment la sortie de l'hétéronomie a-t-elle été possible à l'âge moderne ? Quel rôle le christianisme, présenté comme « la religion de la sortie de la religion », a-t-il joué dans le basculement ?

Si de nombreux récits de la modernité décrivent la fin des systèmes de légitimité et de commandement où l'autorité provient du dehors (c'est-à-dire du monde des dieux ou de la tradition), il s'agit pour Marcel Gauchet de comprendre les conditions qui ont donné consistance au projet moderne – qui a fait des hommes les seuls créateurs des règles et des autorités qui régissent leur vie commune – puis d'en décrire les antinomies. Comment une société peut-elle se penser sur le mode contradictoire de la « société des individus » qui définit notre situation politique ?

Il s'agit donc de proposer une « anthroposociologie transcendantale » qui formule les « conditions qui permettent aux communautés humaines de tenir ensemble » et les « conditions de leur déploiement dans le temps » (La Condition historique, entretiens avec F. Azouvi et S. Piron, 2005). « Il s'agit de faire apparaître trois choses à la fois : d'abord la gamme des options philosophiques qui s'ouvrent à la pensée en fonction d'une situation historique, ensuite les liens de ces possibilités intellectuelles avec, non la conjoncture sociopolitique, mais la configuration profonde du politique et de l'être en société, saisie dans ses déplacements, enfin, le caractère singulier des choix qui président aux philosophies constituées » (La Condition historique).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de lettres, rédacteur en chef de la revue Esprit

Classification

Autres références

«  GAUCHET MARCEL (1946- )  » est également traité dans :

DÉBAT LE, revue

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 1 247 mots

Dans le chapitre « Une revue dans un monde sans repères »  : […] Cette expérience, fondée avec le philosophe Marcel Gauchet en mai 1980 avait une vocation d’« atelier » et de lieu de discussion. En voulant mettre à la portée du public des analyses de fond et faire remonter depuis les laboratoires de sciences sociales des éléments utiles à la compréhension d’un monde en pleine mutation, cette publication bimestrielle avait l’ambition de confronter les points de […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc-Olivier PADIS, « GAUCHET MARCEL (1946- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/marcel-gauchet/