Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BOUCHER FRANÇOIS (1703-1770)

« Phare » de la peinture du xviiie siècle, artisan talentueux, incarnation de l'art rocaille, « peintre des Grâces », ces qualificatifs et d'autres qui évoquent la mièvrerie et la répétition, ont été appliqués à Boucher, à plus ou moins juste titre, sans réussir à définir l'artiste. L'exposition qui lui avait été consacrée en 1986-1987, au Metropolitan Museum à New York et au Grand Palais à Paris, n'était pas non plus parvenue à établir la véritable stature de Boucher, ne fût-ce que parce qu'elle présupposait que le peintre devait être réhabilité, mais aussi parce qu'elle avait volontairement passé sous silence le fécond et prodigieux dessinateur ; de surcroît, les notices analytiques très fouillées du catalogue des peintures ne parvenaient pas à donner une image vraie d'un peintre qui avait incarné sous le règne de Louis XV tous les domaines de l'art. Il est vrai qu'en dépit des artistes qui l'ont admiré et qui s'en sont inspiré, en dépit également des œuvres nombreuses accrochées aux cimaises des plus grands musées, justice ne lui a pas toujours été rendue, et il est encore de bon ton de faire une moue dédaigneuse quand le nom de Boucher est évoqué. Pourtant Boucher est l'un des tout premiers artistes du xviiie siècle.

Entre Watteau et Fragonard

Situer Boucher entre Watteau et Fragonard aide à comprendre l'évolution du style, de la manière, des thèmes, et de leur transmission concernant un artiste qui, né et mort à Paris, n'a guère quitté cette ville. Nous ne savons pas grand-chose des débuts comme peintre de cet élève de François Lemoine – si son Jugement de Suzanne, de 1720-1721, est récemment réapparu et entré en 1997 à la Galerie nationale du Canada, à Ottawa, en revanche Evilmerodach délivre des chaînes Joachim, avec lequel il remporte le premier prix de peinture à l'Académie en 1723, a disparu. Sa formation de dessinateur, d'illustrateur et de graveur est mieux connue. Boucher dessine des thèses pour le graveur Jean François Cars qui l'emploie, donne des dessins pour l'Histoire de France du père Gabriel Daniel (dont la publication est annoncée en 1727), et surtout grave, sans doute à partir de 1722, des dessins de Watteau pour les Figures de différents caractères dont Jean de Jullienne publiera les deux volumes en 1726 et 1728. Sur les 351 planches, 119 sont vraisemblablement dues à Boucher, notamment les deux frontispices, tous les paysages, toutes les figures de Persans et de Savoyards, et bien entendu des comédiens et danseurs, des têtes et des bustes, des étoffes qu'il rend à merveille... Il grave également quelques peintures de Watteau pour le Recueil Jullienne, en particulier 12 des 31 chinoiseries du château de La Muette. Ce travail, au départ alimentaire, est essentiel pour sa formation et son goût ; il montre son talent d'aquafortiste et est à l'origine de son inspiration et de certains de ses modèles : figures « à l'espagnole », femmes vêtues de robes aux plis soyeux, personnages et ustensiles chinois, dont il se fera une spécialité, établissant la Chine comme « province du rococo » selon la formule des Goncourt, à travers ses dessins, ses peintures, ses cartons de tapisseries. Il collectionne également des objets d'Extrême-Orient, suivant en cela – ou plutôt précédant – le goût du temps ; il fréquente La Pagode, la boutique de Gersaint qui fut l'ami et le collectionneur de Watteau, pour laquelle Boucher dessine une carte commerciale. Vers 1740, il grave lui-même d'après ses dessins 12 Figures chinoises du Cabinet de Fr. Boucher Peintre du Roy.

<it>La Marquise de Pompadour</it>, F. Boucher

La Marquise de Pompadour, F. Boucher

En 1728, Boucher était arrivé à Rome – où il passera trois ans –, en compagnie des peintres Carle, Louis Michel et François Van Loo ; curieusement, il n'est pas pensionnaire de l'Académie de France. Il[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

<it>La Marquise de Pompadour</it>, F. Boucher

La Marquise de Pompadour, F. Boucher

L'Odalisque, F. Boucher

L'Odalisque, F. Boucher

Autres références

  • AMOUR

    • Écrit par Georges BRUNEL, Baldine SAINT GIRONS
    • 10 182 mots
    • 5 médias
    ...de Soubise dans huit peintures encore conservées dans l'hôtel des Archives nationales (1737-1739), et une suite de tapisseries tissées aux Gobelins à partir de 1741 sur des cartons de Boucher atteste la faveur de cette histoire, prétexte, surtout chez Boucher, à la construction de décors féeriques.
  • ROCOCO

    • Écrit par Georges BRUNEL, François H. DOWLEY, Pierre-Paul LACAS
    • 21 059 mots
    • 14 médias
    ...années du xviiie siècle, les directeurs successifs, Poërson, puis Wleughels, laissent aux élèves la plus grande liberté ; vers la fin de sa vie, Boucher, qui avait été à Rome de 1730 à 1733, reconnaissait qu'il s'était fort peu soucié des grands maîtres, moins encore de l'antique, et conseillait...
  • TAPISSERIE

    • Écrit par Pascal-François BERTRAND
    • 7 938 mots
    • 8 médias
    ...tirés de la littérature en traduisant les Métamorphoses d'Ovide, les Comédies de Molière et les Fables de La Fontaine. Puis il passa le relais à Boucher qui, avec virtuosité, déploya alors son talent en de vastes décors ravissants. Que ce fut dans les Fêtes italiennes, l'Histoire de Psyché...
  • VÉNUS, iconographie

    • Écrit par Georges BRUNEL
    • 866 mots
    • 6 médias

    Déesse de la beauté et de l'amour, Vénus, l'Aphrodite grecque, apparaît dans un grand nombre d'épisodes mythologiques. Elle est aussi l'un des personnages les plus aimés des artistes de toutes les époques. Selon les scènes évoquées, on la voit seule ou mêlée à d'autres figures, mais...

Voir aussi