VÉRITÉ VALEUR DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Expression exclusivement technique, usitée en logique moderne. Les valeurs de vérité sont au nombre de deux : le vrai et le faux. Elles sont assignées aux propositions atomiques (de manière analogue à l'assignation de valeurs numériques aux expressions algébriques). La valeur de vérité des propositions composées ou moléculaires est directement fonction des valeurs de vérité des propositions atomiques qui les composent (les connecteurs propositionnels de la logique sont des foncteurs de vérité) et elle se calcule d'après des règles simples. La logique la plus usitée est la logique bivalente. Il existe aussi des logiques trivalentes ou multivalentes (logique probabilitaire de H. Reichenbach, logique quantique de P. Février). Pour une part, elles représentent une prise en considération de la modalité (plutôt que l'introduction de valeurs nouvelles).

Historiquement, on trouve chez Boole (The Mathematical Analysis of Logic, 1854) la convention suivante : L'équation = 1 signifie que la proposition x est vraie et x = 0 qu'elle est fausse. Mais c'est Frege qui, plus tard, a créé l'expression de valeur de vérité : sa théorie à l'origine était fort riche et complexe — vrai et faux étaient considérés en même temps comme les référents des propositions — et fort controversée — on a reproché à Frege sa « réification » du vrai et du faux.

—  Françoise ARMENGAUD

Écrit par :

  • : agrégée de l'Université, docteur en philosophie, maître de conférences à l'université de Rennes

Classification


Autres références

«  VÉRITÉ VALEUR DE  » est également traité dans :

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Approche pragmatique »  : […] La philosophie analytique, de langue anglaise principalement, a ouvert un nouveau chantier pour l'étude systématique des attitudes subjectives, telles que la croyance, à la faveur de leur inscription dans le discours . Par discours, il faut entendre ici l'ensemble constitué par les énoncés, tels qu'ils s'expriment dans des propositions, et les énonciations, recueillies au niveau du langage dans de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croyance/#i_42243

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 313 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le problème central : induction et hypothèse »  : […] L'empirisme professé au xix e  siècle a certaines caractéristiques qui lui sont propres : l'importance accordée aux méthodes inductives de Stuart Mill et à la psychologie génétique. La notion d'empirisme est alors associée, d'une part, avec la thèse sensualiste qui se propose d'expliquer l'origine des idées à partir de la sensation, d'autre part, avec l'idée que l'induction généralisante est une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_42243

FORMALISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 5 002 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La langue formalisée »  : […] 1. On désigne explicitement un ensemble fini ou dénombrable de symboles, répartis selon leur usage en constantes, variables, symboles logiques, symboles de relations, symboles impropres (ponctuation, par exemple, dont l'usage pourrait être évité au moyen de conventions d'écriture). Une suite finie de symboles est appelée une expression du système. 2. On définit un sous-ensemble d'expressions du s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme/#i_42243

FREGE GOTTLOB (1848-1925)

  • Écrit par 
  • Claude IMBERT
  •  • 3 260 mots

Dans le chapitre « La deuxième idéographie »  : […] Le premier tome s'ouvre sur un nouvel exposé de l'idéographie. Il fallait en effet caractériser par de nouveaux symboles les extensions de concepts et codifier les pratiques algébriques décrites dans les Fondements. Mais, plus que de la définition de nouveaux signes, ce préambule tire son importance des rudiments de syntaxe logique et de sémantique qu'il contient et auxquels Frege a consacré dive […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gottlob-frege/#i_42243

IMPLICATION, logique

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 289 mots

Comme tout concept exact, l'implication prend sens dans une théorie, ici la théorie des fonctions de vérité, et elle est solidaire des autres notions de cette théorie : notions de proposition et de valeur de vérité. L'implication s'exprime par la définition du foncteur conditionnel ; la notation p  ⊃  q , ou p  →  q , se lit : «  p implique q  » ou « si p alors q  ». La vérité ou la fausseté de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/implication-logique/#i_42243

JUGEMENT

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 858 mots

Dans le chapitre « Influence de la théorie du langage sur les doctrines de la proposition et du jugement »  : […] Les développements de la doctrine du langage, qui ont suivi les indications de Wittgenstein et qui ont marqué des œuvres comme celles de Ryle, Strawson, Austin, Searle, ont jeté des vues nouvelles sur le statut du jugement. Elles tiennent à une considération plus large des liaisons de sens dans le discours (sémantique) et à un intérêt plus poussé pour les objectifs de l'emploi des formes linguisti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jugement/#i_42243

LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Jan SEBESTIK
  •  • 12 995 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Bernard Bolzano »  : […] La logique de Bolzano, comme celle de ses prédécesseurs, est englobée dans une théorie de la science dont le but est d'explorer toutes les activités mises en œuvre dans la construction d'une science. Sa théorie de la science part donc de la logique formelle, exposée dans les deux premiers volumes de la Wissenschaftslehre (1837), suivie d'une théorie de la connaissance et aboutissant à une heurist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/logique/#i_42243

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du sens à la référence »  : […] L'aspect du langage qui est ici en cause a été désigné du terme général de « référence ». On y a fait une première allusion en appelant les entités théoriques de la science le référent du discours scientifique. C'est donc la théorie générale de la référence qu'il faut maintenant considérer, sans distinguer entre discours scientifique et discours ordinaire. Précisons ce qu'on entend ici par discou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_42243

PENSÉE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 8 282 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'intentionnalité des pensées »  : […] Au sens large, toute attitude propositionnelle et son contenu impliquent une « pensée » ou sont une forme de pensée : on ne peut pas croire que p sans avoir la pensée que p , ni désirer que p sans avoir la pensée que p . C'est en ce sens que l'on peut dire qu'attribuer des attitudes propositionnelles à un être quelconque, c'est lui attribuer des pensées. Si l'on accepte cette caractérisation gé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pensee/#i_42243

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les atomistes logiques »  : […] Analyser, c'est reformuler les phrases du langage ordinaire dont la forme grammaticale dérobe le sens. Ici, la nouvelle logique formelle va fournir le langage des paraphrases. Ainsi, la théorie des descriptions de Russel, que Ramsey considérait comme le paradigme de la philosophie analytique, dénombre les types d'expressions dénotantes (un homme, tout homme... ; le présent roi d'Angleterre, le pré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-analytique/#i_42243

PROPOSITION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 658 mots

Il convient d'abord de distinguer la phrase, le jugement, l'énoncé et la proposition. La phrase est une entité linguistique, soumise à des règles grammaticales, qui assurent sa correction, et à d'éventuels critères stylistiques ; on considère qu'elle exprime un jugement ou un énoncé ; elle est susceptible d'être proférée verbalement par un individu, ou d'être écrite, d'être répétée, c'est-à-dire […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/proposition-philosophie/#i_42243

PROPOSITIONNEL CALCUL

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 272 mots

Logique des propositions inanalysées, reliées par des connecteurs propositionnels (non ; et ; ou ; si..., alors...), qui sont des foncteurs de vérité ; ce qui signifie que la valeur de vérité du composé est directement et mécaniquement fonction (d'après les définitions de la négation, de la conjonction, de la disjonction et de l'implication) des valeurs de vérité des propositions constituantes. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-propositionnel/#i_42243

RUSSELL BERTRAND lord (1872-1970)

  • Écrit par 
  • Philippe DEVAUX
  •  • 6 112 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie des types »  : […] S'il existe entre classes une relation d'inclusion, elle ne peut s'entendre extensionnellement qu'entre classes du même type, entre « hommes » et « grecs » par exemple. En revanche, l'appartenance (∈) concerne un rapport entre une entité (un individu a ) et une autre (une classe α) d'un type supérieur au sien ( a ∈ α) : « Socrate est homme. » S'agissant dans les deux cas d'une interprétation en e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bertrand-russell/#i_42243

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 642 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Science et axiologie »  : […] La science décrit ce qui est, mais ne s'interroge pas sur ce qui doit être. C'est ce que relève le néo-kantien Wihelm Windelband, qui établit une distinction fondamentale entre deux types de propositions : les jugements de fait ( Urteilen ), d'une part, et les jugements de valeur ( Beurteilungen ), d'autre part. Les premiers expriment la coappartenance de deux représentations objectives, les se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_42243

Pour citer l’article

Françoise ARMENGAUD, « VÉRITÉ VALEUR DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeur-de-verite/