LE PORTRAIT DE DORIAN GRAY, Oscar WildeFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Portrait de Dorian Gray est l'unique roman du sulfureux écrivain d'origine irlandaise Oscar Wilde (1854-1900), par ailleurs dramaturge et auteur de contes. En l'écrivant, Wilde relevait le défi de l'éditeur américain J. M. Stoddart, à la recherche de textes pour sa revue, le Lippincott's Monthly Magazine : Le Portrait de Dorian Gray y parut en juillet 1890, avant d'être considérablement augmenté et édité en volume en avril 1891. Quatre ans plus tard, au terme d'un procès retentissant, Oscar Wilde fut condamné à deux ans de travaux forcés pour homosexualité : comme son héros Dorian Gray, le dandy écrivain connut alors la malédiction, et paya un très lourd tribut au puritanisme de la société victorienne.

Oscar Wilde, 1882

Oscar Wilde, 1882

photographie

Oscar Wilde confiait à André Gide : « J'ai mis tout mon génie dans ma vie ; je n'ai mis que mon talent dans mes œuvres. » De fait, entre l'une et l'autre, il ne cesse de faire circuler impertinence et profondeur, futilité et érudition. Ici, l'écrivain photographié par Napoléon... 

Crédits : Napoleon Sarony/ Everett Historical/ Shutterstock

Afficher

La beauté du diable

Dorian Gray est un jeune dandy d'une grande beauté, perpétuellement en quête de plaisirs. Lorsqu'il aperçoit le portrait que son ami Basil Hallward a fait de lui, il fait le vœu d'être toujours semblable à cette image de jeunesse rayonnante. Son vœu est exaucé : Dorian Gray a beau sombrer peu à peu dans le vice, son visage demeure d'une pureté inaltérable. Mais le portrait, reflet de la noirceur de son âme, vieillit et devient de plus en plus grimaçant. Encouragé par lord Henry Wotton, un dandy cynique, Dorian Gray mène une existence de plus en plus dépravée : il repousse sa fiancée, Sibyl Vane, une jeune actrice dont l'amour aurait pu le sauver, et conduit la jeune femme au suicide. Dès lors, le destin de Dorian Gray est scellé : « Il sentait que le moment était véritablement venu pour lui de faire un choix. Mais son choix n'avait-il pas déjà été fait ? Oui, la vie avait décidé pour lui – la vie, mais aussi la curiosité infinie qu'il portait à la vie. Jeunesse éternelle, passion sans limites, plaisirs subtils et secrets, joies sauvages et péchés plus sauvages encore : il lui fallait tout cela. Au portrait de porter le fardeau de sa honte, voilà tout. » De péché en péché, le héros finit par commettre l'irréparable et, dans un accès de fureur, assassine Basil parce que celui-ci lui reproche sa conduite. Mais Dorian Gray n'est pas seulement bourreau : il est aussi une victime de la fatalité et de son vœu impossible de jeunesse éternelle. Et lorsque, désespéré, il frappe le portrait, c'est lui qui s'effondre, mort, tandis que son visage prend en quelques secondes l'apparence la plus atroce.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  LE PORTRAIT DE DORIAN GRAY, Oscar Wilde  » est également traité dans :

WILDE OSCAR (1854-1900)

  • Écrit par 
  • Diane de MARGERIE
  •  • 1 774 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une hérédité complexe »  : […] de Dublin en 1871-1874, et à Oxford en 1874-1878), mais ce fut la rencontre d'Alfred Douglas qui les affirma avec éclat. Étrangement, le roman d'Oscar Wilde Le Portrait de Dorian Gray (The Picture of Dorian Gray, 1891) précéda cette passion, et l'on ne peut qu'être frappé par la prescience que dévoile ce récit du sort qui attendait son auteur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oscar-wilde/#i_28285

Voir aussi

Pour citer l’article

Marie-Gabrielle SLAMA, « LE PORTRAIT DE DORIAN GRAY, Oscar Wilde - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-portrait-de-dorian-gray/