OPÉRA DE PARIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C'est le 28 juin 1669 que l'abbé Perrin et Robert Cambert obtiennent de Louis XIV le privilège d'« Académie d'opéra ou représentations en musique et en langue françoise », fondant ainsi l'Académie royale de musique, qu'ils installent en 1670 dans la salle du jeu de paume de la Bouteille. Treize salles, dont le théâtre de la Porte-Saint-Martin, le théâtre Montansier, la première salle Favart, le théâtre Louvois et, enfin, la salle Le Peletier abriteront successivement les représentations de l'Académie, qui prendra les qualificatifs de royale, impériale ou nationale selon le contexte politique. Des premiers temps surnagent les noms de directeurs ou d'auteurs glorieux : Lully (1672-1687), qui en sera le premier maître incontesté, Rameau (1733-1760), qui y produira vingt-quatre opéras, Gluck (1773-1779), avec la fameuse querelle qui opposa ses partisans à ceux de Piccinni. À partir de 1807, Spontini et Cherubini instaurent le style du grand opéra à la française, qui atteindra son apogée au milieu du xixe siècle, avec Meyerbeer, Rossini ou Halévy dans de somptueuses réalisations scéniques signées Daguerre ou Cicéri. Imposant ce style grandiose comme modèle à l'Europe entière, l'Opéra connaît alors son plus grand rayonnement.

Lorsque la salle Le Peletier disparaît dans les flammes en 1873, le nouvel opéra commandé à Charles Garnier par Napoléon III est encore en construction. Il sera inauguré le 5 janvier 1875 et comporte 2 156 places ; c'est alors la plus grande scène du monde. Massenet et Gounod y connaissent des triomphes, ainsi que Verdi et, plus lentement, mais plus profondément, Wagner, notamment lors de la direction d'André Messager (1908-1914). Jacques Rouché, qui sera directeur de 1915 à 1939, puis administrateur de 1940 à 1944 lorsque sera créée la Réunion des théâtres lyriques nationaux (RTLN, liant ainsi le sort de l'Opéra-Comique à celui de l'Opéra), demeure la personnalité marquante de l'entre-deux-guerres, où l'Opéra rayonne par la qualité de ses chanteurs autant que par la variété de son répertoire.

L’Opéra Garnier en 1880

Photographie : L’Opéra Garnier en 1880

Peinture de Léonard Saurfelt représentant l'Opéra de Paris, conçu par Charles Garnier, vers 1880. L'édifice est ici vu de côté, depuis la rue Auber. Le concours lancé en décembre 1860 avait pour objet de construire un nouvel Opéra, plus grandiose que la salle Le Peletier mais aussi plus... 

Crédits : Photo Josse/ Leemage/ Corbis Historical/ Getty Images

Afficher

Opéra de Paris, C. Garnier

Photographie : Opéra de Paris, C. Garnier

Charles Garnier, façade de l'Opéra, Paris, 1860-1875. 

Crédits : narvikk/ Getty Images

Afficher

Après 1945, au contraire, un déclin réel correspond au désintérêt des Français pour une forme d'art qui ne suscite pas chez eux les révolutions qu'il connaît en Italie (avec Maria Callas) et en Allemagne (avec Wieland Wagner). Malgré quelques grandes réussites (Les Indes galantes, Carmen), les directions successives de Maurice Lehmann, Georges Hirsch, Jacques Ibert, Georges Auric... amènent à la fermeture en 1972 et à la nomination de Rolf Liebermann comme administrateur général et de Georg Solti comme directeur musical. La période qui suit, de 1973 à 1980, sera parmi les plus brillantes de l'histoire de l'Opéra, remettant la scène parisienne pour un temps au premier rang mondial. Mais, à la succession de Liebermann, l'ingérence de l'État de plus en plus effective ainsi que la dispersion des pouvoirs au sein même de l'établissement seront l'occasion d'un déclin rapide malgré les personnalités de Bernard Lefort et de Massimo Bogianckino. Et, tandis que le palais Garnier achevait de s'enliser sous l'administration de Jean-Louis Martinoty, les querelles de personnes et de pouvoir se cristallisaient autour du nouveau théâtre voulu par François Mitterrand et construit par Carlos Ott. L'Opéra-Bastille est inauguré le 13 juillet 1989. Il est réuni au palais Garnier dans l'Association des théâtres de l'Opéra de Paris (ATOP), avec un président commun, Pierre Bergé (1988-1994) ; en 1989, Myung-Whun Chung est nommé directeur musical de l'Opéra-Bastille, poste qu'il quitte en 1994 après un conflit avec le nouveau directeur désigné, Hugues Gall, qui prend ses fonctions en août 1995. En 1994, l'ensemble palais Garnier - Opéra-Bastille prend le nom d'Opéra national de Paris (ONP). En 2004, Gérard Mortier (1943-2014 [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

L’Opéra Garnier en 1880

L’Opéra Garnier en 1880
Crédits : Photo Josse/ Leemage/ Corbis Historical/ Getty Images

dessin

Opéra de Paris, C. Garnier

Opéra de Paris, C. Garnier
Crédits : narvikk/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  OPÉRA DE PARIS  » est également traité dans :

AURIC GEORGES (1899-1983)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 1 061 mots
  •  • 2 médias

Cadet du groupe des Six, Georges Auric n'a jamais occupé le devant de la scène musicale comme Honegger, Poulenc ou Milhaud . Sa carrière s'est toujours déroulée en marge des circuits habituels ; il a touché à tous les genres avec une égale réussite. Après des études au Conservatoire de Montpellier — Georges Auric est né à Lodève, dans l'Hérault, le 15 février 1899 —, il vient se perfectionner au C […] Lire la suite

BALLET

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Pierre LARTIGUE
  •  • 12 654 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le renouvellement du ballet »  : […] Les hostilités entre la danse classique et la danse moderne se sont atténuées. L'Opéra de Paris en offre l'exemple. Après les expériences faites avec Carlson et Garnier, Noureev décide, en 1989, que toute la troupe peut danser les commandes qu'il passe à Twyla Tharp ou Maguy Marin. Par la suite, cette grande institution ouvrira ses portes à des compagnies contemporaines telles que celles de Cunni […] Lire la suite

BOGIANCKINO MASSIMO (1922-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 432 mots

Directeur d'opéra, pianiste, musicologue et homme politique italien, Massimo Bogianckino étudie le piano avec Alfredo Casella à l'Accademia di Santa Cecilia, à Rome, et avec Alfred Cortot à l'École normale de musique de Paris ; il étudie aussi la composition avec Virgilio Mortari et la musicologie avec Luigi Ronga à l'université de Rome et avec Paul-Marie Masson à la Sorbonne. Il commence par se […] Lire la suite

BOUCHER FRANÇOIS (1703-1770)

  • Écrit par 
  • Marianne ROLAND MICHEL
  •  • 3 777 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Entre Watteau et Fragonard »  : […] Situer Boucher entre Watteau et Fragonard aide à comprendre l'évolution du style, de la manière, des thèmes, et de leur transmission concernant un artiste qui, né et mort à Paris, n'a guère quitté cette ville. Nous ne savons pas grand-chose des débuts comme peintre de cet élève de François Lemoine – si son Jugement de Suzanne, de 1720-1721, est récemment réapparu et entré en 1997 à la Galerie nat […] Lire la suite

CARLSON CAROLYN (1943- )

  • Écrit par 
  • Bernadette BONIS, 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 472 mots

Dans le chapitre « L'Opéra de Paris »  : […] Engagée à l'Opéra de Paris en 1974 avec le titre d'étoile-chorégraphe, puis, en janvier 1975, avec celui de directrice du Groupe de recherches théâtrales de l'Opéra de Paris (G.R.T.O.P.) créé pour elle, cette jeune femme un peu hippie déploie une vive activité de pédagogue et de créatrice. Sous le grand escalier, la Rotonde des abonnés, où elle travaille, devient un lieu mythique pour les danseur […] Lire la suite

CHAUVIRÉ YVETTE (1917-2016)

  • Écrit par 
  • Ariane DOLLFUS
  •  • 958 mots
  •  • 1 média

Danseuse étoile de l'Opéra de Paris, Yvette Chauviré fut la seule artiste française à recevoir le titre prestigieux et rarement décerné de prima ballerina assoluta , dotée qu'elle était d'un lyrisme et d'un grand charisme sur scène. Son élégance à la ville fit aussi d'elle l'incarnation du chic « à la française ». Ses relations mouvementées avec l'Opéra de Paris, qu'elle quitta à plusieurs repri […] Lire la suite

CHORÉGRAPHIE - L'art de créer les gestes

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 3 695 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les origines de la chorégraphie »  : […] L'idée même de chorégraphie naît avec la danse savante, c'est-à-dire celle dont on doit connaître les pas pour la pratiquer, qui est apparue à la fin du xv e  siècle dans les cours italiennes, puis importée en France par Catherine de Médicis, où elle prend le nom de danse de cour ou « belle dance française ». Cette ancêtre de la danse classique peut, à ce titre, être considérée comme l'origine d […] Lire la suite

CICERI PIERRE LUC CHARLES (1782-1868)

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 434 mots

La scénographie et le décor romantiques doivent beaucoup en France à un homme de grand talent, d'origine italienne, Pierre Ciceri. Très lié aux créateurs du mouvement romantique et ayant étudié l'architecture, il est le fournisseur attitré des principales scènes de Paris. Il s'est fait une spécialité comme « peintre de paysages » à l'Opéra (paysages en tous genres, avec ou sans ruines, alors à la […] Lire la suite

ÉCOLE FRANÇAISE DE DANSE

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 374 mots

L’ année 2013 a marqué le tricentenaire de l’école française de danse. Mais ce n’est pas tant la création en 1713 du Conservatoire de danse – l’une des premières « écoles de danse » au monde –, qui deviendra celle de l’Opéra national de Paris, que célèbre cet anniversaire, que la permanence d’une technique et d’un style « à la française ». […] Lire la suite

GALVANOPLASTIE

  • Écrit par 
  • Sylvain BELLENGER
  •  • 656 mots

Mise au point simultanément par Moritz Hermann von Jacobi à Saint-Pétersbourg et par Spencer en Angleterre dès 1837, la galvanoplastie est un procédé électrochimique permettant de recouvrir un alliage ou un matériau rendu conducteur d'une couche de métal, grâce à l'électrolyse d'un électrolyte contenant un sel de ce métal. Cette technique (décrite dans Principes d'analyse scientifique. La sculptu […] Lire la suite

Les derniers événements

12 mai 2018 France. Attaque meurtrière revendiquée par l'État islamique à Paris.

Un homme agresse des passants à l’arme blanche dans le quartier de l’Opéra, à Paris, tuant l’un d’eux et en blessant quatre autres aux cris de « Allahou Akbar ». Il est abattu par des policiers. L’auteur de l’attaque, Khamzat Azimov, est un Français d’origine tchétchène connu des services de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Khamzat Azimov était inscrit au fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste. […] Lire la suite

1er-17 mai 2012 France. Élection de François Hollande à la présidence de la République et nomination de Jean-Marc Ayrault au poste de Premier ministre

Elles sont également une réponse au rassemblement de dizaines de milliers de partisans de Nicolas Sarkozy au Trocadéro, à Paris, appelés par le président-candidat à défendre le « vrai travail ». De son côté, la candidate du Front national éliminée au premier tour de la présidentielle en avril, Marine Le Pen, célèbre Jeanne d'Arc sur la place de l'Opéra, à Paris, et déclare qu'elle votera blanc au second tour. […] Lire la suite

13-18 juillet 1989 France. Grandioses cérémonies pour le bicentenaire de la Révolution française

Le 13 au soir, les invités de François Mitterrand assistent à l'inauguration de l'Opéra de la Bastille. Le 14, le traditionnel défilé militaire sur les Champs-Élysées, dont le thème est « l'Armée de la nation », revêt un éclat particulier et est acclamé par environ cinq cent mille personnes. Mais le clou de la journée est incontestablement la parade imaginée par le publiciste Jean-Paul Goude. […] Lire la suite

22 mars 1987 France. Manifestation de la C.G.T. sur le thème de la Sécurité sociale

Réunissant environ deux cent mille personnes venues de la France entière, le défilé, de la place de la Nation à l'Opéra, constitue, pour le syndicat dirigé par Henri Krasucki, un succès qui restaure quelque peu l'image ternie de la C.G.T. […] Lire la suite

2-12 février 1987 France. Protestation des syndicats d'instituteurs contre le nouveau statut de maître-directeur

, des manifestations rassemblent huit mille personnes à Paris et trente mille en province. Le 7, les différents regroupements d'instituteurs hostiles aux décrets, qui avaient vu le jour sous le nom de « coordinations », font leur jonction à Paris et appellent à une grève nationale dans les écoles les 10 et 12. Le 11, trente-cinq mille instituteurs défilent à Paris entre l'Opéra et la place de la Nation, à l'appel des trois principaux syndicats, en un cortège coloré et plein d'ironie. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre FLINOIS, « OPÉRA DE PARIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/opera-de-paris/