Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

POLONIUM

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par et

Composés

En milieu faiblement acide, neutre ou faiblement alcalin, les sels de polonium sont hydrolysés avec formation de sels basiques et d'un hydroxyde insoluble dans l'eau. Ainsi, avec l'augmentation du pH, apparaissent successivement les formes Po4+, PoO2+ et PoO(OH)2. Même en quantités impondérables, le polonium est à l'état colloïdal dans les solutions voisines de la neutralité et peut être aisément centrifugé. L'hydroxyde est amphotère et se dissout dans les solutions concentrées de soude ou de potasse à l'état de polonites Na2PoO3 ou K2PoO3 analogues aux tellurites. Le polonium IV a une tendance marquée à former des complexes avec les anions : sa coordinence est 6. Les hexachloropolinites et hexabromopolinites alcalins M2PoCl6 et M2PoBr6 sont isomorphes des composés correspondants du tellure.

Le polonium est réduit en milieu acide par l'anhydride sulfureux SO2 ou l'hydrazine à l'état bivalent instable. La réduction à l'état métallique est obtenue avec des réducteurs plus énergiques tels que le chlorure stanneux, le chlorure titaneux ou l'acide hypophosphoreux en solution chlorhydrique et l'hydrazine en solution alcaline.

En solution faiblement chlorhydrique, PoIV est réduit par l'hydrogène sulfuré et forme le monosulfure PoS noir, insoluble dans le sulfure d'ammonium. Le pyrogallol agit également comme réducteur, et le polonium est insolubilisé à l'état de pyrogallate de PoII. Lors des réductions de PoIV à PoII, le passage par un état trivalent très peu stable n'est pas exclu.

On a préparé un hydrure, PoH2, très volatil et divers poloniures qui indiquent l'existence de l'anion Po2—.

L'oxydation du polonium à la valence VI par le bichromate ou les sels cériques a été observée à l'échelle des indicateurs, mais les tentatives à l'échelle pondérable ont échoué, très probablement par suite de l'action réductrice produite par le rayonnement α intense. Le potentiel normal du couple PoIV/PoVI dans HCl 6N est égal à + 1,5 volt environ. Un peroxyde PoO3 très pur serait formé par dépôt anodique sur or en milieu non réducteur (nitrique, sulfurique, acétique ou sodique).

Les séparations du polonium d'avec ses homologues et ses voisins peuvent être réalisées par échange sur résines et extraction par solvants. En solution chlorhydrique, nitrique ou même sulfurique, PoIV peut être extrait par des solvants oxygénés comme l'éther isopropylique, la méthylisobutylcétone (hexone) ou le phosphate tributylique. La présence d'oxydants forts (bichromate, sels cériques) inhibe l'extraction par l'hexone. Par ailleurs, le polonium forme des chélates avec l'acétylacétone, la dithizone, le cupferron ou la thénoyltrifluoroacétone qui sont extractibles par des solvants non polaires.

Les structures de nombreux composés, préparés par voie humide ou par voie sèche, ont été établies. Certains sont très volatils dès la température ordinaire, notamment l'hydrure déjà cité, le polonium-diméthyle et le polonium-carbonyle.

Le dosage du polonium s'effectue par les méthodes radiométriques. Des mesures calorimétriques sont possibles sur des quantités de 210Po atteignant ou dépassant une activité de 100 millicuries.

— Georges BOUISSIÈRES

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Georges BOUISSIÈRES et Encyclopædia Universalis. POLONIUM [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 10/02/2009

Médias

Marie et Pierre Curie - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Marie et Pierre Curie

Polonium : isotopes naturels - crédits : Encyclopædia Universalis France

Polonium : isotopes naturels

Autres références

  • CURIE LES

    • Écrit par
    • 4 841 mots
    • 5 médias
    ...très rapidement dans cette voie. Il lui suffit en effet d'une année pour passer du phénomène brut – observation de rayons émis par l'uranium et par le thorium – à la séparation du premier élément radioactif, lepolonium, en juillet 1898, suivie de celle du radium à la fin de la même année.
  • CURIE MARIE (1867-1934)

    • Écrit par
    • 2 360 mots
    • 3 médias
    ...électromètre dont Pierre Curie avait breveté une amélioration. Cet ensemble, appelé aujourd’hui « méthode Curie », leur permet d’annoncer la découverte du polonium (nommé en hommage à la Pologne) le 18 juillet 1898 puis celle du radium, qu’ils ont faite avec Gustave Bémont (1857-1932), le 26 décembre de...
  • DÉCOUVERTE DE LA RADIOACTIVITÉ NATURELLE

    • Écrit par
    • 155 mots
    • 1 média

    En février 1896, Henri Becquerel (1852-1908) prépare des cristaux de sulfate double d'uranyle et de potassium et, afin d'étudier leur phosphorescence, les place sur une plaque photographique entourée d'un papier. Le soleil étant absent, il enferme ses plaques dans un tiroir. Quelques jours plus...