Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

WILDE OSCAR (1854-1900)

Portrait de l’artiste en prosateur : des contes à l’essai et au roman

À la toute fin des années 1880, Wilde s’illustre d’abord dans le genre du conte, en faisant paraître LePrince heureux et autres contes (1888), un recueil de cinq récits pour enfants (« Le prince heureux », « Le rossignol et la rose », « Le géant égoïste », « L’ami dévoué » et « La fusée remarquable »). En 1891, l’écrivain publie un second recueil, Unemaison de grenades, composé de quatre contes (« Le jeune roi », « L’anniversaire de l’Infante », « Le pêcheur et son âme » et « L’enfant de l’étoile »).

À plus d’un titre, l’année 1891 est significative dans la vie et la carrière de Wilde. Il fait la rencontre de lord Alfred Douglas, alors étudiant à Oxford, surnommé Bosie par sa famille, et fils de John Sholto Douglas, neuvième marquis de Queensberry. Très vite, les deux hommes entament une liaison orageuse qui aura des conséquences tragiques pour Wilde. C’est également en 1891 que ce dernier publie Intentions, un recueil de quatre essais (« La plume, le crayon, le poison », « Le critique comme artiste », « Le déclin du mensonge » et « La vérité des masques ») dans lesquels il définit un programme esthétique qui se rattache au dandysme, tel que conçu par Barbey d’Aurevilly et Baudelaire, et s’articule notamment autour de l’idée de la supériorité de l’art sur la vie et de l’esthétique par rapport à l’éthique.

Ces mêmes idées sont à l’œuvre dans LePortrait de Dorian Gray, son unique roman, dont la publication en volume suivra de quelques jours celle d’Intentions. La genèse du texte remonte à 1889 : Joseph Marshall Stoddart (1845-1921) lance à Wilde le défi d’écrire un texte de fiction que l’homme d’affaires et éditeur américain se propose d’inclure dans le magazine qu’il dirige. LePortrait de Dorian Gray paraît ainsi d’abord en juillet 1890 dans le Lippincott’sMonthly Magazine, publié à la fois à Londres et à Philadelphie. Cette première version donne lieu à des critiques particulièrement virulentes dans la presse britannique : les reproches tournent essentiellement autour du manque d’originalité et de la prétendue immoralité de l’œuvre. Ces critiques seront reprises lors des procès de Wilde en 1895, lorsque LePortrait de Dorian Gray servira de pièce à charge. L’auteur répond point par point à ses détracteurs. Ces controverses conduiront à l’ajout, à l’occasion de la publication du roman en volume, d’une préface-manifeste composée d’aphorismes, dans laquelle l’écrivain définit l’art comme une quête de beauté détachée de la morale et du réalisme.

LePortrait de Dorian Gray consiste en une variation autour des thèmes du double et du portrait. Cette question avait déjà été abordée par Wilde dans LePortrait de Mr. W. H. (1889), texte aux confins de l’essai et de la fiction, qui porte sur le mystérieux dédicataire des Sonnets de William Shakespeare. Dans LePortrait de Dorian Gray, l’art et la vie échangent leurs propriétés respectives jusqu’au moment où, en voulant détruire son double pictural – lequel, en raison du vœu du personnage principal, s’est chargé au fil des années des stigmates du temps et des signes de la corruption –, Dorian Gray rompt le pacte magique : le récit se conclut sur l’image d’un cadavre hideux gisant sur le sol tandis que le portrait accroché au mur est rendu à sa splendeur initiale. Le texte se situe dans le sillage des œuvres du mouvement décadent français, et notamment du roman de Joris-Karl Huysmans Àrebours (1884), mais aussi de la tradition « gothique » et fantastique britannique et irlandaise. Roman-palimpseste, il propose également une réflexion sur les rapports entre image et texte, portrait peint et portrait écrit. Troublant l’opposition établie par G. E. Lessing (1729-1781) entre[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences à l'université de Reims Champagne-Ardenne

Classification

Pour citer cet article

Xavier GIUDICELLI. WILDE OSCAR (1854-1900) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Oscar Wilde, 1882 - crédits : Napoleon Sarony/ Everett Historical/ Shutterstock

Oscar Wilde, 1882

Autres références

  • OSCAR WILDE, L'IMPERTINENT ABSOLU (exposition)

    • Écrit par Françoise COBLENCE
    • 1 078 mots
    • 1 média

    Oscar Wilde aurait affirmé à André Gide : « J’ai mis tout mon génie dans ma vie ; je n’ai mis que mon talent dans mon œuvre. » Fidèle à cette déclaration, l’exposition du Petit Palais (28 septembre 2016-15 janvier 2017) présente Oscar Wilde en « impertinent absolu » et mêle étroitement la vie et...

  • LE PORTRAIT DE DORIAN GRAY, Oscar Wilde - Fiche de lecture

    • Écrit par Marie-Gabrielle SLAMA
    • 732 mots
    • 1 média

    Le Portrait de Dorian Gray est l'unique roman du sulfureux écrivain d'origine irlandaise Oscar Wilde (1854-1900), par ailleurs dramaturge et auteur de contes. En l'écrivant, Wilde relevait le défi de l'éditeur américain J. M. Stoddart, à la recherche de textes pour sa revue, le ...

  • BEAUTÉ, MORALE ET VOLUPTÉ DANS L'ANGLETERRE D'OSCAR WILDE (exposition)

    • Écrit par Marie-Claude CHAUDONNERET
    • 1 029 mots
    • 1 média

    Après le Victoria and Albert Museum de Londres (2 avril-17 juillet 2011), le musée d'Orsay (12 septembre 2011-15 janvier 2012), puis le Legion of Honor San Francisco (18 février-17 juin 2012), l'exposition consacrée à l'Aesthetic Movement a permis de mettre en lumière un mouvement...

  • ESTHÉTISME

    • Écrit par Jean-Paul BOUILLON
    • 744 mots

    Le terme d'esthétisme et celui d'esthète, qui lui est lié, se réfèrent à des notions beaucoup plus récentes et plus particularisées que celle d'« esthétique », mot dont ils sont cependant dérivés. Alors que ce dernier terme remonte au grec et qu'il désigne, depuis Baumgarten au milieu du ...

  • GIDE ANDRÉ (1869-1951)

    • Écrit par Éric MARTY
    • 3 662 mots
    • 2 médias
    ...1895-1896. Gide a longuement raconté, dans Si le grain ne meurt, l'expérience pédérastique, l'expérience de liberté, sa rencontre avec Oscar Wilde et ce qui s'ensuivit, mais il serait réducteur de limiter cette aventure à une seule de ses dimensions. De ces premiers voyages, Gide a recueilli...
  • PHYSIOGNOMONIE

    • Écrit par Anne-Marie LECOQ
    • 8 002 mots
    • 1 média
    ...alors un délicieux suspense. Par un trait de génie, Victor Hugo fait du hideux Quasimodo un ange et de « l'homme qui rit » un désespéré ; Oscar Wilde réserve au portrait de Dorian Gray les stigmates de la laideur morale, que rien ne trahit sur le visage du héros lui-même. Mais ces renversements...

Voir aussi