ÉNONCÉ, linguistique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En linguistique, un énoncé peut être défini comme une séquence orale ou écrite résultant d'un acte d'énonciation, c'est-à-dire produite par un sujet énonciateur dans une situation donnée. En français, la phrase minimale comporte nécessairement au moins un sujet et un verbe conjugué. En revanche, l'énoncé minimal peut être constitué d'un seul élément, de nature quelconque : des séquences comme « Bonjour ! », « Allô ? » ou « Zut ! » constituent des énoncés, mais pas des phrases. Des énoncés comme « Moi, partir ? », « Quel désastre ! », « Voir Venise et mourir », ou encore « Là, il va, je ne sais pas, moi, mais sûrement, enfin comment dire ? sûrement réagir, oui, c'est ça, réagir », ne sont pas descriptibles en termes de construction syntaxique canonique de phrases. L'énoncé peut apparaître, tantôt comme une phrase incomplète ou tronquée (« Moi ? jamais ! »), tantôt comme une phrase en quelque sorte « surchargée et bégayante » (« Ma sœur, elle, son concours, c'est pour bientôt »).

Si la structure de l'énoncé se différencie souvent de celle de la phrase, c'est parce qu'il s'agit de réalités linguistiques relevant de niveaux différents du point de vue théorique. La phrase se définit en termes de schémas syntaxiques entre unités lexicales, interprétables sur le plan sémantique ; c'est « donc une unité linguistique abstraite, susceptible d'être réalisée dans une infinité de situations différentes. En revanche l'énoncé, produit d'un acte d'énonciation particulier, « actualise » une phrase, ou des éléments de phrase dans une situation déterminée. Pour certains auteurs, la distinction entre phrase et énoncé se rattache à la distinction entre la « langue » et la « parole ». Pour d'autres, elle participerait, sur le plan du sens, de l'opposition entre la « sémantique » et la « pragmatique » : la sémantique de la phrase donnerait en quelque sorte des instructions à l'interlocuteur pour construire le sens de l'énoncé, en référence au contexte discur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉNONCÉ, linguistique  » est également traité dans :

ACQUISITION DU RÉCIT

  • Écrit par 
  • Michel FAYOL
  •  • 1 102 mots

Le récit est une forme de discours relatif à une séquence d’au moins deux événements ou actions réels ou fictifs qui sont généralement situés dans un cadre spatial et temporel. Il serait une forme universellement disponible ne nécessitant pas d’enseignement spécifique, au moins sous sa modalité orale. Le récit apparaît après que les enfants ont acquis la production de mots puis d’énoncés incluant […] Lire la suite

CHOMSKY NOAM (1928- )

  • Écrit par 
  • Jean-Yves POLLOCK
  •  • 4 011 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le savoir linguistique »  : […] L'ensemble des travaux linguistiques de Chomsky depuis 1955 se laisse décrire comme une tentative constamment reprise pour répondre aux deux questions suivantes : 1. Comment caractériser le savoir linguistique d'un locuteur – Pierre, John, Mamuro, etc. – maîtrisant la langue de sa communauté ? 2. Comment ce savoir linguistique, cette « langue interne » (LI) est-elle acquise ? Un examen même super […] Lire la suite

FONCTIONNALISME, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 545 mots

Dans le chapitre « Le débat fonctionnalisme/formalisme »  : […] Le paradigme épistémologique où s'inscrit le fonctionnalisme s'oppose, on le voit, à celui des tenants d'une approche formaliste du langage (telle la grammaire générative de Noam Chomsky) qui, pour leur part, prônent au contraire une approche dite « interne » du système de la langue, conçu avant tout comme support d'expression de la pensée. Pour les formalistes, les phrases sont des phénomènes au […] Lire la suite

GRAMMAIRES COGNITIVES

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 349 mots

Dans le chapitre « Le langage donne à voir »  : […] L'approche configurationnelle a été complétée, chez L. Talmy ( Towards a Cognitive Semantics , 2000) par le recours à la notion de « force », qui joue un rôle structurant pour l'analyse des énoncés. L'idée est que, dans chaque énoncé, un système de forces opposées (physiques ou abstraites) s'exerce entre entités dites « agonistes » focalisées par l'énoncé, et entités appelées « antagonistes ». Ai […] Lire la suite

LANGAGE (FONCTIONS DU)

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 510 mots

Dans le chapitre « Théorie de l'énonciation et théorie des actes de langage »  : […] Dans la seconde moitié du xx e  siècle, deux courants majeurs défendent à leur tour une approche essentiellement communicative du langage : les théories de l'énonciation d'une part, la théorie pragmatique des actes de langage d'autre part. Toutes deux insistent sur l'importance de la dimension intersubjective dans la construction de la signification. Les théories de l'énonciation (en particulier […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 184 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La syntaxe »  : […] La syntaxe a pour objet l'organisation des morphèmes et des mots au sein de la phrase ; elle doit décrire la structure de la phrase, ainsi que la fonction des différents éléments qui la composent. Les constituants de la phrase sont généralement organisés selon une structure hiérarchique, qui peut être visualisée à l'aide de diverses représentations graphiques : boîtes, parenthésages ou arborescenc […] Lire la suite

PHONOLOGIE ARTICULATOIRE

  • Écrit par 
  • Ioana CHITORAN, 
  • Pierre HALLÉ
  •  • 1 039 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Représentation des énoncés »  : […] Les énoncés de parole, par exemple un mot ou une syllabe, sont décrits par des structures appelées « constellations de gestes », représentées graphiquement par des partitions gestuelles. Elles spécifient les plages temporelles d’activation des gestes pour chaque structure coordinative (avec possibilité de recouvrement partiel ou total), ainsi que les valeurs cibles des variables de conduit vocal […] Lire la suite

PROSODIE

  • Écrit par 
  • Pauline WELBY
  •  • 950 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La prosodie au niveau de l'énoncé et du discours »  : […] Outre le groupement prosodique, la prosodie peut également transmettre du sens par elle-même au niveau de l'énoncé et du discours, comme l'illustre pour le français une comparaison entre l'affirmation : « elle chante » (intonation descendante), la question : « elle chante ? » (montée nette) et l'élément de liste : « elle chante, elle jongle,… » (montée plus douce). Dans d'autres langues (par ex., […] Lire la suite

SIMULATION ET DÉVELOPPEMENT (psychologie)

  • Écrit par 
  • Henri LEHALLE
  •  • 2 457 mots

Dans le chapitre « Connexionnisme et réseaux de neurones »  : […] L’approche connexionniste s’appuie sur un modèle du fonctionnement neuronal pour agencer une architecture cognitive dont la dynamique représentée par une suite de calculs doit parvenir à simuler le fonctionnement et le développement psychologiques. Un réseau connexionniste se caractérise d’abord par son architecture, c’est-à-dire par le nombre d’unités qu’il comporte et par leur agencement. Chaqu […] Lire la suite

PRODUCTION SYNTAXIQUE

  • Écrit par 
  • F.-Xavier ALARIO
  •  • 1 513 mots

Selon une description très générale, tout énoncé décrit un état de fait à propos de quelque chose (« ça brûle », « je pense »). Un énoncé est donc précédé par un message, possiblement non linguistique, qu'un locuteur souhaite exprimer. La syntaxe est un dispositif mental permettant de traduire ce message en mots, les combinant dans des séquences adéquates et leur donnant les formes appropriées au […] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine FUCHS, « ÉNONCÉ, linguistique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/enonce-linguistique/