PRAGMATIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le grand bond

Avec le souci des interlocuteurs, on pouvait s'attendre à voir entrer en jeu la notion d'interaction verbale. Longtemps la question ne fut même pas posée. Et puis elle s'avança enfin à pattes de colombe, transformant notre idée du contexte. Un certain silence travaille, en effet, le discours pragmatique, dont on détermine peu à peu les contours. Que le contexte langagier soit essentiellement interlocutif n'est pas encore admis de tous, qu'il s'agisse de ses implications sur l'analyse linguistique ou de ses présuppositions philosophiques. La notion d'intention communicative dirigée vers une audience maintient le privilège du locuteur, que Ziff (1967) dénonce comme inacceptable. La solution de Grice (1957) ne peut éviter une itération d'intentions du second, du troisième, du quatrième degré, où la régression à l'infini signalée par Mackay (1972) le dispute à la pétition de principe, signalée par Jacques (1982).

Il ne faut pas perdre de vue le fait qu'un des problèmes résolus à tâtons par le langage est celui de la participation pleine et entière de l'autre dans le fonctionnement du discours. La valeur donnée à autrui autant que l'aspect par lequel il est semblable sont en cause : non plus « fais pour moi », mais plutôt « fais avec moi », « réponds », « prends garde », « promets ». La valeur « colloquiale » des signes pénètre au cœur de la pensée et devient partie intégrante du même. En honorant la dimension pragmatique, le logicien n'assure pas seulement la conformité formelle du langage au langage, ni même la correspondance formelle du langage avec le non-langage, mais encore la communicabilité de mon langage à ton langage. Une option sur le devenir de la pragmatique se dessine : sauf à se disperser dans la constitution d'une vague psychosocio-stylistique, les recherches doivent se concentrer sur la construction d'une théorie adéquate de l'usage communicationnel du langage, par exclusion de ses autres usages circonst [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PRAGMATIQUE  » est également traité dans :

ACQUISITION DE LA PRAGMATIQUE DU LANGAGE

  • Écrit par 
  • Josie BERNICOT
  •  • 1 249 mots

L’acquisition de la pragmatique du langage (S. Ervin-Tripp) correspond à l’acquisition des usages du langage considérés du point de vue cognitif, social et culturel. Les recherches sont réalisées dans le cadre théorique de la philosophie du langage. Tout énoncé est considéré comme un acte de langage défini par […] Lire la suite

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 239 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Langage et communication »  : […] L'un des principaux et des premiers acquis des sciences cognitives est d'avoir distingué et articulé différents niveaux de représentation au sein du langage, chaque niveau nécessitant une analyse particulière, et leur articulation effective, dans la production et la compréhension du langage (parlé ou écrit), une théorie supplémentaire. Ajoutons que le penseur qui a le plus contribué à cette clari […] Lire la suite

CROYANCE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 004 mots

Dans le chapitre « Approche pragmatique »  : […] La philosophie analytique, de langue anglaise principalement, a ouvert un nouveau chantier pour l'étude systématique des attitudes subjectives, telles que la croyance, à la faveur de leur inscription dans le discours . Par discours, il faut entendre ici l'ensemble constitué par les énoncés, tels qu'ils s'expriment dans des propositions, et les énonciations, recueillies au niveau du langage dans de […] Lire la suite

ÉNONCÉ, linguistique

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 326 mots

En linguistique, un énoncé peut être défini comme une séquence orale ou écrite résultant d'un acte d'énonciation, c'est-à-dire produite par un sujet énonciateur dans une situation donnée. En français, la phrase minimale comporte nécessairement au moins un sujet et un verbe conjugué. En revanche, l'énoncé minimal peut être constitué d'un seul élément, de nature quelconque : des séquences comme « […] Lire la suite

GRAMMAIRES COGNITIVES

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 349 mots

Dans le chapitre « Le langage donne à voir »  : […] L'approche configurationnelle a été complétée, chez L. Talmy ( Towards a Cognitive Semantics , 2000) par le recours à la notion de « force », qui joue un rôle structurant pour l'analyse des énoncés. L'idée est que, dans chaque énoncé, un système de forces opposées (physiques ou abstraites) s'exerce entre entités dites « agonistes » focalisées par l'énoncé, et entités appelées « antagonistes ». Ai […] Lire la suite

JUGEMENT

  • Écrit par 
  • Noël MOULOUD
  •  • 6 858 mots

Dans le chapitre « Influence de la théorie du langage sur les doctrines de la proposition et du jugement »  : […] Les développements de la doctrine du langage, qui ont suivi les indications de Wittgenstein et qui ont marqué des œuvres comme celles de Ryle, Strawson, Austin, Searle, ont jeté des vues nouvelles sur le statut du jugement. Elles tiennent à une considération plus large des liaisons de sens dans le discours (sémantique) et à un intérêt plus poussé pour les objectifs de l'emploi des formes linguisti […] Lire la suite

LANGAGE (FONCTIONS DU)

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 1 510 mots

Dans le chapitre « Théorie de l'énonciation et théorie des actes de langage »  : […] Dans la seconde moitié du xx e  siècle, deux courants majeurs défendent à leur tour une approche essentiellement communicative du langage : les théories de l'énonciation d'une part, la théorie pragmatique des actes de langage d'autre part. Toutes deux insistent sur l'importance de la dimension intersubjective dans la construction de la signification. Les théories de l'énonciation (en particulier […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 7 692 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories de l'énonciation »  : […] La signification d'un énoncé ou d'un texte serait incomplète si l'on s'en tenait uniquement au sens des mots qui le composent. Il faut aussi pouvoir comprendre à quels objets particuliers du monde et à quelles situations spécifiques renvoient les expressions linguistiques employées (ce que l'on appelle la « référence ») ; il faut également être en mesure de décrypter les significations implicites […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Domaines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 6 184 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La pragmatique »  : […] La signification complète d'une phrase ou d'un texte résulte non seulement du sens des unités et des structures étudiées par la sémantique, mais aussi d'autres facteurs qui se situent à la frontière de la langue et du discours, de la linguistique et de l'extralinguistique : c'est là le domaine – foisonnant – de la pragmatique, que l'on définit souvent comme l'étude du langage en acte ou de l'« us […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Le langage au carrefour des disciplines

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 10 045 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La sociolinguistique  »  : […] L'essor de la linguistique, impulsé par Saussure au début du xx e  siècle , repose en grande partie sur le rejet de la variabilité de la parole, au profit du seul système de la langue, postulée stable et commune à tous les utilisateurs. Pourtant, la question des liens entre langue et société n'a cessé d'être posée, tant par les sociologues (P. Bourdieu) que par les linguistes (dans la lignée antis […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

France. L'euro, enjeu de politique intérieure. 16-29 avril 1998

pour les élections européennes. Le chef de l'État, qui défend la monnaie unique, veut rassurer les « eurosceptiques » en vantant les mérites d'une « Europe des nations » pragmatique. Le 21, s'exprimant pour la première fois devant l'Assemblée nationale depuis sa déclaration de politique générale, en juin […] Lire la suite

Allemagne. Investiture de Gerhard Schröder comme candidat du S.P.D. à la chancellerie. 1er-16 mars 1998

son plus mauvais score dans ce Land. Le 2, le parti d'Oskar Lafontaine investit Gerhard Schröder comme candidat social-démocrate à la chancellerie en vue des élections fédérales de septembre. Le 16, le S.P.D. présente un programme électoral fortement teinté de libéralisme, à l'image de son candidat, très pragmatique. […] Lire la suite

Turquie. Nomination du dirigeant islamiste Necmettin Erbakan au poste de Premier ministre. 6 juin - 8 juillet 1996

, que les islamistes occupent le pouvoir. La position de Tansu Ciller divise le D.Y.P. Le 29, Necmettin Erbakan présente un programme de gouvernement modéré et pragmatique. Le 8 juillet, le Parlement investit le gouvernement de justesse. […] Lire la suite

France. Démission du ministre de l'Économie et des Finances Alain Madelin. 24-25 août 1995

les divergences existant au sein de la majorité entre les partisans d'un libéralisme radical et les partisans d'un interventionnisme pragmatique. Le Premier ministre réaffirme son objectif d'appliquer le programme défini par le président Chirac, qui vise à « restaurer la cohésion sociale et le pacte républicain ». Alain Madelin est remplacé à Bercy par Jean Arthuis (C.D.S.), jusqu'alors ministre du Développement économique et du Plan. […] Lire la suite

Royaume-Uni. Élection de Tony Blair à la tête du Labour. 21 juillet 1994

Les adhérents du Labour et des syndicats affiliés à ce dernier élisent Tony Blair, ministre de l'Intérieur du cabinet fantôme, à la tête du Parti travailliste. Il succède à John Smith, décédé en mai. Surnommé le « J.F.K. du Labour », Tony Blair incarne l'aile la plus moderne et la plus pragmatique du parti. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis JACQUES, « PRAGMATIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pragmatique/