DIEU PREUVES DE L'EXISTENCE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au long de l'histoire de la philosophie, les preuves de l'existence de Dieu varient selon le type d'argument choisi pour les fonder. Le philosophe peut partir de l'expérience qu'il fait de la contingence du monde, et en inférer, se plaçant à différents points de vue, l'existence nécessaire d'un Dieu soutenant dans l'être et expliquant à la pensée la contingence de l'expérimenté. C'est ainsi que tout mouvement (entendons tout devenir) impliquerait, d'objet mû en moteur et de moteur en objet mû, la nécessité d'un premier moteur immobile, suprême cause. Il en va pareillement pour l'existence même de ce qui se meut, qui impliquerait l'agir absolu d'une pure existence subsistante, seule capable de faire passer tout être du simple et indigent pouvoir d'exister à l'existence de fait. Ainsi raisonne Aristote (Physique, VIII ; Métaphysique, Λ), repris, à travers Avicenne et Maimonide, par Thomas d'Aquin (ce sont les trois premières voies du Contra Gentiles et de la Somme théologique). Tel est l'esprit des preuves dites cosmologiques ou a contingentia mundi.

Le philosophe peut aussi considérer l'ordre du monde, la finalité qu'il y discerne, la beauté qu'il y contemple, etc., et, se refusant à y voir l'effet du hasard, affirmer l'action suprêmement intelligente d'un Dieu organisateur ultime du cosmos. Cet argument, dit téléologique ou physico-théologique, s'enracine chez Platon et Aristote. Thomas d'Aquin l'utilise (cinquième voie de la Somme théologique) ; Leibniz ne le nég [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  DIEU PREUVES DE L'EXISTENCE DE  » est également traité dans :

ANSELME DE CANTORBÉRY (1033/34-1109)

  • Écrit par 
  • Michel-Marie DUFEIL
  •  • 2 177 mots

Dans le chapitre « L'« argument ontologique » »  : […] Les manuels nous ont gardé d'Anselme le fameux « argument ontologique » de l'existence de Dieu. Présenté pendant près d'un millénaire comme argument a priori, il était alors justiciable du platonisme récurrent qui, par la patristique, baignait effectivement les écoles monastiques à l'orée du xii e  siècle. Mais les exégèses tardives du cartésianis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anselme-de-cantorbery/#i_12249

CLARKE SAMUEL (1675-1729)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 660 mots

Philosophe et théologien anglais, disciple et ami de Newton, Samuel Clarke joua un rôle important dans la substitution de la physique newtonienne à la physique cartésienne au sein des universités anglaises. Il fut admiré comme prédicateur et il est connu pour ses conférences (les Boyle Lectures , instituées par testament par le physicien Boyle), prononcées à Saint Paul en 170 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/samuel-clarke/#i_12249

CONTINGENCE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 4 892 mots

Dans le chapitre « Formes composées »  : […] Ces remarques nous acheminent vers des formes plus complexes de l'idée de contingence, celles qui mettent en jeu non plus un, mais deux des trois termes dont nous étions parti : nature, liberté, Dieu. L'idée de contingence revêt alors des sens fort différents suivant qu'on se place ou non dans une philosophie athée. Si, en effet, on met entre parenthèses le problème de l'existence de Dieu, et qu'o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/contingence/#i_12249

DESCARTES RENÉ

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 12 477 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Dieu, cause de son idée »  : […] Il est cependant une idée qui ne saurait trouver sa cause en moi : celle de Dieu. Cette idée me représente « une substance infinie, éternelle, immuable, indépendante, toute-connaissante, toute-puissante ». Sa réalité objective dépasse donc ma réalité formelle. Or, selon le principe de causalité (principe qui, on le voit, chez Descartes, est donné par une évidence rationnelle et logique), il est év […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-descartes/#i_12249

DUNS SCOT JEAN (1266 env.-1308)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  • , Universalis
  •  • 6 225 mots

Dans le chapitre « L'essence et l'existence »  : […] Mais cette métaphysique serait-elle « essentialiste » et privilégierait-elle la conception abstraite de l'étant indéterminé au détriment d'une saisie concrète de l'existant comme tel ? Interprété dans des cadres strictement thomistes, le langage de Scot peut tromper, de même qu'une exégèse « phénoménologique » de la visée « intentionnelle » comme structure indépendante à la fois de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-duns-scot/#i_12249

ÊTRE, philosophie

  • Écrit par 
  • Giulio GIORELLO
  •  • 4 682 mots

Dans le chapitre « L'existence n'est pas un prédicat »  : […] Rappelons brièvement la réponse donnée jadis par Leibniz. Pour Leibniz, il y a « une raison » pour que quelque chose existe plutôt que rien, en vertu du principe même de la raison suffisante. Cette raison doit se trouver dans un Être nécessaire – autrement, on devrait à nouveau chercher une cause en dehors de lui, en vertu de laquelle lui-même existe au lieu de ne pas exister. Dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etre-philosophie/#i_12249

GERSONIDE LÉVI BEN GERSHOM dit (1288-1344)

  • Écrit par 
  • Charles TOUATI
  •  • 2 388 mots

Dans le chapitre « Dieu, loi des existants »  : […] Gersonide fut l'un des premiers à pressentir le principe d'inertie, inconnu d'Aristote ; il ne pouvait donc plus prouver l'existence d'un Dieu transcendant à partir du mouvement. Il le fait à partir de l'organisation de l'univers. « Loi, ordre et système des existants », Dieu est la pensée éternelle qui, se pensant elle-même, pense du même coup tous les êtres, toutes leurs relations et tout leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gersonide-levi-ben-gershom-dit-1288-1344/#i_12249

KANT EMMANUEL

  • Écrit par 
  • Louis GUILLERMIT
  •  • 13 382 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les illusions de la métaphysique dogmatique »  : […] Aussi est-ce seulement au prix de paralogismes, en l'espèce, au prix de syllogismes, qui changent subrepticement le sens du sujet dans les prémisses et se disqualifient ainsi par l'introduction abusive d'un quatrième terme, qu'une psychologie rationnelle s'est flattée de pouvoir connaître l'âme dans sa substantialité, sa simplicité, sa personnalité, et comme seule réalité indubitable. La cosmologi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-kant/#i_12249

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « La connaissance de Dieu »  : […] Voir les corps en Dieu, ce n'est pas voir l'être même de Dieu, car les idées ne sont les perfections de Dieu qu'en tant que celles-ci représentent les imperfections des créatures. Aussi bien la preuve essentielle de l'existence de Dieu (il en est de variées) s'appuie-t-elle sur l'irréductibilité du mode de notre connaissance de Dieu au mode de notre connaissance des corps. En effet, il n'y a d'id […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nicolas-malebranche/#i_12249

MÉDITATIONS MÉTAPHYSIQUES, René Descartes - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 988 mots

Dans le chapitre « Un exposé de la « philosophie première » »  : […] Ce qui dans le Discours apparaissait comme la démarche d'un individu particulier (dont le premier chapitre esquissait brièvement la vie et la formation intellectuelle) prend ici valeur universelle. Le je impersonnel s'engage dès la Méditation première dans l'épreuve du doute. Comment me convaincre que je ne suis pas le jouet d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/meditations-metaphysiques/#i_12249

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 360 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dieu créateur et la preuve ontologique »  : […] L'idée judéo-chrétienne d'un dieu créateur de toutes choses va contribuer à l'identification de la métaphysique et de la théologie, mais en un sens différent de celui d'Aristote. Pour Aristote, Dieu n'était cause du monde qu'à titre de cause finale du mouvement qui tend vers lui. Cela laissait intact le problème posé par Parménide, problème du rapport de l'unité de l'être et de la multiplicité de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metaphysique/#i_12249

OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 6 684 mots

Dans le chapitre « La morale et la métaphysique ockhamistes »  : […] La morale d'Ockham est plus surprenante que sa psychologie. Pour lui, le libre arbitre n'est pas seulement une exigence de foi ; à la différence de l'immatérialité de l'âme, il y voit une évidence empirique et il admet, très classiquement, que le vouloir se fortifie par l'habitude, s'affaiblit par l'inaction. Mais le terme qui se propose à l'action, le volibile , ne peut être […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-ockham/#i_12249

PEIRCE CHARLES SANDERS

  • Écrit par 
  • Gérard DELEDALLE
  •  • 3 101 mots

Dans le chapitre « Le métaphysicien »  : […] Aux trois catégories phénoménologiques ou ontologiques répondent trois catégories cosmologiques auxquelles Peirce donne, comme à l'accoutumée, suivant sa « morale terminologique », des noms grecs mais barbares : tychisme, agapisme et synéchisme. Chacune d'elles régit son propre univers de l'expérience. L'univers premier est celui du hasard ( tychè ), l'univers deuxième celui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-sanders-peirce/#i_12249

PROSLOGION, Anselme de Cantorbéry - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 863 mots

Rédigé par Anselme de Cantorbéry (1033 ou 1034-1109), abbé bénédictin du Bec en Normandie, devenu primat d'Angleterre en 1093, canonisé et déclaré docteur de l'Église en 1720, le Proslogion doit son immense célébrité à l'énoncé d'une preuve de l'existence de Dieu, « tel que rien de plus grand ne peut être conçu ». Sans cesse commenté, repris, réfuté, l'argument dit « ontolog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proslogion/#i_12249

RÉMINISCENCE

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 1 131 mots

Avancé par Platon dans le Phédon , le thème mytho-philosophique de la réminiscence se retrouve tout au long de l'histoire de la philosophie occidentale avec une insistance telle qu'il paraît y prendre valeur de paradigme essentiel. Dans son expression strictement platonicienne, la réminiscence est une réponse ambiguë à deux questions : comment est-il possible d'apprendre ce q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reminiscence/#i_12249

SCIENCES - Science et christianisme

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 4 110 mots

Dans le chapitre « La « guerre entre science et théologie » »  : […] À la fin du xvii e  siècle, la nouvelle science avait triomphé, et un accord nouveau s'établit entre les Églises chrétiennes et la nouvelle « philosophie naturelle ». La nature était devenue un immense mécanisme, comme une gigantesque horloge ; et la perfection de ce mécanisme démontrait l'existence d'un Créateur intelligent. Utilisant les nouvel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-christianisme/#i_12249

THOMISME

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 5 228 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Dieu »  : […] Au niveau philosophique, deux grandes thèses sont énoncées au sujet de Dieu : l'existence de Dieu n'est pas une évidence   ; la nature de Dieu reste inconnue . La sentence « Dieu existe » suppose un raisonnement qui procède par des voies multiples mais convergentes. C'est la fameuse doctrine des « cinq voies », qui toutes partent de l'expérience : remont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomisme/#i_12249

Pour citer l’article

Lucien JERPHAGNON, « DIEU PREUVES DE L'EXISTENCE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/preuves-de-l-existence-de-dieu/