Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

POLONIUM

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

Propriétés chimiques

Conformément à sa structure électronique : couches K, L, M, N complètes, 5s2, 5p6, 5d10, 6s2, 6p4, le polonium est situé dans le groupe VI b de la classification périodique ; il est l'homologue supérieur du tellure et le voisin du bismuth. Aussi partage-t-il un certain nombre de propriétés avec ces deux éléments.

À l'air et à la température ordinaire, le métal se recouvre lentement d'une pellicule jaune d'oxyde. Par réaction avec le chlore et le brome, il forme les tétrahalogénures. Il se dissout dans HCl 2N en formant PoCl2 qui colore la solution en rouge, puis PoII s'oxyde en PoIV et la solution devient jaune. Le métal est attaqué rapidement par l'acide nitrique concentré, mais difficilement par l'acide dilué, par suite de la très faible solubilité de son nitrate, qui est seulement de 1,9 × 10—5 mole/l dans HNO3 0,1 N. Avec l'acide sulfurique fumant le métal forme un composé rouge, probablement PoSO3, très instable et qui se décompose en donnant le monoxyde PoO noir.

La valence la plus stable du polonium en solution aqueuse est IV ; ses autres valences sont VI, II, – II. L'existence de la valence III très instable est possible.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Georges BOUISSIÈRES et Encyclopædia Universalis. POLONIUM [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Marie et Pierre Curie - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Marie et Pierre Curie

Polonium : isotopes naturels - crédits : Encyclopædia Universalis France

Polonium : isotopes naturels

Autres références

  • CURIE LES

    • Écrit par
    • 4 841 mots
    • 5 médias
    ...très rapidement dans cette voie. Il lui suffit en effet d'une année pour passer du phénomène brut – observation de rayons émis par l'uranium et par le thorium – à la séparation du premier élément radioactif, lepolonium, en juillet 1898, suivie de celle du radium à la fin de la même année.
  • CURIE MARIE (1867-1934)

    • Écrit par
    • 2 360 mots
    • 3 médias
    ...électromètre dont Pierre Curie avait breveté une amélioration. Cet ensemble, appelé aujourd’hui « méthode Curie », leur permet d’annoncer la découverte du polonium (nommé en hommage à la Pologne) le 18 juillet 1898 puis celle du radium, qu’ils ont faite avec Gustave Bémont (1857-1932), le 26 décembre de...
  • DÉCOUVERTE DE LA RADIOACTIVITÉ NATURELLE

    • Écrit par
    • 155 mots
    • 1 média

    En février 1896, Henri Becquerel (1852-1908) prépare des cristaux de sulfate double d'uranyle et de potassium et, afin d'étudier leur phosphorescence, les place sur une plaque photographique entourée d'un papier. Le soleil étant absent, il enferme ses plaques dans un tiroir. Quelques jours plus...