WILDE OSCAR (1854-1900)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Oscar Wilde, Toulouse-Lautrec

Oscar Wilde, Toulouse-Lautrec
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Oscar Wilde, 1882

Oscar Wilde, 1882
Crédits : Napoleon Sarony/ Everett Historical/ Shutterstock

photographie


La célébrité d'Oscar Wilde tient à son destin. Prodigieusement doué, d'un esprit étincelant qui subjugua la société londonienne, fin lettré, nourri de Swinburne, de Ruskin, de Walter Pater, il a surtout été considéré comme un esthète décadent et révolté : son procès pour mœurs acheva de faire de lui une figure publique entourée d'éclat, de honte et de scandale. Lui-même savait combien la vie empiétait dangereusement sur son art et sur sa personne quand il confiait à Gide « avoir mis tout son génie dans sa vie et son talent seulement dans son œuvre ». Son personnage fut, et par sa propre faute, entouré par une légende de causeur génial et d'écrivain mineur, mais ses poèmes, son roman Le Portrait de Dorian Gray, sa correspondance, dont la lettre si importante dite De profundis écrite à lord Alfred Douglas en 1897, révèlent une personnalité divisée et tragique, un profond narcissisme, une attirance de l'échec qui l'apparentent aux romantiques et sur lesquels il faut de nouveau s'interroger.

Oscar Wilde, Toulouse-Lautrec

Oscar Wilde, Toulouse-Lautrec

Photographie

Henri de TOULOUSE-LAUTREC, Oscar Wilde, huile sur carton. The Collection M. Conrad H. Lester, Beverly Hills. 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Oscar Wilde, 1882

Oscar Wilde, 1882

Photographie

Oscar Wilde confiait à André Gide : « J'ai mis tout mon génie dans ma vie ; je n'ai mis que mon talent dans mes œuvres. » De fait, entre l'une et l'autre, il ne cesse de faire circuler impertinence et profondeur, futilité et érudition. Ici, l'écrivain photographié par Napoléon... 

Crédits : Napoleon Sarony/ Everett Historical/ Shutterstock

Afficher

Une hérédité complexe

L'hérédité et l'éducation jouent un rôle particulièrement important dans la vie d'Oscar Wilde : sa mère, Jane Francisca Elgee, ardente poétesse qui avait choisi comme pseudonyme Speranza, collaborait au journal nationaliste irlandais The Nation quand un procès retentissant mit fin à ses activités littéraires. Comme d'autres furent accusés d'avoir composé les appels aux armes dont elle était l'auteur, elle revendiqua la paternité de ses écrits. Cette Junon théâtrale, courageuse, capable de grandeur comme de grotesque, finit par épouser William Wilde, oculiste célèbre et chirurgien, don Juan obstiné, d'une infatigable activité. La carrière brillante de ce médecin fut à son tour interrompue par les accusations venimeuses d'une maîtresse abandonnée, d'où un procès entouré de ridicule qui signa la déchéance d'un des hommes les plus remarquables d'Irlande. Oscar Wilde et son frère, Willie, assistèrent à cette lente dégradation qui se termina par la mort de leur père avant la cinquanta [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WILDE OSCAR (1854-1900)  » est également traité dans :

LE PORTRAIT DE DORIAN GRAY, Oscar Wilde - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marie-Gabrielle SLAMA
  •  • 732 mots
  •  • 1 média

Le Portrait de Dorian Gray est l'unique roman du sulfureux écrivain d'origine irlandaise Oscar Wilde (1854-1900), par ailleurs dramaturge et auteur de contes. En l'écrivant, Wilde relevait le défi de l'éditeur américain J. M. Stoddart, à la recherche de textes pour sa revue, le Lippincott's Monthly Magazine : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-portrait-de-dorian-gray/#i_5624

OSCAR WILDE, L'IMPERTINENT ABSOLU (exposition)

  • Écrit par 
  • Françoise COBLENCE
  •  • 1 084 mots
  •  • 1 média

Oscar Wilde aurait affirmé à André Gide : « J’ai mis tout mon génie dans ma vie ; je n’ai mis que mon talent dans mon œuvre. » Fidèle à cette déclaration, l’exposition du Petit Palais (28 septembre 2016-15 janvier 2017) présente Oscar Wilde en « impertinent absolu » et mêle étroitement la vie et l’œuvre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-wilde-l-impertinent-absolu/#i_5624

BEAUTÉ, MORALE ET VOLUPTÉ DANS L'ANGLETERRE D'OSCAR WILDE (exposition)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude CHAUDONNERET
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

Après le Victoria and Albert Museum de Londres (2 avril-17 juillet 2011), le musée d'Orsay (12 septembre 2011-15 janvier 2012), puis le Legion of Honor San Francisco (18 février-17 juin 2012), l'exposition consacrée à l' Aesthetic Movement a permis de mettre en lumière un mouvement artistique peu connu en France. Cette nouvelle esthétique, qui se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beaute-morale-et-volupte-dans-l-angleterre-d-oscar-wilde-exposition/#i_5624

ESTHÉTISME

  • Écrit par 
  • Jean-Paul BOUILLON
  •  • 745 mots

Le terme d'esthétisme et celui d'esthète, qui lui est lié, se réfèrent à des notions beaucoup plus récentes et plus particularisées que celle d'« esthétique », mot dont ils sont cependant dérivés. Alors que ce dernier terme remonte au grec et qu'il désigne, depuis Baumgarten au milieu du xviii e siècle, la « science du beau » ( Æsthetica , 1750-17 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetisme/#i_5624

GIDE ANDRÉ (1869-1951)

  • Écrit par 
  • Éric MARTY
  •  • 3 665 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Afrique du Nord : le dépaysement »  : […] On connaît la célèbre phrase adressée par Gide en 1897 à Maurice Barrès, chantre du nationalisme : « Né à Paris, d'un père uzétien et d'une mère normande, où voulez-vous, monsieur Barrès, que je m'enracine ? J'ai donc pris le parti de voyager. » On retrouve là l'idée d'une origine marquée par la division et le dédoublement, mais, surtout, contre l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-gide/#i_5624

PHYSIOGNOMONIE

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LECOQ
  •  • 8 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les écrivains et la physiognomonie »  : […] Beaucoup d'écrivains ont été des admirateurs et des partisans déclarés de Lavater. En Allemagne, il faut citer Goethe, qui fut un grand ami et collabora de près aux Fragments avant de se brouiller avec lui, mais aussi Jean-Paul Richter, Novalis, Schopenhauer... En France, Madame de Staël, Senancour, Chateaubriand, George Sand, Stendhal, Balzac, B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/physiognomonie/#i_5624

SYMBOLISME - Littérature

  • Écrit par 
  • Pierre CITTI
  •  • 11 889 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Réception du symbolisme en Europe »  : […] Vers 1890 en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Autriche, en Hollande, en Italie, deux attitudes partagent presque toujours les lettres : nous n'avons pas besoin du symbolisme des Français ; et nous aussi nous sommes symbolistes. Deux attitudes qui peuvent être simultanées : Gabriele D'Annunzio apparaît comme un jeune poète nouveau (c'est-à-dire ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-litterature/#i_5624

Voir aussi

Pour citer l’article

Diane de MARGERIE, « WILDE OSCAR - (1854-1900) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-wilde/