Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROME ET EMPIRE ROMAIN Le Haut-Empire

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine - crédits : Encyclopædia Universalis France

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine

Pendant plusieurs siècles, l'Empire romain a assuré la paix et l'unité du monde méditerranéen et façonné dans ses provinces la majeure partie de l'Europe. Les Romains n'avaient certes pas que des qualités et leur domination résulte partout de l'emploi judicieux de la force. Mais, une fois établie, cette domination s'est maintenue grâce à la diffusion d'une civilisation en partie héritée des Grecs, et par la participation des élites indigènes au gouvernement et à l'administration. Le droit romain a fait progresser le respect de la personne humaine et des contrats qui sont à la base de toute société. La concession de plus en plus large du droit de cité, pratiquement obtenu en 212 (édit de Caracalla) par tous les habitants de l'Empire, a permis à des millions d'individus d'accéder à une même forme de civilisation. À partir du iiie siècle, le monde romain a subi l'assaut des Barbares venus de l'Europe du Nord et de l'Asie, et pour leur résister s'est donné une structure bureaucratique, militaire et « totalitaire », ce qui n'a pas empêché le brillant renouveau du ive siècle, qui vit également triompher le christianisme. Après la séparation survenue entre l'Orient et l'Occident en 395, de nouvelles invasions allaient ruiner et morceler en royaumes barbares l'Occident, tandis que l'empire d'Orient poursuivait une longue carrière : l'Empire byzantin, à bien des égards héritier de l'Empire romain, devait durer jusqu'au milieu du xve siècle.

Auguste et son temps

L'organisation du régime

À la fin de la période troublée du second triumvirat, qui fait suite à la mort de César en 44 avant J.-C., Octave, son fils adoptif et son héritier, fut en 31 vainqueur d'Antoine et de Cléopâtre à la bataille d'Actium. De 31 à 27, il conserva les pouvoirs extraordinaires du triumvirat et prépara lentement la stabilisation du régime nouveau dont il fut le fondateur : le principat. Le destin tragique de César avait appris à Octave que le monde désirait un roi et que la monarchie était odieuse aux Romains.

Soutenu par l'armée et des ralliés de tous bords, « républicains » et « césariens », chevaliers et sénateurs, il décida, avec une grande habileté politique, de conserver pour lui un pouvoir quasi absolu, mais qui était fondé sur le cumul de plusieurs magistratures civiles héritées du passé républicain de Rome. Tel fut l'objet de la séance du Sénat (janv. 27) où la res publica, restaurée par ses soins, fut solennellement rendue au Sénat et au peuple. En fait un partage s'effectua : le Sénat conservait l'administration de quelques provinces dégarnies de troupes et confiait à Octave, qui reçut peu après le titre d'Auguste, les provinces frontières, ce qui lui laissait le commandement des armées. Depuis 31, il gérait le consulat sans interruption, ce qui était une monstruosité institutionnelle ; depuis 43, il possédait l' imperium, et, depuis 30, la plupart des droits des tribuns (puissance tribunicienne). Le nom d'Augustus soulignait en lui ce qu'il y avait de sacré et de divin, et conférait à ses décisions et à ses avis une « majoration » singulière (l'auctoritas), quoique sans fondement institutionnel. En 23, il abandonne le consulat (occasionnellement revêtu par la suite en 5 et en 2 av. J.-C.), mais reçoit la puissance tribunicienne complète et à vie, qui devint la base civile de son pouvoir, et un imperium proconsulaire majus (plus grand que celui des proconsuls des provinces sénatoriales). En 19, il reçoit temporairement le pouvoir consulaire, l'initiative des lois et certains pouvoirs des censeurs. En 12 avant J.-C., il est élu régulièrement grand pontife, et reçoit, en 2 avant J.-C., le titre de Père de la patrie, qui place sous sa protection et sa clientèle[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à l'université de Grenoble
  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Grenoble

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine - crédits : Encyclopædia Universalis France

-200 à 200 apr. J.-C. La loi romaine

Système impérial romain - crédits : Encyclopædia Universalis France

Système impérial romain

Détail du décor de l'Ara Pacis Augustae - crédits : Index/  Bridgeman Images

Détail du décor de l'Ara Pacis Augustae

Autres références

  • CIVILISATION ROMAINE (notions de base)

    • Écrit par Universalis
    • 4 292 mots
    • 18 médias

    Le destin de Rome est celui d’une obscure bourgade de la péninsule italienne devenue, en l’espace de quatre siècles, une mégapole, capitale d’un immense empire s’étendant de l’Écosse à l’Arabie, des confins sahariens aux rives du Danube. Ce processus historique s’accompagna de la disparition de la ...

Voir aussi