PRAGMATIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La leçon philosophique

L'approche pragmatique intéresse le philosophe à plusieurs titres ; tout d'abord, dans la mesure où sa genèse est complexe et où son programme requiert des interprétations multiples ; ensuite, du fait qu'elle requiert des arbitrages interdisciplinaires entre linguistes, logiciens, sémioticiens, socio-linguistes et spécialistes de la communication ; troisièmement, cette approche permet de reprendre à nouveaux frais certains problèmes philosophiques.

Selon Apostel (1981), c'est le cas, en premier lieu, pour l'entreprise kantienne de déduction des catégories transcendantales. Si toute pensée que p doit pouvoir en principe être accompagnée d'un « je pense que p », on pourra inférer, à partir des relations entre le langage et son utilisateur, certaines propriétés des objets possibles dont il est question dans le langage. Ajoutons que l'existence de controverses métathéoriques obligerait sans doute à revoir la formulation de la question critique. En deuxième lieu, la philosophie des sciences reconnaît de plus en plus nettement que les concepts tels que « soutenir une théorie », « considérer un énoncé comme une loi », « utiliser un argument à l'égard de quelqu'un pour expliquer un fait » sont des relations pragmatiques.

Apostel fait remarquer, en troisième lieu, que les rapports entre les acteurs de la pensée, de la perception ou de l'imagination, et les objets correspondants pourraient recevoir un traitement pragmatique. En quatrième lieu, le « cogito, ergo sum » cartésien pourrait être reformulé de manière significative. Ainsi : « Quand j'asserte que je doute de mon existence, je dois exister en tant que j'accomplis l'acte de langage d'asserter quelque chose. » La connexion exprimée par cette paraphrase entre un énoncé et l'agent produisant cet énoncé a sa place en pragmatique. L'énoncé « je n'existe pas » a un statut paradoxal d'inconsistance pragmatique. Comme l'observe Recanati (1979), il n'est pas vraiment contradictoire comme un énoncé analytique, ni simplement falsifiable à la manière d'un énoncé synthétique. On a affaire à une contradiction sui generis entre ce qui est dit, le contenu propositionnel et le fait de le dire en tant qu'il est indiqué dans la proposition et qu'il se reflète dans le sens même de l'énoncé. L'inconsistance de « je n'existe pas » signifie que quiconque essaie d'en persuader quelqu'un (lui-même aussi bien) détruit sa propre énonciation. Personne ne peut faire croire à son interlocuteur qu'il n'existe pas en le lui disant. Ajoutons (Jacques, 1982) que, si l'on définit l'énonciation comme une activité de mise en discours où les instances énonciatives sont indissociables de leur relation actuelle, l'assertion « tu n'existes pas » est tout autant réfutée par un acte de discours actuel et effectif que l'assertion « je n'existe pas ». Il semble bien que la certitude du cogito ne tienne pas à un enchaînement déductif d'énoncés et ne relève pas d'une simple performance, mais d'un authentique argument qui comporte un aspect pragmatique constitutif. Il en résulte que cette certitude ne dépend pas de la primauté d'une expérience interne immédiate, mais d'une situation simultanément communicationnelle et réflexive. Toutes les fois qu'il est prononcé, l'énoncé « je pense » ou « je doute que j'existe » ou « je n'existe pas » présuppose l'existence de ces déterminants pragmatiques que sont je et tu. La relation interlocutive paraît être un événement de l'esprit aussi ancien que le cogito lui-même. C'est assez dire que les problèmes de l'identité personnelle, de l'altérité, de la subjectivité et de la différence gagneraient à être posés et instruits en fonction d'une approche pragmatique.

L'idée même de rationalité pourrait être repensée. Plusieurs auteurs ont vu dans la pragmatique le moyen technique nécessaire pour étayer une « transformation de la philosophie appelée par le renouvellement » de la théorie du langage. Qu'il s'agisse d'une philosophie de l'action, comme c'est le cas de la pragmatique praxéologique (Apostel, 1981), d'une philosophie du langage comme la pragmatique « rationaliste » de Kasher (1977), ou qu'il s'agisse de réinterpréter la philosophie de la connaissance dans le sens d'une pragmatique transcendantale (Apel, 1976), ou universelle (Habermas, 1982). Pour [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRAGMATIQUE  » est également traité dans :

ACQUISITION DE LA PRAGMATIQUE DU LANGAGE

  • Écrit par 
  • Josie BERNICOT
  •  • 1 249 mots

L’acquisition de la pragmatique du langage (S. Ervin-Tripp) correspond à l’acquisition des usages du langage considérés du point de vue cognitif, social et culturel. Les recherches sont réalisées dans le cadre théorique de la philosophie du langage. Tout énoncé est considéré comme un acte de langage défini par […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 242 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Langage et communication »  : […] L'un des principaux et des premiers acquis des sciences cognitives est d'avoir distingué et articulé différents niveaux de représentation au sein du langage, chaque niveau nécessitant une analyse particulière, et leur articulation effective, dans la production et la compréhension du langage (parlé ou écrit), une théorie supplémentaire. Ajoutons que le penseur qui a le plus contribué à cette clari […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Approche pragmatique »  : […] La philosophie analytique, de langue anglaise principalement, a ouvert un nouveau chantier pour l'étude systématique des attitudes subjectives, telles que la croyance, à la faveur de leur inscription dans le discours . Par discours, il faut entendre ici l'ensemble constitué par les énoncés, tels qu'ils s'expriment dans des propositions, et les énonciations, recueillies au niveau du langage dans de […] Lire la suite

ÉNONCÉ, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 326 mots

En linguistique, un énoncé peut être défini comme une séquence orale ou écrite résultant d'un acte d'énonciation, c'est-à-dire produite par un sujet énonciateur dans une situation donnée. En français, la phrase minimale comporte nécessairement au moins un sujet et un verbe conjugué. En revanche, l'énoncé minimal peut être constitué d'un seul élément, de nature quelconque : des séquences comme « […] Lire la suite

GRAMMAIRES COGNITIVES

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 349 mots

Dans le chapitre « Le langage donne à voir »  : […] L'approche configurationnelle a été complétée, chez L. Talmy ( Towards a Cognitive Semantics , 2000) par le recours à la notion de « force », qui joue un rôle structurant pour l'analyse des énoncés. L'idée est que, dans chaque énoncé, un système de forces opposées (physiques ou abstraites) s'exerce entre entités dites « agonistes » focalisées par l'énoncé, et entités appelées « antagonistes ». Ai […] Lire la suite

JUGEMENT

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 858 mots

Dans le chapitre « Influence de la théorie du langage sur les doctrines de la proposition et du jugement »  : […] Les développements de la doctrine du langage, qui ont suivi les indications de Wittgenstein et qui ont marqué des œuvres comme celles de Ryle, Strawson, Austin, Searle, ont jeté des vues nouvelles sur le statut du jugement. Elles tiennent à une considération plus large des liaisons de sens dans le discours (sémantique) et à un intérêt plus poussé pour les objectifs de l'emploi des formes linguisti […] Lire la suite

LANGAGE (FONCTIONS DU)

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 510 mots

Dans le chapitre « Théorie de l'énonciation et théorie des actes de langage »  : […] Dans la seconde moitié du xx e  siècle, deux courants majeurs défendent à leur tour une approche essentiellement communicative du langage : les théories de l'énonciation d'une part, la théorie pragmatique des actes de langage d'autre part. Toutes deux insistent sur l'importance de la dimension intersubjective dans la construction de la signification. Les théories de l'énonciation (en particulier […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 7 693 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories de l'énonciation »  : […] La signification d'un énoncé ou d'un texte serait incomplète si l'on s'en tenait uniquement au sens des mots qui le composent. Il faut aussi pouvoir comprendre à quels objets particuliers du monde et à quelles situations spécifiques renvoient les expressions linguistiques employées (ce que l'on appelle la « référence ») ; il faut également être en mesure de décrypter les significations implicites […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 186 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La pragmatique »  : […] La signification complète d'une phrase ou d'un texte résulte non seulement du sens des unités et des structures étudiées par la sémantique, mais aussi d'autres facteurs qui se situent à la frontière de la langue et du discours, de la linguistique et de l'extralinguistique : c'est là le domaine – foisonnant – de la pragmatique, que l'on définit souvent comme l'étude du langage en acte ou de l'« us […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 10 045 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La sociolinguistique  »  : […] L'essor de la linguistique, impulsé par Saussure au début du xx e  siècle , repose en grande partie sur le rejet de la variabilité de la parole, au profit du seul système de la langue, postulée stable et commune à tous les utilisateurs. Pourtant, la question des liens entre langue et société n'a cessé d'être posée, tant par les sociologues (P. Bourdieu) que par les linguistes (dans la lignée antis […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15-21 juillet 2021 Belgique. Fin de la grève de la faim de centaines de sans-papiers.

Le 15, les dirigeants du Parti socialiste et d’Ecolo appellent le gouvernement fédéral, dont leurs formations sont membres, à trouver « une solution pragmatique, humaine et digne » pour mettre fin à la grève de la faim qu’ont engagé fin mai, dans l’église bruxelloise du Béguinage, dans l’Université libre de Bruxelles (ULB) et dans la Vrije Universiteit Brussel (VUB), quelque quatre cent soixante-quinze étrangers sans papiers, en vue d’obtenir leur régularisation collective. […] Lire la suite

16-29 avril 1998 France. L'euro, enjeu de politique intérieure

Le chef de l'État, qui défend la monnaie unique, veut rassurer les « eurosceptiques » en vantant les mérites d'une « Europe des nations » pragmatique. Le 21, s'exprimant pour la première fois devant l'Assemblée nationale depuis sa déclaration de politique générale, en juin 1997, le Premier ministre, Lionel Jospin, introduit le débat parlementaire sur l'adoption de l'euro, soulignant les contradictions du R. […] Lire la suite

1er-16 mars 1998 Allemagne. Investiture de Gerhard Schröder comme candidat du S.P.D. à la chancellerie

présente un programme électoral fortement teinté de libéralisme, à l'image de son candidat, très pragmatique.  […] Lire la suite

6 juin - 8 juillet 1996 Turquie. Nomination du dirigeant islamiste Necmettin Erbakan au poste de Premier ministre

Le 29, Necmettin Erbakan présente un programme de gouvernement modéré et pragmatique. Le 8 juillet, le Parlement investit le gouvernement de justesse.  […] Lire la suite

24-25 août 1995 France. Démission du ministre de l'Économie et des Finances Alain Madelin

» Cette première crise gouvernementale du nouveau septennat reflète les divergences existant au sein de la majorité entre les partisans d'un libéralisme radical et les partisans d'un interventionnisme pragmatique. Le Premier ministre réaffirme son objectif d'appliquer le programme défini par le président Chirac, qui vise à « restaurer la cohésion sociale et le pacte républicain ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis JACQUES, « PRAGMATIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatique/