SOLTI GEORG (1912-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le caractère entier et perfectionniste du Britannique d’origine hongroise Georg Solti a fait de lui un chef redouté mais aussi une des baguettes les plus recherchées par les orchestres exigeants.

Du piano à l'opéra

De son véritable nom György Stern, il voit le jour à Budapest le 21 octobre 1912 dans une famille juive. Il commence des études pianistiques dès l'âge de six ans et entre à treize ans à l'académie Franz-Liszt de sa ville natale. Il y est l'élève d'Ernst von (ou Ernö) Dohnányi pour le piano et de Zoltán Kodály pour la composition. Il reçoit aussi quelques conseils de Béla Bartók, sans vraiment travailler avec lui. À la fin de ses études, il est engagé comme répétiteur à l'Opéra de Budapest et acquiert une solide formation lyrique qui lui permet de devenir l'assistant de Bruno Walter (1935) et d'Arturo Toscanini (1936-1937) au festival de Salzbourg.

Georg Solti fait ses débuts de chef d'orchestre à l'Opéra de Budapest le 11 mars 1938 en dirigeant Les Noces de Figaro de Mozart. Devant la montée de l'antisémitisme, il quitte la Hongrie pour la Suisse en 1939 et vit pendant plusieurs années à Zurich en donnant des leçons de piano. En 1942, il remporte le premier prix de piano homme au concours international d'exécution musicale de Genève et c'est au clavier qu'il signe son premier disque, en 1947, comme partenaire de Georg Kulenkampff dans les sonates pour violon et piano de Brahms et de Beethoven. Sa carrière de chef d'orchestre vient de reprendre un an plus tôt, avec une invitation à diriger Fidelio de Beethoven à la Bayerische Staatsoper de Munich, aussitôt suivie de sa nomination au poste de directeur général de la musique. En 1952, il quitte Munich pour Francfort-sur-le-Main, où il occupe la même fonction. Sa carrière se développe très vite : premiers concerts aux États-Unis et avec l'Orchestre philharmonique de Vienne en 1953, enregistrements pour Decca...

Rapidement, Solti s'affirme comme l'un des plus grands chefs d'orchestre d'opéra de sa génération. Il débute au festival de Salzbourg en 1951 (Idomeneo de Mozart), à l'Opéra de San Francisco en 1953 (Elektra de Richard Strauss), au festival de Glyndebourne en 1954 (Don Giovanni de Mozart), au Covent Garden de Londres en 1959 (Le Chevalier à la rose de Richard Strauss), au Metropolitan Opera de New York en 1960 (Tannhäuser de Wagner). Entre 1958 et 1965, il réalise avec l'Orchestre philharmonique de Vienne la première intégrale en studio de la Tétralogie de Wagner, un enregistrement spectaculaire qui tire parti de toutes les ressources nouvelles des techniques de prise de son et qui rassemble, notamment, Birgit Nilsson, Régine Crespin, Wolfgang Windgassen, James King, Hans Hotter, Gerhard Stolze, Gustav Neidlinger, Kurt Böhme et Gottlob Frick.

Puis il est directeur musical du Royal Opera House de Covent Garden (1961-1971), où il élargit le répertoire en montant des opéras alors rarement joués de Schönberg (Erwartung, Moïse et Aaron), de Richard Strauss (La Femme sans ombre), de Berg (Wozzeck), ainsi que la Tétralogie. Commence alors une période où Solti accorde une importance accrue au concert. Entre 1969 et 1991, il est directeur musical de l'Orchestre symphonique de Chicago et prolonge le travail effectué par son compatriote Fritz Reiner. Il fait de cet orchestre l'une des plus belles phalanges symphoniques du monde et dirige sa première tournée à l'étranger en 1971. À la même époque, il est directeur musical de l'Orchestre de Paris (1972-1975). Rolf Liebermann fait alors appel à lui comme conseiller musical de l'Opéra de Paris. Il inaugure une nouvelle ère de cet établissement en 1973 avec une production mémorable des Noces de Figaro, dans une mise en scène de Giorgio Strehler. Un an auparavant, il avait reçu la citoyenneté britannique et avait été anobli par la reine d'Angleterre. On le trouve ensuite à la [...]

Georg Solti

Photographie : Georg Solti

Georg Solti (1912-1997), dirige, en 1978, l'Orchestre symphonique de Chicago, dont il fut le chef de 1969 à 1991. 

Crédits : Evening Standard/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  SOLTI GEORG (1912-1997)  » est également traité dans :

CHICAGO ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 673 mots
  •  • 3 médias

Fondé en 1891 par Ferdinand W. Peck sous le nom d'Orchestre de Chicago, il ne connaît, pendant plus d'un demi-siècle, que deux directeurs musicaux, Theodore Thomas (1891-1905) et Frederick Stock (1905-1942), tous deux d'origine allemande. Entre 1906 et 1912, il porte le nom de Theodore Thomas Orchestra avant d'adopter son intitulé actuel de Chicago Symphony Orchestra. Dès 1904, il possède sa pro […] Lire la suite

PARIS ORCHESTRE DE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 918 mots
  •  • 2 médias

Fondé en 1967, l'Orchestre de Paris est la première réalisation du plan de renouveau musical français élaboré par Marcel Landowski à l'initiative d'André Malraux. Il a été suivi par la création d'une quinzaine d'autres orchestres de région. La vocation de l'Orchestre de Paris était de « jouer un rôle de premier plan dans la vie musicale parisienne et nationale et d'assurer dans les pays étrangers […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « SOLTI GEORG - (1912-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-solti/