CHASSÉRIAU THÉODORE (1819-1856)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le siècle du peintre Théodore Chassériau a souvent lu dans son œuvre multiple la conciliation de tendances opposées. Élève d'Ingres, l'artiste aurait associé la couleur de Delacroix au dessin de son maître. Certains pourtant, comme Théophile Gautier, exégète fidèle et avisé, avaient saisi la singularité d'une sensibilité personnelle, ouverte aux « poètes de ces derniers temps » et proche des figures du Paris moderne, comme Lacordaire ou Tocqueville. Autour de la rétrospective consacrée à Chassériau en 2002, au Grand Palais à Paris, au musée des Beaux-Arts de Strasbourg, puis au Metropolitan Museum de New York, de nouvelles problématiques ont remodelé son image. Dans la perspective d'œuvres qu'il a fécondées, comme celle de Gustave Moreau, Chassériau paraît, au cœur de tensions esthétiques, le sourcier des ambiguïtés de son temps.

Né en 1819 à Saint-Domingue, où il vit jusqu'à l'âge de trois ans, Chassériau, talent précoce, entre dès 1830 dans l'atelier d'Ingres. Il restera profondément marqué par cet enseignement, dans sa maîtrise du dessin, dans l'importance accordée aux portraits, dans la pratique de la peinture monumentale, ou dans l'esprit de certaines compositions même tardives (La Défense des Gaules, 1855). L'artiste s'ouvre aussi, durant les années 1830, à la bohème romantique du Doyenné, où se retrouvent l'orientaliste Prosper Marilhat, dont il fera le portrait, Nerval ou Gautier. Le voyage de quelques mois que Chassériau effectue en Italie (1840-1841), bien connu par ses dessins, confirme la déférence vouée aux grands exemples, tout en forgeant son émancipation, à l'écart du cursus officiel puisqu'il n'a pas concouru pour le prix de Rome. La carrière du peintre est alors régie par la vie du Salon, au moment où ces expositions offrent régulièrement, au regard du public et de la critique, une galerie de l'art contemporain. Conscient « qu'un tableau qu'on expose se détache des autres pour l'originalité de son aspect », proche du monde du théâtre, l'artiste prépare ses effets, comme Esther se parant pour Assuérus, dans le tableau fameux de 1841. Chassériau s'impose au Salon de 1839 en présentant deux figures de femmes, Vénus marine et Suzanne au bain, qui affirment la sensualité de ses nus avant l'audacieuse Baigneuse endormie de 1850. Ses expositions sont aussi rythmées par les portraits qu'il y présente, comme celui de Lacordaire en 1840, associant à l'actualité du modèle la nouveauté d'un style hispanisant. En 1843, celui de ses Deux Sœurs (musée du Louvre, Paris) exprime un intérêt marqué pour la parure, avant le portrait de Mademoiselle de Cabarrus en 1848. Le voyage en Algérie (1846) accentue son goût pour l'orientalisme et sa proximité avec Delacroix, sensibles dans de nombreuses scènes de genre. Chassériau a consacré à l'œuvre monumentale une autre partie de sa vie : il illustre à Paris, dans l'église Saint-Merri, la légende de sainte Marie l'Égyptienne (1841-1843), décore au palais d'Orsay l'escalier d'honneur de la Cour des comptes (1844-1848, décor presque entièrement détruit dans l'incendie de 1871), réalise également des commandes importantes à Saint-Roch (1852-1853) et à Saint-Philippe-du-Roule (1852-1855). L'inspiration religieuse, présente aussi dans plusieurs tableaux, est empreinte d'une sensibilité moderne, exprimant une souffrance humaine visitée par le doute.

Nymphe endormie, T. Chassériau

Photographie : Nymphe endormie, T. Chassériau

Théodore Chassériau, Nymphe endormie, 1850, huile sur toile, 137 cm x 210 cm. Musée Calvet, Avignon, France. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

Cet « éclectique en travail », dont un critique se demandait en 1848 s'il finirait par « engendrer une originalité », n'a cessé d'interroger l'histoire de l'art. Son œuvre est très présente dans les collections françaises grâce à l'action du baron Arthur Chassériau, neveu de l'artiste, et à son important legs au musée du Louvre, en 1934. La thèse d'une œuvre gouvernée par l'harmonie classique a été durablement confirmée par la monographie de Léonce Bénédite, parue en 1931, après la mort de l'auteur, historien de l'art et conservateur, et fidèle à sa ligne esthétique. Pourtant, après Gautier, d'autres, comme Henri Focillon en 1928, ont voulu conjurer l'explication « à la vieille mode » de ce « génie si rare ».

Préparés par l'approche scientifique des catalogues raisonnés de peintures et de dessins, les travaux menés autour de l'expositi [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Nymphe endormie, T. Chassériau

Nymphe endormie, T. Chassériau
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Alexis de Tocqueville (1805-1859)

Alexis de Tocqueville (1805-1859)
Crédits : A. Dagli Orti/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art contemporain à l'université des sciences humaines de Strasbourg

Classification

Autres références

«  CHASSÉRIAU THÉODORE (1819-1856)  » est également traité dans :

THÉODORE CHASSÉRIAU (C. Peltre)

  • Écrit par 
  • Barthélémy JOBERT
  •  • 980 mots

Beaucoup reste encore à redécouvrir ou à interpréter dans la peinture française de la première moitié du xixe siècle. C'est dire l'intérêt de la publication d'une monographie consacrée à Théodore Chassériau (Théodore Chassériau, Gallimard, Paris, 2001), écrite par Christine Peltre […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 151 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Les sujets littéraires »  : […] Si le romantisme ne recourut pas souvent à l'allégorie, en revanche, il a multiplié à plaisir les sujets littéraires. L'évocation d'un texte lui permettait d'introduire aisément la dose requise de poésie. Les tableaux inspirés par Dante, Shakespeare, Goethe, Walter Scott relèvent surtout du romantisme par l'écho littéraire qu'ils éveillent, aussi bien dans le genre troubadour ingresque (par exempl […] Lire la suite

INGRES JEAN AUGUSTE DOMINIQUE (1780-1867)

  • Écrit par 
  • Jean LACAMBRE
  •  • 2 427 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le rayonnement d'un maître »  : […] L'influence qu'exerça Ingres à son époque fut décisive et s'explique par le grand nombre d'élèves qui travaillèrent dans son atelier : deux cents au moins. Parmi eux, il faut citer Amaury-Duval (1806-1885), qui a laissé un livre de souvenirs, L'Atelier d'Ingres  ; Jules Ziegler (1804-1856), auteur de la coupole de l'église de la Madeleine, en 1838 ; Victor Mottez (1809-1897) ; Henri Lehmann (1814- […] Lire la suite

MOREAU GUSTAVE (1826-1898)

  • Écrit par 
  • Pierre-Louis MATHIEU
  •  • 2 077 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un jeune peintre romantique »  : […] Fils d'un architecte de la Ville de Paris, Gustave Moreau, voué à la peinture dès son plus jeune âge et encouragé par ses parents, entra à l'École royale des beaux-arts en 1846, dans l'atelier du peintre académique François Picot. Il quitta l'École en 1849, après un échec au concours pour le grand prix de Rome de peinture. S'il reçut une formation toute classique, Moreau fut en même temps attiré p […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christine PELTRE, « CHASSÉRIAU THÉODORE - (1819-1856) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chasseriau-theodore-1819-1856/