SYRIE, archéologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'histoire des découvertes archéologiques de la Syrie n'est en rien comparable à celle des pays voisins. À une première et longue période marquée par l'indifférence des archéologues, beaucoup plus soucieux de confirmer les informations tirées de la Bible ou éblouis par les merveilleuses découvertes réalisées en Assyrie ou dans le pays sumérien, succède dans le courant du xxe siècle un vif intérêt pour l'archéologie syrienne, qui a provoqué à partir des années 1960 des fouilles de plus en plus nombreuses et surtout un renouvellement des problèmes. Malgré ce handicap de départ, la Syrie est devenue le point fort de la recherche archéologique au Proche-Orient, et les découvertes qui y ont été réalisées contribuent à une meilleure compréhension des civilisations voisines.

Les conditions géographiques ont leur part dans cette désaffection première. Les limites territoriales de la Syrie ne sont pas très faciles à préciser, sauf à l'ouest limité par la côte de la Méditerranée orientale ; la chaîne du Taurus au nord, une ligne verticale passant par le djebel Sindjar à l'est, et, vers le sud, les déserts qui prolongent ceux de l'Arabie, marquent les limites approximatives du domaine syrien. À l'intérieur de cet ensemble, il n'y a guère d'homogénéité, et là réside l'une des caractéristiques essentielles de ce pays ; en effet, au domaine côtier, typiquement méditerranéen, limité par les chaînes de l'Amanus, du mont Cassius et des Alaouites, succèdent des plaines plus ou moins marécageuses et des oasis nées des fleuves de l'Oronte (Ghab et plaine de l'Amuq) descendus de la Bekaa, ou du Barada (la Ghuta) ; à l'est, les larges étendues de la steppe syrienne, où viennent mourir les grands déserts méridionaux, sont limitées au nord par la région du massif calcaire, la région d'Alep, puis par l'ensemble formé par [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Avenue à portiques d'Apamée, Syrie

Avenue à portiques d'Apamée, Syrie
Crédits : Louise Norton, Bridgeman Images

photographie

Grande colonnade de Palmyre, Syrie

Grande colonnade de Palmyre, Syrie
Crédits : Louise Norton, Bridgeman Images

photographie

Villes de Syrie

Villes de Syrie
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Palais royal, Ébla

Palais royal, Ébla
Crédits : G. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  SYRIE, archéologie  » est également traité dans :

BURMARINA

  • Écrit par 
  • Luc BACHELOT
  •  • 3 115 mots
  •  • 2 médias

Le site de Tell Shioukh Faouqāni (Burmarina) en Syrie se situe sur la rive gauche de l'Euphrate, en bordure du fleuve, à 5 kilomètres de la frontière syro-turque . De taille moyenne (12 ha), il comprend une ville basse et une butte principale (350 m × 250 m), le tell proprement dit s'élevant à 25 mètres au-dessus de la plaine environnante, composée d'un ensemble de niveaux d'occupation dont les pl […] Lire la suite

CHAMITO-SÉMITIQUES LANGUES

  • Écrit par 
  • David COHEN
  •  • 2 791 mots

Dans le chapitre « Tableau des langues chamito-sémitiques »  : […] Le berbère , parlé aujourd'hui au Maghreb, en Libye, au Sahara, ne nous est connu pratiquement que sous sa forme moderne. Il est probable cependant que les inscriptions dites libyques découvertes en Afrique du Nord, et dont la seule datée remonte à 139 avant J.-C., représentent une forme de berbère. Le guanche , qui a été parlé aux Canaries jusqu'au xvii e siècle, a été souvent rattaché à l'ensem […] Lire la suite

DOURA EUROPOS

  • Écrit par 
  • Gabrielle SED-RAJNA
  •  • 404 mots

Poste frontière sur la rive de l'Euphrate, Doura Europos était un centre d'habitation périphérique de l'Empire romain, qui succomba à l'attaque des Perses vers le milieu du iii e siècle. Les fouilles commencées en 1922 ont remis au jour les temples de Bel, de Zeus Theos, d'Adonis, un baptistère chrétien et une synagogue. Les murs de cette dernière, entièrement remblayés par les défenseurs de la v […] Lire la suite

JERF EL AHMAR SITE ARCHÉOLOGIQUE DE, Syrie

  • Écrit par 
  • Danielle STORDEUR
  •  • 1 527 mots
  •  • 4 médias

Les habitants du Proche-Orient ont accompli, entre 12 000 et 7500 avant J.-C., une importante « révolution » dont a bénéficié l'humanité. Ils se sédentarisent à partir de 12 000 avant J.-C. en construisant les premières maisons (rondes et partiellement enterrées) et les premiers hameaux. Grâce à l'existence locale de céréales et de petits ruminants sauvages, de chasseurs-collecteurs ils deviennen […] Lire la suite

KARKÉMISH ou CARCÉMISH

  • Écrit par 
  • Jean-Daniel FOREST
  •  • 689 mots
  •  • 1 média

Située sur l'Euphrate à la frontière syro-turque, Karkémish (aujourd'hui Djerablus) doit son essor à la position charnière qu'elle occupe entre Mésopotamie du Nord, côte méditerranéenne et Anatolie. Sans doute la ville a-t-elle déjà quelque importance au ~ III e  millénaire, mais les textes ne nous renseignent sur son histoire qu'à partir du ~ II e  millénaire. Elle est alors le centre d'une prin […] Lire la suite

LAUFFRAY JEAN (1909-2000)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 811 mots

Figure protéiforme de l'archéologie française, Jean Lauffray était architecte de formation. Il avait découvert l'archéologie en participant dès 1936 à la fouille du site mésopotamien de Mari qui, sous la direction d'André Parrot, commençait à révéler toute sa richesse. Là, il contribua aux relevés – on lui doit les premiers plans du temple aux Lions – et s'initia à la fouille active en dirigeant […] Lire la suite

MARI, site archéologique

  • Écrit par 
  • Pascal BUTTERLIN
  •  • 4 488 mots
  •  • 8 médias

« Si vous êtes dans la capitale du royaume de Mari, c'est une fortune incomparable. » Ces mots fameux adressés par l'orientaliste français René Dussaud à l'archéologue André Parrot en 1933 se sont avérés prophétiques et ont été le prélude à une des plus belles découvertes archéologiques du xx e  siècle. Envoyé en Syrie, à la suite de la découverte fortuite d'une statuette sur le site du tell Har […] Lire la suite

MÉSOPOTAMIE - L'archéologie

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HUOT
  •  • 5 128 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les premiers villages »  : […] Laissant de côté l'énorme période préhistorique antérieure à l'apparition des premiers villages, on peut tenter de retracer le développement de l'ancienne Mésopotamie à partir de l'époque des premiers villages. La révolution néolithique, pour reprendre l'expression de Gordon Childe, ne s'est pas produite en Mésopotamie, mais dans les pays du Levant. Cependant, ces bouleversements du comportement […] Lire la suite

ORIGINES DE L'URBANISME AU PROCHE-ORIENT

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MARGUERON
  •  • 7 292 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Les villes neuves »  : […] Si la fouille des sites qui ont longuement vécu a donné beaucoup de renseignements sur les premières villes, il faut reconnaître qu'elle n'a pas permis en général d'en définir l'agencement ; cependant, la découverte de villes neuves a été sur ce point d'un grand secours en autorisant une meilleure perception des plans et une meilleure connaissance de ce que les Anciens eux-mêmes envisageaient comm […] Lire la suite

OUGARIT ou UGARIT

  • Écrit par 
  • René LARGEMENT, 
  • Marguerite YON
  •  • 5 937 mots
  •  • 3 médias

Ougarit (ou Ugarit) est le nom antique d'une cité du II e  millénaire avant J.-C. située sur le tell de Ras Shamra (côte méditerranéenne de la Syrie, à 10 km au nord de Lattaquié), capitale du royaume du même nom. Le nom d'Ougarit est attesté seulement pour la dernière période de son histoire, mais la ville dont les restes couvrent le tell correspond à la dernière phase d'une occupation humaine, à […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude MARGUERON, « SYRIE, archéologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/syrie-archeologie/