PLATINE ET PLATINOÏDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ressources minières et marché

On trouve le platine à l'état natif en Colombie, en Alaska, en Éthiopie, aux Philippines, etc., inclus dans des roches magmatiques ultrabasiques ou concentré localement dans les sables et graviers alluviaux produits par la désagrégation de ces roches. Cette source est actuellement négligeable. La production mondiale provient presque exclusivement de minerais très complexes où dominent le fer, le nickel et le cuivre, dont les principaux gisements se trouvent en Afrique du Sud, en Russie et au Canada. Le palladium domine dans les minerais russes et le platine dans les minerais africains.

Les teneurs en platinoïdes des divers minerais sont très variables. Les minerais canadiens sont exploités avant tout pour le nickel qu'ils contiennent, et les platinoïdes (de 0,5 à 0,8 g/t) apparaissent comme des sous-produits de cette extraction. Il n'en est pas de même en Afrique du Sud, où des teneurs de 5 à 10 grammes par tonne font du platine et des métaux de son groupe la principale richesse de ces minerais.

En Amérique du Nord, la production qui par le passé était principalement assurée par les gisements de nickel canadiens a vu progresser fortement celle des États-Unis avec l'exploitation du gisement de Stillwater dans le Montana. En dehors de l'Afrique du Sud, de la Russie, du Canada et des États-Unis, on peut noter une production significative au Zimbabwe. Les productions sont données dans le tableau 2. Dans le cas du platine, la répartition géographique de l’offre et de la demande est fournie à la figure 1.

Producteurs de platine, palladium et rhodium

Producteurs de platine, palladium et rhodium

Tableau

tabl. 2 - Principaux producteurs de platine, palladium et rhodium (en tonnes), en 2006 (source : London Platinum and Palladium Market [LPPM], 2007). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Platine : offre et demande

Platine : offre et demande

Dessin

Offre (a) et demande (b) de platine par régions (en pourcentage), sur la moyenne 2002-2006 (source : secrétariat de la C.N.U.C.E.D. selon les données statistiques de Johnson Matthey, 2007). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les prix des platinoïdes ont connu des fluctuations importantes. Sur la période 1999-2006, le platine a vu son prix s'envoler (fig. 2). Ce regain important pour le platine est essentiellement dû à deux secteurs : celui de l'automobile, conformément aux préoccupations relatives aux pots catalytiques, et celui de la joaillerie, notamment en Chine et au Japon. En 2007, le prix du platine s'est apprécié de 37 p. 100, puis de nouveau de 35 p. 100 au début de l'année 2 [...]

Platine : évolution du prix

Platine : évolution du prix

Dessin

Évolution du prix du platine de 1968 à 2006, exprimé en dollars par once (1 once = 31,103 g) [source : secrétariat de la C.N.U.C.E.D. selon les données statistiques de Johnson Matthey, 2008]. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher


Médias de l’article

Platine

Platine
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Platine : caractéristiques physico-chimiques

Platine : caractéristiques physico-chimiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Producteurs de platine, palladium et rhodium

Producteurs de platine, palladium et rhodium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Platine : offre et demande

Platine : offre et demande
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Tous les médias



1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ingénieur E.N.S.C.P., docteur ès sciences physiques, directeur des recherches au comptoir Lyon-Alemand-Louyot
  • : ingénieur chimiste, chef du laboratoire de recherches au comptoir Lyon-Alemand-Louyot
  • : professeur d'université à l'I.U.F.M. de Créteil, chercheur au Centre d'études de chimie métallurgique (C.N.R.S.)

Classification


Autres références

«  PLATINE ET PLATINOÏDES  » est également traité dans :

ÉLÉMENTS NATIFS

  • Écrit par 
  • Guy ROGER
  •  • 2 059 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Platine »  : […] Le platine existe presque toujours à l'état natif, mais non pur, car il forme des alliages, essentiellement avec d'autres métaux de la famille du platine (surtout l'iridium) et avec le fer. Le platine est parfois « camouflé » sous forme de très fines inclusions dans des cristaux de sulfures de fer ou de nickel. Les gîtes de platine économiquement importants sont liés à des roches magmatiques basi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elements-natifs/#i_3382

NEWJANSKITE & SYSSERTSKITE

  • Écrit par 
  • Guy TAMAIN
  •  • 208 mots

Minéraux du groupe de l'iridosmine composés principalement d'osmium et d'iridium en solution solide, la newjanskite et la syssertskite (découvertes dans l'Oural, à Neviansk et à Syssert respectivement) cristallisent dans le système hexagonal et se présentent sous forme de lamelles ou grains tabulaires. La newjanskite représente le pôle riche en iridium, avec possibilité de remplacement par du rhod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/newjanskite-et-syssertskite/#i_3382

POLYXÈNE

  • Écrit par 
  • Philippe ROSSI
  •  • 423 mots

Solution solide formée de nombreux complexes isomorphes, qui contient en moyenne 83 p. 100 de platine, 10 p. 100 de fer, jusqu'à 7 p. 100 d'iridium, et des traces de palladium, de rhodium, de cuivre et de nickel ; on nomme souvent platine natif ce système minéral. Le polyxène cristallise dans le système cubique à faces centrées. Les cristaux sont peu fréquents et s'observent habituellement sous fo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polyxene/#i_3382

SAINTE-CLAIRE DEVILLE HENRI (1818-1881)

  • Écrit par 
  • Georges KAYAS
  •  • 271 mots

Chimiste français né à l'île Saint-Thomas (Antilles) et mort à Boulogne-sur-Seine. Fils d'un consul de France, Henri Étienne Sainte-Claire Deville obtient, en 1844, deux doctorats, en médecine et en sciences ; il est alors chargé de l'organisation de la nouvelle faculté des sciences de Besançon (1844), où il est aussi professeur de chimie puis doyen (1845-1851). En 1851, il succède à A. J. Balard […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-sainte-claire-deville/#i_3382

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul GUERLET, Roger LACROIX, Jean-Louis VIGNES, « PLATINE ET PLATINOÏDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/platine-et-platinoides/