PALMYRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La civilisation palmyrénienne

Vers 129, Hadrien visite Palmyre, alors à l'apogée de sa puissance économique. La ville se transforme : le temple de Baalshamîn est rebâti par Hadrien, le sanctuaire de Bêl est achevé, de nouveaux tombeaux s'élèvent. Mais, surtout, l'urbanisme s'ordonne autour de la reconstruction de l'agora, et de l'édification de la première section de la grande colonnade. À l'ouest, la route de Homs recoupe celle de Damas et pénètre dans la ville par la place ovale et par une voie à colonnade. La grande colonnade, longue de 1 100 mètres, relie ce centre à l'autre pôle de la ville, le temple de Bêl ; entre les deux, la voie s'infléchit au point marqué par l'arc tétrapyle, qui est vraiment le centre de la ville nouvelle. Les portiques de l'agora, vaste cour de 71 mètres sur 84, sont alors ornés de plus de deux cents statues, qui représentent des caravaniers, des militaires et des fonctionnaires. Non loin de là se dresse le théâtre, édifié au milieu du iie siècle et fidèle au modèle romain. Le cadre urbain de Palmyre est donc très proche de celui que les fouilles ont révélé à Gerasa, à Apamée sur l'Oronte, ou de celui que les textes décrivent pour Antioche.

Grande colonnade de Palmyre, Syrie

Photographie : Grande colonnade de Palmyre, Syrie

Grande colonnade de Palmyre. Vue de la partie de la colonnade formant l'axe principal de la ville. Première moitié du IIe siècle. Palmyre, Syrie. 

Crédits : Louise Norton, Bridgeman Images

Afficher

Palmyre : plan

Dessin : Palmyre : plan

Plan de Palmyre (d'après J. Stracky, "Palmyre", Paris, 1952) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Les sanctuaires élevés à la même époque font beaucoup plus appel au fonds indigène et à l'influence mésopotamienne. La divinité la plus importante, Bêl, qui a emprunté son nom au grand dieu de Babylone, est en fait une divinité autochtone, Bôl, qu'il faut rapprocher des Baal phéniciens. En tout cas, Bêl est adoré dès le iiie siècle avant J.-C. ; il sera assimilé à Zeus. Un relief de son temple le montre en lutte avec l'anguipède, devant Héraclès, les dieux phéniciens Shadrapa, Atargatis et Ichthys, et une divinité palmyrénienne : on voit donc que Bêl fait partie d'un panthéon composite, où l'influence syrienne est nette.

Il est souvent associé à Aglibôl, dieu taureau et dieu lunaire à la fois, et à Yarhibôl, dieu solaire qui est aussi le protecteur des sources. Les statues de la triade ou les bétyles qui en tenaient lieu étaient conservés dans le temple. Celui-ci est très original : ses grandes lignes sont celles du temple gréco-romain, rectangulaire, avec une colonnade entourant une cella ; mais l'accès à celle-ci se fait par une porte placée dissymétriquement sur un des longs côtés, tandis que, à l'intérieur de la cella, les deux petits côtés sont occupés par des tabernacles ou thalamoi, structures faites de colonnes et de niches plaquées comme un décor contre le mur ; des escaliers placés aux quatre angles conduisaient à une terrasse ornée de merlons. Le déroulement des processions exigeait un parvis tout autour du temple. Cette enceinte de 205 mètres sur 210 est limitée par un mur orné de portiques ; outre le temple, elle renfermait, comme les autres sanctuaires sémitiques, un autel et un bassin sacré. Le temple fut commencé en 32, et les portiques élevés entre 80 et 120.

Après Bêl, Baalshamîn est le deuxième dieu de la ville : ce « maître des dieux » est identique à Hadad dont le culte est commun à toute la Syrie. Qualifié de « grand et miséricordieux », il exerce les mêmes fonctions de dieu cosmique que Bêl. Son temple, achevé en 130, comporte une façade à six colonnes, mais entre les pilastres des faces latérales s'ouvrent des fenêtres étrangères à l'architecture gréco-romaine ; on a restauré le thalamos qui occupe tout le fond de la cella.

En l'absence de textes, des tessères nous renseignent sur les banquets rituels et les distributions alimentaires faites par les collèges sacerdotaux : le symposiarque des prêtres de Bêl tenait le plus haut rang dans la cité.

L'ampleur des nécropoles indique la place tenue par le culte des morts, qui reste cependant mal connu. Sommairement momifiés, les corps étaient déposés dans des tombes, dont le tombeau-tour représente la forme la plus originale. Le tombeau d'Elahbêl (103 apr. J.-C.) comprend un caveau, au-dessus duquel s'élevaient cinq étages encombrés de sarcophages et aux parois garnies de loculi ; sur la façade se détache seulement un balcon avec un sarcophage. On trouve aussi des temples-tombeaux précédés d'un péristyle à colonnes, comme celui qui fermait à l'ouest la perspective de la grande colonnade. Enfin, il y avait des hypogées à loculi, galeries voûtées dont le plan a souvent la forme d'un T renversé.

Vallée des tombes, tours-tombes de Lamliku

Photographie : Vallée des tombes, tours-tombes de Lamliku

La vallée des tombes, tours-tombes de Lamliku, 83 apr. J.-C., Palmyre, Syrie. 

Crédits : Louise Norton, Bridgeman Images

Afficher

Ces tombeaux pouvaient recevoir des centaines de défunts, et ce sont eux qui nous ont conservé les meilleurs témoignages de la sculpture palmyrénienne, après la disparition des statues de bronze qui ornaient la ville. En effet, les loculi étaient fermés par des dalles carrées sur lesquelles se détachait le buste du défunt. Sur d'innombrables exemplaires de ces bustes, hommes ou femmes portent le lourd costume drapé et richement brodé des Orientaux ; les femmes sont parées de bijoux dont la taille et l'accumulation correspondent bien au goût chargé des nomades du désert. Ce luxe un peu voyant est aussi celui des négociants enrichis par les caravanes. La condition sociale des défunts est encore soulignée par la taille plus ou moins grande des figures. Le personnage de pierre, au visage symétrique et aux yeux grands ouverts, est, plus qu'un portrait, le substitut du défunt. Toutes ces figures, enfin, sont figées dans une frontalité et un hiératisme qui détruisent tout effet de scène dans les représentations collectives, mais accentuent l'individualité et soulignent la volonté de survie, tandis que, selon l'expression de Malraux, « au geste se substitue l'immobilité de l'éternel ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Syrie : carte administrative

Syrie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Palmyre, carrefour caravanier

Palmyre, carrefour caravanier
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Grande colonnade de Palmyre, Syrie

Grande colonnade de Palmyre, Syrie
Crédits : Louise Norton, Bridgeman Images

photographie

Palmyre : plan

Palmyre : plan
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  PALMYRE  » est également traité dans :

"EMPIRE GAULOIS" ET "EMPIRE PALMYRÉNIEN" - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Antony HOSTEIN
  •  • 263 mots

260 En Occident, Postume est proclamé empereur par les soldats qui ont assassiné Salonin, le fils de Gallien. En Orient, Odenath, prince de Palmyre, stoppe les Perses vainqueurs de Valérien et élimine plusieurs usurpateurs.264 Victoire de Postume sur les Germains ; il p […] Lire la suite

ROME ET EMPIRE ROMAIN - Le Haut-Empire

  • Écrit par 
  • Yann LE BOHEC, 
  • Paul PETIT
  •  • 35 202 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « La pression des Barbares »  : […] Pendant cette période, la plus funeste de l'histoire de l'Empire , aucun souverain ne put fonder de dynastie durable, les armées proclamèrent sans cesse de nouveaux empereurs, légitimes quand ils survécurent, mais usurpateurs et « tyrans » quand le sort des armes se déclara contre eux. Ce fut une grande cause de faiblesse, malgré la valeur de certains, car rien n'assurait la continuité d'une polit […] Lire la suite

SYRIE, archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 9 241 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Un patrimoine en grave danger »  : […] Depuis 1994, l’archéologie syrienne a connu deux périodes totalement différentes. La première, qui s’étend sur quelque 16 années, est marquée dans son ensemble par la continuité des actions de la période antérieure : maintien et développement d’une politique proprement syrienne de recherches archéologiques, associée à des actions conduites en étroite coopération avec des missions d’universités étr […] Lire la suite

ZÉNOBIE (morte apr. 274) reine de Palmyre (266/67-272)

  • Écrit par 
  • Marguerite JOUHET
  •  • 232 mots

Reine ambitieuse de Palmyre, peut-être responsable du meurtre de son époux le roi Odenath, qui régna sur Palmyre de 260 à 267, et de leur fils aîné. Leur second fils, Wahballath étant trop jeune pour régner, Zénobie prend le pouvoir et se fait appeler « illustrissime reine ». Profitant de l'anarchie du monde romain, la reine pousse ses troupes en Anatolie jusqu'au Bosphore. À l'ouest, la puissance […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15 mars 2021 Russie. Plainte contre un mercenaire du groupe Wagner.

Palmyre, en juin 2017, lors de la reconquête de la ville qui était contrôlée par l’organisation État islamique. L’accusation s’appuie sur les investigations menées par le journal Novaïa Gazeta dont les demandes d’ouverture d’enquête n’avaient pas abouti. Le Kremlin ne reconnaît pas l’existence de ces sociétés militaires privées.  […] Lire la suite

7-29 avril 2018 Syrie. Riposte occidentale à l'usage d'armes chimiques.

Palmyre, utilisé par les forces iraniennes et russes, est la cible de plusieurs missiles. Damas et Moscou dénoncent une opération israélienne. Le 10, au Conseil de sécurité des Nations unies, la Russie met son veto à un projet de résolution américain visant à relancer le mécanisme d’enquête conjoint de l’ONU et de l’Organisation pour l’interdiction […] Lire la suite

3-25 février 2018 Syrie. Annonce sans effet d'un cessez-le-feu dans la Ghouta.

Palmyre. Les tirs de missiles syriens, en représailles, provoquent la perte d’un avion de chasse F-16 israélien. Israël procède au bombardement de douze sites militaires syriens. La Russie, à la fois alliée d’Israël et de l’Iran, exprime sa « grande préoccupation ». Le 20, des forces loyalistes se déploient dans l’enclave d’Afrin, dans le nord du pays […] Lire la suite

1er-29 mars 2017 Syrie. Fin de l'opération turque « Bouclier de l'Euphrate ».

Palmyre, dans le centre du pays, occupée une nouvelle fois par les forces de l’organisation État islamique (EI) en décembre 2016. De nouvelles dégradations du site antique sont constatées. Le 2 également, la coalition kurdo-arabe des Forces démocratiques syriennes (FDS) qui, en août 2016, avaient chassé l’EI de Manbij, dans le nord du pays, avec l’ […] Lire la suite

14-24 janvier 2017 Syrie. Négociations entre le régime et les rebelles modérés.

Palmyre, situé dans le centre du pays, que les djihadistes ont reconquis en décembre 2016. Les 23 et 24, les représentants du régime et treize chefs militaires de l’opposition modérée participent à des négociations directes à Astana, au Kazakhstan, sous l’égide de la Russie, de l’Iran et de la Turquie. Moscou, Téhéran et Ankara s’engagent à consolider […] Lire la suite

Pour citer l’article

André LARONDE, « PALMYRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/palmyre/