BOGIANCKINO MASSIMO (1922-2009)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Directeur d'opéra, pianiste, musicologue et homme politique italien, Massimo Bogianckino étudie le piano avec Alfredo Casella à l'Accademia di Santa Cecilia, à Rome, et avec Alfred Cortot à l'École normale de musique de Paris ; il étudie aussi la composition avec Virgilio Mortari et la musicologie avec Luigi Ronga à l'université de Rome et avec Paul-Marie Masson à la Sorbonne. Il commence par se produire comme pianiste avant d'opter pour l'enseignement et les études musicologiques, au Carnegie Institute de Pittsburgh (1948-1951), aux conservatoires de Pesaro (1951-1957) et de Rome (1957-1967) ainsi qu'à l'université de Pérouse (1967-1994). En 1978, il fonde la revue Esercizi : arte musica spettacolo. Son ouvrage L'arte clavicembalistica di Domenico Scarlatti (Rome, 1956 ; traduction en anglais, The Harpsichord Music of Domenico Scarlatti, Rome, 1967) fait date dans les études sur le compositeur et claveciniste italien, en plaçant l'étude proprement stylistique dans le contexte historique. Il a également publié un livre sur le théâtre musical en France et en Italie à l'époque baroque (Aspetti del teatro musicale in Italia e in Francia nell'età Barocca, Rome, 1967). Directeur éditorial de la remarquable Enciclopedia dello spettacolo de 1958 à 1962, il occupe de nombreuses fonctions d'administrateur ou de directeur artistique d'institutions musicales : Teatro dell'Opera de Rome (1963-1968), festival dei Due Mondi de Spoleto (1968-1971), Scala de Milan (1972-1974), Teatro Comunale de Florence (1975-1981, 1991-1994). Il est administrateur général de l'Opéra de Paris du 31 mai 1983 au 24 septembre 1985 ; son mandat est marqué par la création, le 28 novembre 1983 au Palais-Garnier, de Saint François d'Assise d'Olivier Messiaen, commandé par Rolf Liebermann ; sa programmation à Paris est tournée vers le grand répertoire français du xixe siècle, avec notamment, en 1985, un remarquable Robert le diable de Meyerbeer ; il programme également des productions de Moïse et Pharaon et du Siège de Corinthe de Rossini, de Jérusalem et de Don Carlos de Verdi en français, alternant avec la version italienne. Adhérent du Parti socialiste italien, Massimo Bogianckino est maire de Florence à partir de septembre 1985 mais il doit démissionner en 1989 à la suite d'un infarctus. Massimo Bogianckino meurt le 7 décembre 2009, à Florence.

—  Universalis

Classification

Pour citer l’article

« BOGIANCKINO MASSIMO - (1922-2009) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/massimo-bogianckino/