OCÉANIEGéographie humaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les transformations de la vie rurale

Là encore, on ne peut qu'être frappé par la diversité des situations suivant les archipels. Dans bon nombre d'entre eux, la population rurale reste très largement prépondérante : 86,6 p. 100 du total en Papouasie - Nouvelle-Guinée en 2005, 83,5 p. 100 aux Salomon, 77,7 p. 100 aux Samoa. C'est que l'agriculture vivrière y emploie encore la majorité de la population. Presque partout, les cultures de base sont les racines et les tubercules : igname, taro, patate douce et, d'introduction plus récente mais en plein développement, manioc. Toutes sont des plantes généreuses qui ont des rendements élevés et n'exigent donc la mise en culture que de petites surfaces. Il s'y adjoint le bananier, le palmier sagoutier en Nouvelle-Guinée, le pandanus particulièrement utilisé dans les atolls, l'arbre à pain et surtout le cocotier, partout présent dans les régions littorales et dont l'importance est essentielle pour les atolls. En complément figurent la canne à sucre, le maïs et aussi le tabac, un genre de poivrier qui donne dans nombre d'archipels la boisson des fêtes et cérémonies traditionnelles (kava) et, en Mélanésie occidentale, le bétel. Cette agriculture indigène reste un peu sommaire (cultures itinérantes sur défrichements forestiers temporaires) là où la pression démographique est la plus faible. Mais elle a su évoluer ailleurs vers des formes beaucoup plus élaborées, avec la construction de grands billons pour les ignames, de véritables casiers inondables pour le taro, voire de terrasses sur les pentes, et présente souvent une véritable organisation de l'espace en terroirs différenciés (Samoa). Enfin, les montagnards de Nouvelle-Guinée ont constitué en altitude (de 1 500 à 2 500 m) de beaux paysages de bocage où ils cultivent notamment la patate douce et élèvent des porcs.

La classique concentration des villages indigènes en position littorale est liée pour une bonne part au rôle de la petite pêche dans le lagon et autour du récif-barrière. Celle-ci fournit en effet un complément en protéines important. L'élevage traditionnel est limité aux volailles et surtout aux porcs, sacrifiés en grande quantité en Mélanésie au moment des fêtes rituelles. La seule Papouasie - Nouvelle-Guinée en compterait deux millions environ. Il s'y ajoute parfois quelques bovins élevés sous les cocotiers. Au total, l'alimentation est en général suffisante en quantité et assez variée, et l'Océanie insulaire n'est pas un domaine de la faim, sauf en cas de catastrophe climatique.

Les horizons de l'agriculture indigène se sont singulièrement élargis avec l'introduction par les Européens de cultures nouvelles à vocation commerciale qui ont été insérées dans les systèmes traditionnels. Le café était ainsi devenu la ressource essentielle des réserves mélanésiennes de Nouvelle-Calédonie, mais il ne compte plus guère aujourd'hui. Dans les années 1980, le café s'est considérablement développé dans les hautes terres de Papouasie - Nouvelle-Guinée, dont il constitue la première ressource agricole exportée (60 000 tonnes, 22e rang mondial en 2005). Surtout, un certain nombre de cultures vivrières sont devenues en même temps productions pour le commerce national (ravitaillement des villes) et international : bananes des Samoa et des Fidji pour l'Australie et la Nouvelle-Zélande, et un peu partout coprah exporté vers les pays industrialisés pour la fabrication du savon et de la margarine, et qui donne le gros des ressources monétaires de nombreuses communautés villageoises.

Mais le coprah n'est pas fourni que par les paysans indigènes, car il existe aussi de grandes cocoteraies exploitées par de puissantes sociétés privées (Levers aux Salomon, aujourd'hui associée à l'État) ou par les États eux-mêmes (Western Samoa Trust Estate Corporation aux Samoa, issue de la nationalisation des plantations allemandes après la guerre de 1914-1918). Les principaux producteurs de coprah dans le Pacifique sont la Papouasie - Nouvelle-Guinée (110 000 t), le Vanuatu, les Salomon, la Micronésie, les Fidji, les Samoa et les Tonga, mais ils ne pèsent guère face à l'Indonésie et aux Philippines. Il s'y ajoute de grandes plantations de palmier à huile en Nouvelle-Guinée (350 000 t) et aux Salomon (38 000 t). En Polynésie française, l'importance des ressources monétaires disponibles par ailleurs a conduit à un quasi-abandon de l'exploitation [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Océanie : entités territoriales

Océanie : entités territoriales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Fidji, transport de canne à sucre

Fidji, transport de canne à sucre
Crédits : S. Chester/ Comstock

photographie

Huître et sa perle

Huître et sa perle
Crédits : Bruno Barbier/ Getty Images

photographie

Bora Bora, Polynésie française

Bora Bora, Polynésie française
Crédits : Chad Ehlers/ Photographer's choice/ Getty Images

photographie

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  OCÉANIE  » est également traité dans :

OCÉANIE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Jean GUIART, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS
  •  • 887 mots

L'Océanie est considérée comme la cinquième partie du monde ; cependant elle est très différente des quatre autres puisqu'elle doit son unité à l'océan Pacifique qui occupe le tiers de la surface du globe (176 millions de km2). Dans cette immensité maritime, les terres émergées ne tiennent qu'une place r […] Lire la suite

OCÉANIE - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel RABINOVITCH
  •  • 11 314 mots
  •  • 2 médias

Les limites géologiques de l'Océanie sont marquées par des zones de subduction qui se traduisent morphologiquement par les profondes fosses des Tonga-Kermadec, des Mariannes, du Japon et des Kouriles, à l'ouest, par la fosse des Aléoutiennes, au nord, par la côte nord-américaine et la fosse du Pérou-Chili, à l'est. On admet que la limite sud est constitué […] Lire la suite

OCÉANIE - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 4 539 mots
  •  • 4 médias

S'il est impossible de chiffrer avec précision le nombre d'îles, d'îlots et de récifs qui parsèment l'océan Pacifique – plusieurs dizaines de milliers en tout cas –, on peut constater d'abord que ces terres émergées ne représentent au total qu'une très petite superficie par comparaison avec les immensités océaniqu […] Lire la suite

OCÉANIE - Préhistoire et archéologie

  • Écrit par 
  • José GARANGER
  •  • 4 127 mots
  •  • 1 média

L'Océanie insulaire s'étend sur plus du tiers de la surface du globe, mais ces terres émergées représentent à peine cent vingt mille kilomètres carrés. Cette dispersion explique que Magellan n'ait rencontré que deux atolls inhabités lorsqu'il traversa l'océan Pacifique (c'est lui qui le baptisa ainsi), depuis le détroit qui porte aujourd'hui son nom, […] Lire la suite

OCÉANIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 7 524 mots
  •  • 1 média

Les îles de l'Océanie, du fait de leur situation « au bout du monde » par rapport à l'Europe d'où sont venus les découvreurs, du fait aussi de leur isolement dans des immensités maritimes qui occupent près du tiers de la surface du globe, ont été les dernières terres atteintes et colonisées par mer. Sauf Guam et quelques îles de […] Lire la suite

OCÉANIE - Ethnographie

  • Écrit par 
  • Daniel de COPPET, 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 9 551 mots
  •  • 1 média

Du point de vue de l'étude ethnographique, il est d'usage de répartir les îles et archipels de l'Océanie, l'Australie mise à part, en trois ensembles que l'on intitule : Mélanésie à l'ouest, Micronésie au nord-ouest et Polynésie à l'est.Le terme de Mélanésie est utilisé pour dé […] Lire la suite

OCÉANIE - Les langues

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RIVIERRE
  •  • 2 542 mots

Les langues d'Océanie ne sont pour l'essentiel que la subdivision orientale de l'ensemble linguistique le plus étendu à la surface du globe : l'austronésien (AN). L'austronésien-nord est représenté par Taiwan, l'austronésien-ouest regroupe le malais, les langues des Philippines, de Madagascar et la plupart des langues d'Indonésie. L'originalité la plus évidente de la famille océanienne est son ext […] Lire la suite

OCÉANIE - Les arts

  • Écrit par 
  • Jean GUIART
  •  • 8 895 mots
  •  • 1 média

De tous les arts improprement dits « sauvages », parce qu'ils échappent aux canons esthétiques ressassés en Occident, les arts d'Océanie offrent la plus grande variété, tant du point de vue de la forme que de celui de la couleur. À la multiplicité des expériences humaines tentées sur le plan des institutions comme sur celui des structures répond celle du jeu de la lumière, des volumes présents ou […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mots, limites et chevauchements  »  : […] Asie désigne habituellement un ensemble de terres situées à l'est de l'Europe. Sa délimitation varie selon les auteurs, les critères scientifiques et les surdéterminations géopolitiques. Elle est marquée par son origine européenne qui ne correspond pas aux conceptions locales traditionnelles. Ce problème géographique crucial implique l'appartenance des individus, des sociétés et des pays à une rég […] Lire la suite

AUSTRALIE

  • Écrit par 
  • Benoît ANTHEAUME, 
  • Jean BOISSIÈRE, 
  • Bastien BOSA, 
  • Vanessa CASTEJON, 
  • Harold James FRITH, 
  • Yves FUCHS, 
  • Alain HUETZ DE LEMPS, 
  • Isabelle MERLE, 
  • Xavier PONS
  •  • 27 374 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « La population australienne, les potentialités et handicaps du pays »  : […] Le Commonwealth d'Australie, nom officiel du pays, est une fédération de six États et de deux Territoires, chronologiquement constitués entre 1788 et 1911 : la Nouvelle-Galles du Sud (6,8 millions d'habitants en 2006), l'Australie-Occidentale (2,05 millions), l'Australie-Méridionale (1,55 million), le Victoria (5,1 millions), le Queensland (4,05 millions), la Tasmanie (500 000), le Territo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Christian HUETZ DE LEMPS, « OCÉANIE - Géographie humaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/oceanie-geographie-humaine/