MESSAGER ANDRÉ (1853-1929)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Compositeur français, qui s'illustra principalement dans la musique lyrique, et dont le rôle de chef d'orchestre fut de grande importance, notamment dans la diffusion de la musique symphonique allemande ; il fut, en France, l'un des premiers wagnériens convaincus. Il naquit à Montluçon et s'intéressa à la musique, presque en autodidacte, dès son plus jeune âge. Il fut, à l'école Niedermeyer, l'élève de Gigout en harmonie, de Laussel pour le piano et de Loret pour l'orgue. Saint-Saëns lui fait découvrir les lieder, les symphonies allemandes (Mendelssohn, Schumann), ainsi que les œuvres de Liszt et de Wagner. En 1874, Messager succède à Fauré comme organiste de chœur à Saint-Sulpice. Deux ans plus tard, sa Symphonie (1875-1876) lui fait attribuer une médaille d'or de la Société des compositeurs ; on y relève l'influence de Mendelssohn et de Schumann. En 1877, il commence une carrière de chef d'orchestre aux Folies-Bergères, qui étaient alors fort sages (c'est l'époque de l'ordre moral) ; il compose des ballets pour cette scène parisienne (Fleurs d'oranger, Vins de France, Mignons et Vilains). En 1880, il dirige l'orchestre de l'Eden-Théâtre de Bruxelles ; l'année suivante, il est nommé organiste à l'église Saint-Paul-Saint-Louis et, en 1882, maître de chapelle. Le deuxième prix de la ville de Paris lui est décerné pour sa cantate Prométhée enchaîné. En 1884, il est maître de chapelle à Sainte-Marie-des-Batignolles. De ses nombreuses compositions théâtrales, Les Deux Pigeons, montés à l'Opéra en 1886, est l'une de celles qui remportèrent un vif succès. C'est une œuvre pleine de finesse et d'élégance. En 1897, Les Petites Michu fut également une très grande réussite. De 1898 à 1903, Messager dirige les œuvres nouvelles à l'Opéra-Comique ; il y fait accepter Pelléas et Mélisande de Claude Debussy, qu'il crée comme chef d'orchestre. Wagnérien enthousiaste, il monte la Tétralogie à l'Opéra (1909), après avoir présenté La Walkyrie à Marseille. Il dirige souvent à l'étranger, surtout à Londres (Covent Garden) ; il fait une tournée aux États-Unis (1918) à la tête de la Société des Concerts du Conservatoire. Toujours au service de la musique contemporaine, il dirige, en 1924, Les Biches de Poulenc, Le Train bleu de Darius Milhaud et Les Fâcheux d'Auric. De ses autres compositions lyriques, il convient de citer Véronique (1898), Béatrice (1914), Monsieur Beaucaire (1918), Coups de roulis (1928). Son langage harmonique est plutôt sage et n'abuse point de dissonances. Ici ou là transparaît l'influence de l'école Niedermeyer (harmonies modales). Ses œuvres obéissent à une architecture équilibrée : Messager est un classique de la forme ; la rythmique est vivante, la mélodie souple et chantante. « Il a donné un caractère tout à fait nouveau à l'opérette, l'inclinant vers un genre essentiellement lyrique, à l'exclusion de tout élément parodique, trivial et cocasse. Au rire se substitue le sourire, à la farce la malice, aux effets en gros plan le jeu délicat des nuances. Son style vise à la simplicité, mais il est raffiné, et, s'il est populaire, cela tient à la nature des sujets qu'il traite et à la parfaite concordance qu'il y a entre la musique et le texte » (R. Bernard). Comme plusieurs de ses contemporains qui furent organistes et maîtres de chapelle, Messager, curieusement, n'écrivit jamais pour l'orgue ; il est vraisemblable que la facture d'alors ne créait pas les instruments qui convenaient à sa sensibilité musicale.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification

Autres références

«  MESSAGER ANDRÉ (1853-1929)  » est également traité dans :

DEBUSSY CLAUDE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 769 mots
  •  • 21 médias

22 août 1862 Achille-Claude Debussy naît à Saint-Germain-en-Laye. 1884 Debussy remporte le prix de Rome avec sa cantate L'Enfant prodigue , « scène lyrique pour soprano, baryton et ténor avec orchestre » (L 57) . 29 décembre 1893 Le Quatuor à cordes en sol mineur (opus 10, L 85) est créé à Paris, à la Société nationale de musique, par le Quatuor Ysäye . 22 décembre 1894 Prélude à l'après-m […] Lire la suite

OPÉRA DE PARIS

  • Écrit par 
  • Pierre FLINOIS
  •  • 750 mots
  •  • 1 média

C'est le 28 juin 1669 que l'abbé Perrin et Robert Cambert obtiennent de Louis XIV le privilège d'« Académie d'opéra ou représentations en musique et en langue françoise », fondant ainsi l'Académie royale de musique, qu'ils installent en 1670 dans la salle du jeu de paume de la Bouteille. Treize salles, dont le théâtre de la Porte-Saint-Martin, le théâtre Montansier, la première salle Favart, le th […] Lire la suite

OPÉRETTE

  • Écrit par 
  • Sylvie FÉVRIER
  •  • 2 979 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'époque 1900 »  : […] L'époque 1900 révèle un style nouveau avec André Messager. Élève de l'école Niedermeyer, fin, cultivé, excellent musicien, Messager sera aussi bien le chef d'orchestre qui révélera le Pelléas et Mélisande de Debussy qu'un compositeur de ballets pour l'Opéra et un auteur d'opérettes. Celles d'avant la Première Guerre mondiale – Les P'tites Michu (1897) et Véronique (1898) – comme celles de l'apr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « MESSAGER ANDRÉ - (1853-1929) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-messager/