INTOXICATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'introduction dans un organisme vivant d'une substance étrangère peut entraîner des conséquences graves, irréversibles ou non, pouvant même mettre en danger la vie de l'organisme. Le mot « toxique » vient du mot grec toxos signifiant arc, probablement en référence aux poisons de flèches utilisés au cours de la chasse par les populations primitives.

On peut affirmer qu'un aliment et un médicament peuvent devenir, dans certaines conditions, un poison. La plupart des médicaments réellement actifs possèdent en effet, lorsqu'ils sont administrés en quantités excessives, une action nocive ou même toxique. D'une façon très générale, la dose – c'est-à-dire la quantité de substance qui pénètre dans l'organisme – conditionne les phénomènes observés. La manière d'exprimer cette dose peut varier selon les voies d'administration et selon les auteurs. C'est ainsi que l'on exprimera la dose administrée par voie orale ou par voie parentérale en grammes ou sous-multiples du gramme par individu, en grammes par kilogramme de poids ou de surface corporelle ; pour les substances pénétrant dans l'organisme par voie pulmonaire, on s'exprimera en termes de concentration, par exemple en p.p.m. (parties pour mille).

On étudiera ici les intoxications par des poisons exogènes à l'organisme. Les intoxications par des substances produites dans l'organisme, soit par des micro-organismes vivants, soit par l'organisme lui-même, font l'objet d'autres articles (toxines, fatigue, foie, rein...).

Classification

Intoxications volontaires

Les substances toxiques sont utilisées par certains désespérés décidés à mettre fin à leur vie. On ne peut cependant dresser la liste exhaustive des produits utilisés dans un but d'autodestruction. Quelques-uns en sont venus à ingérer de l'acide sulfurique, de la soude caustique voire des produits ménagers. Les sujets atteints de dépression mélancolique, et traités par des médicaments antidépresseurs, passent, au cours de leur amélioration, par une phase où les tendances suicidaires peuvent être menées à leur terme en raison de la suppression de la tendance asthénique qui permet alors un passage à l'acte. Ces malades tentent de se suicider avec ce qu'ils ont sous la main, c'est-à-dire les médicaments antidépresseurs qui leur ont été prescrits (imipramine, désipramine, nortriptyline, etc.). Mais les barbituriques, en tant qu'hypnotiques encore plus employés par les candidats au suicide.

Intoxications criminelles

Le poison est moins utilisé qu'autrefois comme instrument de crime. Les progrès de la chimie analytique permettent de le détecter à coup sûr, ce qui dissuade les criminels. L'arsenic d'autrefois (en réalité anhydride arsénieux, arsénites et arséniates) est parfois choisi dans les régions rurales qui disposent assez facilement de préparations à base d'arsenic (pesticide banal) pour usage professionnel. Le goût souvent très désagréable des nombreux poisons et la législation des produits pharmaceutiques limitent cependant les possibilités des empoisonneurs. Mais l'imagination des criminels conduit à l'emploi des substances les plus variées.

Rentrent également dans ce groupe les armes chimiques : les substances toxiques à usage individuel (ex. le mortel acide cyanhydrique) ou collectif comme les gaz de combat, les incapacitants et les irritants, les agents chimiques binaires, substances dont la toxicité organique est variable, mais qui sont capables d'agir sur le psychisme et d'entraîner ainsi une modification du comportement qui ôte aux combattants l'envie ou la possibilité de poursuivre efficacement la lutte.

Intoxications accidentelles

Dans le très vaste chapitre des intoxications accidentelles, il importe de distinguer les intoxications thérapeutiques, domestiques, industrielles, publiques, et les toxicomanies.

Intoxications thérapeutiques

L'administration de médicaments de plus en plus actifs a entraîné des accidents thérapeutiques dits de surdosage, soit que la dose fixée par le médecin soit trop élevée ou mal adaptée au sujet à traiter, soit que le malade dépasse par inadvertance la dose prescrite. Le danger est plus grand lorsqu'il s'agit de médicaments dont la dose thérapeutique efficace est proche de la dose toxique (trinitrine, barbituriques, psychotropes) ou de médicaments dont l'élimination [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Risque chimique

Risque chimique
Crédits : Penny Tweedie/ Corbis Documentary/ Getty Images

photographie

Toxiques industriels

Toxiques industriels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 2 médias de l'article

Écrit par :

Classification

Autres références

«  INTOXICATIONS  » est également traité dans :

ALCOOLISME

  • Écrit par 
  • Marie CHOQUET, 
  • Michel CRAPLET, 
  • Henri PÉQUIGNOT, 
  • Alain RIGAUD, 
  • Jean TRÉMOLIÈRES
  •  • 10 034 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Effets neuro-psychiques »  : […] Généralement consommé comme un stimulant, l'alcool en réalité se rapproche plutôt des anesthésiques. Il fut le premier anesthésique connu en chirurgie générale. Dans la classification actuelle des substances qui agissent sur le système nerveux, il se rapproche des tranquillisants dont l'effet électif est l'apaisement de l'angoisse. L' intoxication alcoolique aiguë a été très étudiée sur l'animal […] Lire la suite

ALCOOLISME FŒTAL

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 896 mots

Depuis 2007, toutes les bouteilles d'alcool en France comportent un pictogramme pour mettre en garde les femmes enceintes sur les risques de la consommation d'alcool pour le fœtus. Bien qu'à peine visible, ce dessin a constitué une petite révolution dans notre pays viticole, en symbolisant le message que toute consommation d'alcool peut être dangereuse pendant la grossesse. Repoussée pendant plus […] Lire la suite

ALIMENTATION (Aliments) - Risques alimentaires

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre RUASSE
  •  • 4 747 mots

Dans le chapitre « Contaminations accidentelles »  : […] La présence de produits chimiques nocifs à une concentration élevée dans l'eau de boisson ou les aliments est toujours accidentelle. Citons pour mémoire les contaminations par l'arsenic, le fluor, le sélénium et autres composés minéraux. Un cas particulier, remis en lumière par des intoxications graves, est celui de la contamination mercurielle liée à des déversements en mer de déchets industrie […] Lire la suite

ARSENIC, toxicologie

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 254 mots

L'arsenic entrait autrefois dans la composition de nombreux produits insecticides, raticides, pesticides comme de certaines peintures, papiers peints et céramiques. L'empoisonnement arsenical chez l'homme résulte souvent de l'ingestion ou de l'inhalation d'un insecticide contenant oxyde arsénieux, acétoarsénite de cuivre ou arséniate de calcium ou de plomb. La sensibilité individuelle à l'arsenic […] Lire la suite

BARBITURIQUES

  • Écrit par 
  • A. M. HAZEBROUCQ
  •  • 1 031 mots

Composés organiques dérivant de la malonylurée improprement appelée acide barbiturique en raison de la forme de ses cristaux « semblables à une lyre » ( barbitos ), les barbituriques constituent un groupe homogène tant sur le plan chimique que sur le plan pharmacologique. Leur action dépressive sur le système nerveux central en fait essentiellement des sédatifs, à doses plus fortes des hypnotiques […] Lire la suite

CADMIUM

  • Écrit par 
  • Alexandre TRICOT
  •  • 8 049 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Propriétés physiologiques »  : […] Les intoxications par le cadmium et ses composés sont dues à l'inhalation de leurs vapeurs et poussières ou à l'ingestion d'aliments qui auraient été contaminés. L'intoxication aiguë est caractérisée par des troubles respiratoires et des atteintes hépato-digestives et surtout rénales. L'intoxication chronique est précédée d'une période d'imprégnation plus ou moins longue et provoque des manifesta […] Lire la suite

CARBONE

  • Écrit par 
  • Jean AMIEL, 
  • Henry BRUSSET
  •  • 8 323 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Sulfure de carbone »  : […] Le sulfure de carbone est obtenu par action directe du soufre sur le carbone au rouge vers 900 à 1 000  0 C. La réaction est très endothermique (ΔH = 117 kJ  .  mol -1 ). Le sulfure de carbone est un corps très inflammable : C'est un réducteur. À 500  0 C en présence de catalyseur (magnésie + charbon) on a la réaction : Il peut aussi donner des réactions d'addition où il joue un rôle analogue à u […] Lire la suite

TUNNEL DU MONT-BLANC CATASTROPHE DU

  • Écrit par 
  • Philippe SARDIN
  • , Universalis
  •  • 363 mots
  •  • 1 média

Le 24 mars 1999, à la suite d'une fuite de carburant et de l'échauffement du moteur, la cabine d'un semi-remorque frigorifique s'enflamme alors que le véhicule est au milieu du tunnel du Mont-Blanc (d'une longueur de 11,6 km). Vingt-six véhicules sont détruits dans cet incendie qui fait trente-neuf victimes dont trente-sept par asphyxie . Cette catastrophe est tout à fait unique dans l'histoire d […] Lire la suite

CATASTROPHES INDUSTRIELLES - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 484 mots

1794 Explosion, le 1 er  septembre, de la poudrerie de Grenelle à Paris, faisant près de 1 000 morts. La prise de conscience des risques technologiques entraînée par cette catastrophe passe pour être à l'origine de la réglementation française marquée par le décret impérial de 1810 sur les établissements dangereux, insalubres et incommodes. 1906 Explosions, le 10 mars, dans les fosses de la Compagn […] Lire la suite

CIGUË

  • Écrit par 
  • Pierre LIEUTAGHI
  •  • 734 mots
  •  • 1 média

Prototype de la plante vénéneuse, non seulement dans une famille ambiguë où les meilleures condimentaires et des potagères de première importance ont souvent leurs sosies toxiques, mais aussi dans toute l'étendue de la flore d'Europe, la grande ciguë ( Conium maculatum  L. ; ombellifères) a des propriétés délétères connues depuis la plus haute antiquité. Cinq siècles avant notre ère, les hippocra […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

14-24 juin 1999 Belgique – France. Suspension de la vente des produits Coca-Cola à la suite d'intoxications

Le 14, les autorités sanitaires belges ordonnent le retrait de la vente de tous les produits de la firme américaine Coca-Cola à la suite de malaises constatés chez plusieurs personnes. Le 15, le gouvernement français suspend, au nom du principe de précaution, la commercialisation des cannettes de la firme Coca-Cola fabriquées dans une usine de Dunkerque dont proviennent certains des produits suspects retrouvés en Belgique. […] Lire la suite

21 mars - 3 avril 1986 Italie. Dénonciation d'une vaste fraude portant sur des vins de table

Le 21, le ministère ouest-allemand de la Santé met en garde les consommateurs contre plusieurs vins italiens contenant de l'alcool méthylique (méthanol), qui ont causé la mort de trois personnes et quarante intoxications en Italie. Le 22, deux viticulteurs du Piémont sont arrêtés et inculpés d'homicide volontaire et de violation des normes sur la préparation du vin. […] Lire la suite

7-19 octobre 1981 Espagne. Scandale des huiles frelatées

Le 7, le gouvernement espagnol crée une commission d'enquête sur la « pneumonie toxique » (ou atypique) résultant d'intoxications dues à l'absorption d'huile frelatée, qui ont causé la mort de près de cent cinquante personnes depuis le mois de mai. Le 19, la France suspend pour trois mois l'importation d'huile et de produits préparés à l'huile en provenance d'Espagne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques-Robert BOISSIER, Claude PIVA, « INTOXICATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/intoxications/