Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ORIENTALISME, art et littérature

Par sa longévité et son ampleur, l'orientalisme apparaît aujourd'hui comme l'une des tendances importantes de l'art du xixe siècle. Cette curiosité passionnée pour les pays musulmans – dessinant alors un « Orient » qui conduit du « Couchant » (Maghreb) au « Levant » – s'impose en effet au lendemain de la campagne d'Égypte (1798) et connaît ensuite diverses métamorphoses qui nourrissent aussi l'expression de la modernité, de Matisse à Picasso. Toutes les écoles occidentales ont apporté à cet élan leur concours, même si l'on y remarque l'adhésion plus massive des Français et des Britanniques. Enfin, si l'expression plastique – surtout la peinture – occupe au sein du mouvement une place rayonnante, on ne saurait sous-estimer les accents littéraires et musicaux qui ont accompagné sa diffusion.

Phénomène reconnu, l’orientalisme est entouré cependant d'une notoriété ambiguë. Dès le xixe siècle, on a contesté l'engouement excessif de peintres partant en caravane pour ranimer aux soleils exotiques une inspiration trop pâle. La multiplication de scènes faciles, associant couleur et volupté, a souvent fait de l'orientalisme un caprice ornemental, une frivolité de flâneur. Pourtant, comme l'indique dès 1829 Victor Hugo dans la Préface des Orientales, le monde islamique apparaît alors « pour les intelligences autant que pour les imaginations, une sorte de préoccupation générale ». Les rebondissements de la « Question d'Orient », c'est-à-dire le démembrement progressif de l'Empire ottoman – dont l'insurrection grecque de 1821 est l'une des étapes essentielles – liés aux ambitions coloniales brutalement exprimées par la prise d'Alger en 1830, soulignent clairement les enjeux politiques. On a accusé les artistes d'en être les témoins impassibles ou, suivant le modèle impérialiste, de se conduire en prédateurs d'une culture qui leur restait étrangère. Quoique naturellement porté vers les effets lumineux, l'orientalisme apparaissait ainsi, selon Linda Nochlin, à l’occasion de la rétrospective organisée en 1982 par D. Rosenthal à l'université de Rochester, comme « une zone d'ombre » de l'histoire de l'art.

Grâce aux recherches qui ont exhumé bien des œuvres enfouies et précisé les circonstances de leur élaboration, il est possible désormais d'écrire sans passion l'histoire du mouvement orientaliste, en lui restituant son ampleur et sa portée.

La rêverie et l'Histoire

Avant le xixe siècle, les artistes ont entrevu dans l'ailleurs levantin la lumière d'un renouveau. Confronté aux échos des échanges cosmopolites, Rembrandt (1606-1669) peint à Amsterdam un Orient imaginaire que n'oublieront pas les voyageurs futurs. Plus attendues et plus précises, les références exotiques sont nombreuses dans l'art vénitien : après le séjour précoce à Constantinople de Gentile Bellini (1429-1507), portraitiste de Mahomet II, le turban décoratif du Turc rappelle souvent dans les tableaux les conflits incessants dont la bataille de Lépante (1571) reste le plus célèbre. Dans la France du xviiie siècle, la traduction par Galland des Mille et Une Nuits (1704-1717) et les Lettres persanes (1721) de Montesquieu, aiguisent la curiosité pour l'Orient, dont les sultanes de François Boucher (1703-1770) ou d'Amédée Van Loo (1719-1795) expriment la volupté. Plusieurs artistes, installés à Constantinople, formant l'escouade des « peintres du Bosphore », vont donner à ce caprice une tournure plus authentique qui préfigure l'approche du siècle suivant. Parmi eux, le Genevois Jean Étienne Liotard (1702-1789) réalise une étonnante galerie de portraits, toujours empreints d'un grand souci du détail (Dame franque et sa servante, musée[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de littérature générale et comparée à l'université de Paris-III
  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université des sciences humaines de Strasbourg

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<it>Autoportrait en costume oriental</it>, Rembrandt

Autoportrait en costume oriental, Rembrandt

<it>Le Bain turc</it>, J. D. A. Ingres

Le Bain turc, J. D. A. Ingres

Égyptomanie

Égyptomanie

Autres références

  • BONFILS FÉLIX (1831-1885)

    • Écrit par Laure BOYER
    • 712 mots

    Pendant la seconde moitié du xixe siècle, la maison Bonfils fut l'une des plus importantes entreprises d'édition de photographies orientales ; elle partageait son activité entre la France et le Liban.

    Félix Bonfils est né à Saint-Hippolyte-du-Fort (Gard) en 1831. Relieur de métier,...

  • BOUSSOLE (M. Énard) - Fiche de lecture

    • Écrit par Véronique HOTTE
    • 1 018 mots
    ...ce que nos révolutions esthétiques doivent à l’exotisme de l’Orient, par exemple chez Mozart, Beethoven, Liszt, Rimski-Korsakov, Debussy ou Schönberg. De l’orientaliste Hammer-Purgstall à Goethe et à Hofmannsthal, en passant par Hugo, Rückert ou Balzac, le Levant est perçu une fois encore comme un désir...
  • CHASSÉRIAU THÉODORE (1819-1856)

    • Écrit par Christine PELTRE
    • 987 mots
    • 2 médias

    Le siècle du peintre Théodore Chassériau a souvent lu dans son œuvre multiple la conciliation de tendances opposées. Élève d'Ingres, l'artiste aurait associé la couleur de Delacroix au dessin de son maître. Certains pourtant, comme Théophile Gautier, exégète fidèle et avisé, avaient...

  • DECAMPS ALEXANDRE (1803-1860)

    • Écrit par Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE
    • 1 174 mots
    • 1 média

    Dans une lettre autobiographique adressée en 1854 au docteur Véron (Les Mémoires d'un bourgeois de Paris), Alexandre Decamps nous apprend qu'il est né à Paris, dans une famille d'origine picarde. Une vague formation chez le peintre d'architecture Étienne Bouhot, puis chez Abel de Pujol,...

  • Afficher les 17 références

Voir aussi