HAWAII

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

États-Unis : carte physique

États-Unis : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Coulées de lave sur le Kilauea

Coulées de lave sur le Kilauea
Crédits : G. Brad Lewis/ Stone/ Getty Images

photographie

Hawaii

Hawaii
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Récolte de taro à Hawaii

Récolte de taro à Hawaii
Crédits : G. Sioen/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Les îles Hawaii, le plus tardivement découvert des grands archipels du Pacifique (Cook, 1778), sont aussi originales par leurs aspects physiques (climat très favorable à l'homme, énormes volcans basaltiques comme le Mauna Kea et le Mauna Loa, le plus grand volcan actif du monde) que par leur histoire, la diversité de leur population et leur remarquable prospérité économique fondée sur leur intégration aux États-Unis, dont elles constituent le cinquantième État (le seul non continental) depuis 1959. Les îles Hawaii, qui n'ont guère plus d'un million d'habitants, occupent, au début du xxie siècle, une position géopolitique considérable et s'affirment à la fois comme le point nodal de l'influence américaine dans le Pacifique et comme un pont culturel entre l'Orient et l'Occident.

États-Unis : carte physique

carte : États-Unis : carte physique

carte

Carte physique des États-Unis. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Un grand archipel volcanique

L'archipel des Hawaii est isolé au cœur du Pacifique nord, juste au sud du tropique du Cancer (entre 220 10′ et 180 55′ N), à quelque 3 850 km de la Californie à l'est, à 6 200 km du Japon à l'ouest et, vers le sud, à près de 3 900 km des Marquises d'où sont venus les premiers colonisateurs polynésiens. Il s'allonge sur environ 650 km du nord-ouest au sud-est sur une puissante dorsale sous-marine récente (30 millions d'années) qui se prolonge vers le nord-ouest jusqu'à Midway. Formé de huit îles principales dont sept habitées, il couvre 16 706 km2 dont près des deux tiers pour la grande île d'Hawaii (10 458 km2). Les autres, et en particulier Oahu qui regroupe les trois quarts de la population, occupent des surfaces bien moindres (Maui 1 887 km2, Oahu 1 574 km2, Kauai 1 433 km2).

Les îles Hawaii sont constituées par de grands volcans basaltiques, éteints et en partie démantelés par l'érosion à l'ouest et au centre, mais encore actifs dans l'est de l'île d'Hawaii où se trouve le plus grand volcan actif du monde, le Mauna Loa (4 169 m), flanqué à l'est du plus petit Kilauea (1 248 m), aux fréquentes et spectaculaires éruptions. C'est en effet à l'extrémité sud-est de l'archipel que se situe le « point chaud » qui perce la plaque océanique du Pacifique et par où ont été et continuent à être émises les gigantesques quantités de laves qui ont constitué la dorsale hawaïenne. L'énorme empilement des coulées de basaltes, fluides lorsqu'ils sont en fusion, donne des cônes aux formes douces mais aux dimensions impressionnantes. Le Mauna Kea, point culminant de l'archipel (4 205 m), comme le Mauna Loa figurent parmi les montagnes les plus puissantes du globe si l'on considère qu'ils s'élèvent depuis un fond marin à — 5 000 mètres ou — 6 000 mètres. Dans l'île d'Hawaii et dans l'est de Maui (volcan Haleakala, 3 055 m), ce sont les paysages de construction volcanique qui l'emportent, même si quelques formes spectaculaires d'érosion apparaissent (vallée de Waipio au nord de l'île d'Hawaii). Dans les autres îles au contraire, à part quelques petits cônes de scories aux formes très fraîches qui témoignent d'une reprise très récente de l'activité (Diamond Head dominant Waikiki à Oahu), ce sont les paysages nés de la destruction des édifices volcaniques par l'érosion et les affaissements tectoniques qui dominent, avec de véritables canyons (Waimea à Kauai), de grandes falaises (nord de Molokai) et abrupts (pali), plus ou moins verticaux sur des hauteurs considérables.

Coulées de lave sur le Kilauea

photographie : Coulées de lave sur le Kilauea

photographie

Coulées de lave sur les flancs du volcan Kilauea, à Hawaii, États-Unis. 

Crédits : G. Brad Lewis/ Stone/ Getty Images

Afficher

Les plaines sont réduites à un étroit liseré littoral discontinu, un peu plus large là où d'anciens récifs coralliens ont été légèrement soulevés comme au sud-ouest d'Oahu, autour de la grande « ria » de Pearl Harbor. Mais on trouve aussi des plateaux faiblement inclinés et offrant donc des possibilités de mise en valeur sur les flancs des volcans, par exemple entre deux édifices comme à Maui (Wailuku) et à Oahu (Wahiawa). Les côtes basses sont protégées par des récifs frangeants et souvent des récifs barrières, très peu développés dans l'île d'Hawaii où, à l'est notamment, la houle du Pacifique vient frapper directement les coulées basaltiques, donnant falaises et plages de sable noir (Kalapana). Même à Oahu, les barrières coralliennes sont discontinues : au nord de l'île, les grands systèmes de vagues qui déferlent sur la côte font de Sunset Beach, par exemple, l'un des hauts lieux du surf dans le monde.

Un climat tropical original

De par leur position au sud du tropique, les Hawaii ont un climat chaud, mais la chaleur est atténuée et uniformisée tout au long de l'année par l'influence océanique. À Honolulu par exemple, la moyenne du mois le plus chaud ne dépasse pas 26,2 0C et celle du mois le moins chaud 22,3 0C. Mais c'est surtout la répartition et le régime des pluies qui sont originaux. En premier lieu, la barrière des montagnes volcaniques faisant face à l'alizé soufflant de l'est-nord-est donne naissance à une opposition entre versant au vent (windward) et versant sous le vent (leeward), qui prend ici une très grande ampleur. Dans l'île de Kauai par exemple, alors qu'il tombe plusieurs mètres de précipitations dans les districts du nord-est de l'île, et jusqu'à 15 mètres et plus (record du monde !) au sommet du mont Waialeale (1 569 m), dans la plaine sous le vent, à quelques dizaines de kilomètres seulement des points les plus arrosés, on descend à moins de 500 millimètres de pluie. On retrouverait des oppositions de même nature aussi bien à Oahu qu'à Maui, tandis que, dans l'île d'Hawaii, la situation est un peu plus complexe du fait de la présence des « géants » Mauna Loa et Mauna Kea. En second lieu, le régime des pluies est aux Hawaii, notamment sur les côtes sous le vent les moins arrosées, inverse du régime tropical classique : c'est l'été qui constitue la saison sèche, totalement sèche souvent, soit un régime proche de celui des Canaries ou rappelant celui du monde méditerranéen.

Au total, le climat des Hawaii est certainement l'un de ceux qui offrent les conditions les plus agréables à l'homme et, dans le monde tropical, celui peut-être qui garantit aux touristes les meilleures chances d'un séjour plaisant quelle que soit la saison. Certes, la nature aux Hawaii n'est pas totalement exempte de brutalité. Si les éruptions volcaniques fréquentes sont plus un somptueux spectacle qu'un danger réel, sauf parfois pour les cultures, l'onde de choc née des grands tremblements de terre de la périphérie du bassin pacifique peut engendrer sur les rivages hawaiiens, à plusieurs milliers de kilomètres de distance, des séries de vagues catastrophiques et meurtrières (tsunamis) contre lesquelles a été mis en place, d'ailleurs, un efficace système d'alerte à l'échelle de tout l'océan. En général, les Hawaii ne sont pas affectées par les cyclones tropicaux, mais elles peuvent épisodiquement être frappées par des tornades d'origine tempérée ou tropicale (cyclones Iwa en nov. 1982 et Iniki en déc. 1992, qui ont causé tous deux de grands dégâts dans l'île de Kauai). Toutefois, ce ne sont là que des phénomènes assez rares associés à des phases d'activité d'El Niño et, si l'on ajoute au bilan positif pour l'homme l'absence dans l'archipel de toutes les plus grandes maladies endémiques du monde tropical, les Hawaii sont certainement l'un des milieux naturels répondant le mieux au stéréotype du paradis insulaire.

C'est aussi l'isolement des Hawaii dans le Pacifique nord qui a donné à la végétation et à la faune naturelles de l'archipel leurs caractères originaux. Avant l'arrivée des Européens, 96 p. 100 des espèces de plantes à fleurs, 98 p. 100 des insectes étaient endémiques, c'est-à-dire n'existaient qu'aux Hawaii, résultat d'une longue évolution sur place d'espèces apportées par le hasard des vents et des courants marins ou par l'intermédiaire des oiseaux, par exemple. Certes, flore et faune originelles ont été submergées par les plantes et les animaux introduits, volontairement ou non, depuis le début des contacts avec le monde extérieur. Nombre d'espèces ont disparu ; il en reste cependant assez pour faire des Hawaii un remarquable laboratoire d'étude des phénomènes d'évolution.

Un archipel polynésien tardivement découvert

Les îles Hawaii constituent l'extrémité nord-est de l'immense aire d'extension du peuplement polynésien dans le Pacifique. Les premiers colonisateurs semblent être arrivés des Marquises vers 600-700 après J.-C, peut-être plus tôt. Leur succédèrent plusieurs vagues de migrants tahitiens, avec un dernier contact entre les îles de la Société et les Hawaii au xiiie siècle, commémoré par les voyages du catamaran traditionnel hokulea en 1976 et 1980. Depuis le xiiie siècle, la civilisation polynésienne des Hawaii s'est développée de façon autonome, avec un partage de l'archipel en petits royaumes rivaux, une structure sociale parfois dite féodale, juxtaposant les castes de prêtres et de chefs (ali'i) et le menu peuple des cultivateurs-soldats qui étaient tenanciers des nobles. Les activités de subsistance – culture du taro inondé, pêche, élevage des porcs, etc. – ne différaient qu'assez peu de celles du reste des îles hautes polynésiennes, mais laissaient assez de temps en tout cas pour une vie religieuse et sociale active, marquée par les danses (hula) et les sports (surf, lutte, etc.). Au moment de leur découverte par les Européens, les îles Hawaii comptaient vraisemblablement entre 220 000 et 240 000 habitants (même si certains avancent aujourd'hui des chiffres très supérieurs), qui ne connaissaient ni l'écriture, ni les métaux, ni la poterie, ni la roue.

Hawaii

carte : Hawaii

carte

Les îles Hawaii. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Récolte de taro à Hawaii

photographie : Récolte de taro à Hawaii

photographie

Connu à Hawaii depuis plus de mille ans, le taro inondé est aujourd'hui cultivé en petites parcelles. 

Crédits : G. Sioen/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

C'est James Cook qui, dans son troisième voyage destiné à explorer le Pacifique du Nord-Est et la côte nord américaine, encore inconnue entre la Californie et l'ouest de l'Alaska, découvrit les Hawaii le 18 janvier 1778, venant de Tahiti. Après plus de neuf mois de campagne dans le Pacifique nord, il y revint à la fin de novembre 1778, accueilli à nouveau comme un dieu. Mais, forcé de séjourner plus longtemps que prévu, Cook fut victime d'une échauffourée sur le rivage de la baie de Kealakekua (île d'Hawaii) le 14 février 1779. Aperçues ensuite par Lapérouse, visitées par Vancouver, les îles Hawaii furent unifiées au tout début du xixe siècle sous l'autorité d'un monarque indigène, Kamehameha Ier, grâce aux techniques et aux conseillers européens. L'effondrement en 1819 de la religion traditionnelle fondée sur le respect des tabous fut presque aussitôt suivi (1820) par l'arrivée des missionnaires puritains venant de Nouvelle-Angleterre. Ceux-ci convertirent la régente et parvinrent un temps à établir une véritable théocratie puritaine, luttèrent contre la pénétration catholique, d'où plusieurs interventions de la marine française, et inspirèrent une vaste réforme foncière (Grand Mahele, 1849-1851, ou partage des terres attribuées en pleine propriété à la Couronne et au gouvernement, aux chefs et aux tenanciers) qui devait, par la suite, permettre un transfert d'une grande partie du patrimoine foncier aux plantations et aux riches haoles (« Blancs »).

Les grandes transformations de l'archipel au XIXe siècle

Entre 1830 et 1870, c'est le rôle de point d'escale et d'hivernage pour les flottes baleinières du monde entier – mais surtout de Nouvelle-Angleterre – qui donna un premier essor économique à l'archipel. Le pas décisif fut franchi cependant en 1876 avec la signature du traité de réciprocité entre les États-Unis et le royaume d'Hawaii, qui ouvrit le marché américain, notamment la Californie, aux productions hawaiiennes, en particulier au sucre. On assista alors en quelques années à la prolifération des plantations de canne, grâce notamment au développement à partir des années 1880 des grands systèmes d'irrigation permettant de mettre en valeur les plaines et les bas plateaux sous le vent, secs mais ensoleillés. Le traité de réciprocité eut cependant une importance dépassant largement le cadre économique : d'abord il accentuait fortement la vocation américaine de l'archipel qui n'avait cessé de s'affirmer depuis l'annexion de la Californie par les États-Unis et la ruée vers l'or. Ensuite, les besoins en main-d'œuvre des plantations rendirent plus évident encore un phénomène essentiel au xixe siècle aux Hawaii, l'effondrement démographique de la population indigène. Il n'y avait déjà plus que 71 000 Hawaiiens en 1853, mais, en 1900, on était tombé à 39 656, en y incluant quelque 9 850 métis ! Tout développement économique reposait donc sur l'importation d'une main-d'œuvre extérieure à l'archipel. Mais, aux Hawaii, il y eut en concurrence plusieurs conceptions de l'immigration, celle des planteurs voulant des coolies asiatiques dociles et bon marché, celle de la monarchie voulant en profiter pour revitaliser la race indigène déclinante, celle des tenants de l'américanisation de l'archipel pour qui il fallait des gens assimilables dans le creuset des États-Unis, de préférence des Blancs. Au total, de 1853 à 1933, arrivèrent ainsi par vagues successives 46 000 Chinois (avant 1898), 180 000 Japonais (jusqu'en 1907 pour les hommes et 1924 pour les femmes), 115 000 Philippins (à partir de 1907), 7 900 Coréens, 17 500 Portugais des îles de l'Atlantique surpeuplées, 8 000 Espagnols, 5 900 Portoricains, 2 450 Océaniens, 2 450 Russes, 1 300 Allemands, 615 Norvégiens... Si certains sont rentrés chez eux à l'expiration de leur contrat, si d'autres sont partis vers le continent américain (colonie japonaise de Californie), bon nombre sont restés et ont fait souche dans l'archipel, d'où l'extraordinaire complexité de la population actuelle.

Les Hawaii, territoire des États-Unis

Les dernières décennies du xixe siècle sont marquées par une distorsion de plus en plus accentuée entre la vie politique de l'archipel, qui reste centrée sur la monarchie indigène, même devenue constitutionnelle, et la réalité de l'évolution économique et humaine, qui concentre le pouvoir économique aux mains des étrangers blancs (haoles) et qui submerge les indigènes sous les vagues successives d'immigrants. Contestée à plusieurs reprises déjà, la royauté, représentée en l'occurrence par la reine Liliuokalani, ne put faire face en 1893 à une nouvelle insurrection soutenue par le consul des États-Unis et quelques troupes. Même si le gouvernement américain refusa dans un premier temps l'annexion des Hawaii que lui proposaient les insurgés, ceux-ci attendirent simplement un changement politique sur le continent en instaurant une république (1893-1898). La victoire à Washington des républicains et le déclenchement de la guerre contre l'Espagne, qui mettait en valeur l'importance stratégique des Hawaii dans le Pacifique, leur donnèrent raison, et, en 1898, les Hawaii devenaient un territoire des États-Unis, administré pour l'essentiel par le Congrès de Washington et par un gouverneur nommé par le président.

L'affirmation définitive du destin américain des Hawaii se traduisit d'abord par le renforcement considérable de la puissance des plantations, avec deux piliers essentiels : la canne à sucre, qui, dès 1931, atteignit le million de tonnes de sucre brut, le dixième de la consommation américaine, et l'ananas pour la fabrication de conserves à partir des années 1910, pour laquelle les Hawaii acquirent un quasi-monopole qui dura jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : les Hawaii fournissaient encore 74 p. 100 de la production mondiale de conserves d'ananas en 1950. La canne à sucre était produite dans le cadre de grandes plantations de plusieurs milliers d'hectares, qui elles-mêmes étaient regroupées, d'une part, au sein de l'Hawaiian Sugar Planters' Association (H.S.P.A.) qui gère toujours une station expérimentale de réputation mondiale et, d'autre part, sous la dépendance de cinq grosses sociétés (Big Five) basées à Honolulu, qui contrôlaient en commun les transports vers la Californie (Matson Navigation Co.), le raffinage du sucre (Crockett dans la baie de San Francisco), mais aussi toutes les grandes activités économiques et services de l'archipel. Une partie des plantations d'ananas appartenait directement à de grands producteurs continentaux (Libby's, Del Monte, etc.), le reste à des sociétés locales (Dole). La domination économique des Big Five dans les îles Hawaii était d'ailleurs le reflet de la domination, au sein d'une société fortement hiérarchisée et paternaliste, d'une aristocratie haole dont l'ossature était formée par les descendants des missionnaires puritains arrivés dans la première moitié du xixe siècle. Cette société coloniale n'était cependant pas figée : l'éducation publique, par la généralisation de la pratique de l'anglais et par la promotion des valeurs fondamentales de la civilisation américaine, rencontra un très vif succès auprès des fils et petits-fils d'immigrés orientaux nés aux Hawaii, donc citoyens américains et désireux de s'américaniser au maximum ; parallèlement, leur poids électoral commença à s'accroître de façon considérable dans les années 1930, au détriment notamment des Hawaiiens et des métis.

La Seconde Guerre mondiale et l'accession au rang d'État

La situation stratégique des Hawaii dans le Pacifique nord, reconnue depuis longtemps, avait amené les États-Unis à faire de Pearl Harbor, à l'ouest d'Honolulu dans l'île d'Oahu, la base navale essentielle pour la flotte du Pacifique. C'est donc tout naturellement là que les Japonais choisirent de frapper à l'aube du 7 décembre 1941. Placées brutalement au cœur de l'actualité, les Hawaii devaient rester pendant toute la guerre du Pacifique la base logistique fondamentale pour la lutte contre le Japon, où séjournèrent par centaines de milliers marins, aviateurs et soldats, mais aussi ouvriers des arsenaux. L'archipel retrouva d'ailleurs en partie cette activité fiévreuse lors des guerres de Corée et du Vietnam.

Attaque de Pearl Harbor

photographie : Attaque de Pearl Harbor

photographie

Des navires de l'U.S. Navy en feu à Pearl Harbor après l'attaque surprise japonaise de décembre 1941, attaque qui fit entrer les États-Unis dans la guerre. 

Crédits : MPI/ Archive Photos/ Getty Images

Afficher

Les conséquences de la Seconde Guerre mondiale ont été considérables. Outre l'apport économique des activités militaires, l'archipel cessa d'être un monde clos et dut s'ouvrir de plus en plus largement aux influences et aux idées venant du continent. Cela se traduisit, par exemple, par le développement sur les plantations, juste après la guerre, de syndicats puissants et combatifs affiliés au syndicat des dockers du continent (I.L.W.U.). En quelques années, le système « paternaliste » classique des plantations disparut, l'I.L.W.U. devint l'interlocuteur direct des sociétés sucrières, et les ouvriers agricoles des Hawaii devinrent les mieux payés du monde. Cela ne fut possible que grâce à une mécanisation intégrale des opérations, qui, des années 1930 aux années 1980, ramena l'emploi dans les plantations et usines sucrières de quelque 50 000 à 7 000 personnes, pour une production tournant toujours autour de 1 million de tonnes de sucre brut. En revanche, l'industrie de l'ananas, où la mécanisation des plantations ne put être poussée aussi loin et qui se trouva à la fois moins protégée sur le marché américain et directement concurrencée sur les marchés mondiaux par de nouveaux producteurs asiatiques et africains, connut une situation difficile aboutissant peu à peu au retrait des grandes sociétés du continent et à l'abandon d'une grande partie des surfaces cultivées.

La Seconde Guerre mondiale est également responsable d'une accélération considérable de l'évolution politique, sociale et raciale de l'archipel. Les descendants d'immigrés orientaux, et plus spécialement les Japonais, firent preuve avec éclat, sur les champs de bataille d'Italie en particulier, de leur loyalisme à l'égard des États-Unis. Les anciens combattants comme D. K. Inouye jouèrent un rôle essentiel dans la promotion politique des habitants d'ascendance japonaise, qui, dans les années 1950, renversèrent la domination républicaine de l'Hawaii des planteurs et la remplacèrent par une large prépondérance démocrate. En même temps, Chinois, Japonais, Coréens profitaient pleinement des ouvertures nouvelles de l'économie hawaiienne vers les activités tertiaires (commerce, immobilier, assurances, transports) et connaissaient ainsi une promotion sociale correspondant à leur nouveau poids financier (Chinois, par exemple). Ces transformations allaient en fait dans le sens d'une conformité croissante au modèle continental et d'une intégration de plus en plus poussée dans l'ensemble américain. La conséquence logique en fut l'accession des Hawaii au rang de cinquantième État des États-Unis (en même temps que l'Alaska), après référendum, le 21 août 1959. Seule vota non à l’intégration une partie de la minorité des métis hawaiiens, qui protestait ainsi, comme elle le fait aujourd’hui encore, contre leur dépossession politique en 1893 et 1898 et contre leur marginalisation sociale.

Les transformations récentes de l'économie hawaiienne

Les Hawaii, seul État non continental des États-Unis, ne sont ni le plus petit (47e rang) ni le moins peuplé (39e rang), mais leur originalité vient de leur niveau de vie élevé, puisqu'en 2005, avec un revenu par habitant de 30 040 dollars, l'archipel arrivait au 20e rang des États américains. Cette prospérité, évidente pour le visiteur, même si pour le coût de la vie Honolulu arrive en tête des grandes métropoles américaines, est directement liée à une profonde transformation de l'économie de l'archipel, passée de la primauté des plantations à une domination écrasante des services. En 2004, l'emploi dans le secteur primaire (pêche, agriculture, y compris conserveries d'ananas et sucreries) n'excédait pas 12 000 personnes, soit 2 p. 100 du total, dans le secteur secondaire (y compris la construction) 60 000 (10 p. 100) et dans le tertiaire 528 000 (90 p. 100).

Ce dernier chiffre traduit bien la tertiarisation de l'économie hawaiienne et l'évolution des grands secteurs d'activité depuis la Seconde Guerre mondiale.

Hawaii : sources de revenus

tableau : Hawaii : sources de revenus

tableau

Principales sources de revenus des îles Hawaii (en millions de dollars). 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Dans le secteur agricole, le fait majeur des dernières décennies, c’est l’effondrement des plantations. Malgré la remarquable productivité atteinte grâce notamment à une mécanisation très poussée, les coûts de la main-d’œuvre se sont révélés prohibitifs face à la concurrence internationale dans le contexte de la libéralisation mondiale des échanges. Pour la canne à sucre, on est tombé de 88 110 hectares produisant 1 059 735 tonnes de sucre brut en 1980 encore, à seulement 21 366 hectares (8 053 hectares récoltés, la canne poussant en deux ans aux Hawaii) et 261 000 tonnes de sucre en 2003. Seules subsistent la grosse plantation appartenant à Alexander & Baldwin, l’un des anciens Big Five, dans le centre de Maui, et à Kauai, la petite unité de la vieille dynastie familiale des Robinson. Pour l’ananas, dont, on l’a vu, le recul a été plus précoce, on est passé de 31 040 hectares en 1957 à 6 475 hectares en 2003, et le déclin se poursuit. Ces reculs massifs ne sont que partiellement compensés par l’essor d’autres cultures commerciales (ananas pour la vente de fruits frais, noix de macadamia, papayes, fleurs et plantes ornementales pour le continent) et par la modernisation d’activités anciennes (café, fruits et légumes pour le marché local, élevage bovin). En fait aujourd’hui, la principale ressource « agricole » de l’archipel pourrait bien être la culture clandestine du cannabis, pour laquelle les Hawaii arriveraient au second rang des États américains !

Au total, les activités agricoles légales ne représentent aujourd’hui, en y incluant la valorisation industrielle des sucreries et conserveries d’ananas, que 1 p. 100 du P.N.B. de l’État, bien loin des 9,3 p. 100 de 1959, et même des 4,8 p. 100 de 1986. C’est bien peu par rapport aux bases militaires et plus encore au tourisme (cf. tableau).

Tourisme, bases militaires et transferts financiers : les fondements de la prospérité économique

Du fait de leur situation au cœur même d'un Pacifique nord dont l'importance géopolitique et économique ne cesse de croître, les Hawaii sont devenues véritablement la clef de voûte du système stratégique américain, le siège du haut commandement des forces armées des États-Unis dans le Pacifique, et la base d'une puissante flottille de sous-marins nucléaires. Cette fonction militaire des Hawaii signifie la présence en permanence dans l'archipel de près de 50 000 militaires et autant de membres de leurs familles, le maintien de 20 000 emplois civils dans les arsenaux et les bases, et une injection massive de dollars à tous les niveaux.

Depuis une trentaine d'années cependant, c'est le tourisme qui s'est affirmé comme première ressource économique de l'archipel, et son poids n'a cessé de se renforcer au fil des ans, malgré quelques fluctuations liées à celles de l'économie américaine et de la conjoncture internationale. Les Hawaii sont devenues un des très grands foyers touristiques du monde, avec, en 2005, plus de 7 millions de visiteurs y ayant séjourné au moins une nuit. Ce formidable essor du tourisme a deux causes, en dehors de la séduction insulaire : d'une part, le développement de l'aviation (Honolulu est aujourd'hui au 20e rang des grands aéroports américains, avec 22 millions de passagers en 2005), d'autre part, l'appartenance aux États-Unis, qui fait des Hawaii une destination à l'intérieur du plus grand marché touristique du monde. La clientèle américaine continue d'ailleurs à fournir la majorité des touristes (4 573 000 personnes, 66 p. 100 du total en 2004), mais ils ne sont plus seuls. La clientèle japonaise (1 482 000 personnes) joue un rôle d’autant plus considérable que le visiteur nippon dépense en moyenne 252 dollars par jour de séjour (il reste surtout à Waikiki) contre 148 dollars pour l’Américain de Californie, par exemple. Le Canada (217 000 personnes), l’Australie et la Nouvelle-Zélande (132 000 personnes), voire les pays européens (115 000 personnes) ne sont pas à négliger.

L'infrastructure hôtelière est impressionnante tant par la quantité que par la qualité : 72 600 chambres en 2004, dont un peu plus de 36 000 à Oahu (presque toutes dans l'énorme complexe touristique de Waikiki), et plus de 36 600 chambres dans les autres îles, dont 18 500 à Maui (grands complexes de Lahaina-Kaanapali et de Kihei-Wailea), 10 000 dans l'île d'Hawaii et 8 000 à Kauaï. Les Hawaii bénéficient d'une intense activité touristique toute l'année.

Les autres activités économiques des Hawaii sont le plus souvent nées de la prospérité d'une population à haut niveau de vie et largement ouverte sur le monde extérieur : un peu d'industrie (raffinage pétrolier, impression de tissus hawaiiens, constructions), un commerce et des services très actifs. Quant aux grandes sociétés hawaiiennes (Big Five), elles sont devenues de très puissants groupes internationaux largement implantés aux États-Unis et dans le monde entier (Castle & Cooke, Amfac), mais qui ont de ce fait perdu en partie leur spécificité insulaire, voire ont disparu au sein de groupes continentaux. Seul le groupe Alexander & Baldwin a conservé son enracinement insulaire. En revanche, les investissements étrangers, notamment japonais, se sont considérablement développés, dans les secteurs touristique, foncier (golf) et immobilier notamment, même si la période de stagnation économique du Japon, à la fin des années 1990, a entraîné un retrait important des investisseurs nippons. Surtout, on assiste aujourd'hui, dans les îles autres qu'Oahu, à l'arrivée de nombreux riches retraités du continent, qui achètent des maisons pour profiter, comme en Floride, du calme, des avantages climatiques et de la beauté des paysages.

La priorité écrasante des services dans l'économie des Hawaii a eu pour conséquence première l'accentuation des déséquilibres régionaux au profit d'Oahu, où sont les bases militaires, et de Waikiki : en 1965, 82,7 p. 100 de la population vivaient à Oahu (9,5 p. 100 de la surface de l'archipel). Depuis cette date, le développement de grands ensembles touristiques dans les autres îles a permis, malgré la disparition de nombreuses plantations, de renverser un peu la tendance, et Oahu ne représentait plus, en 2000, que 72,3 p. 100 de la population résidente (militaires compris). Ensuite, l'intégration de plus en plus poussée de l'archipel dans l'ensemble américain et pacifique se traduit bien sûr par une dépendance accrue à l'égard du monde extérieur. Les Hawaii importent massivement du continent denrées alimentaires et produits manufacturés, et attirent investisseurs et spéculateurs du continent mais aussi du Japon. Elles ne contrôlent ni la politique militaire américaine ni l'évolution des marchés « producteurs » de touristes qui les font vivre. Il serait cependant tout à fait excessif d'y voir simplement une fragilité dangereuse pour l'avenir.

Honolulu

L'agglomération de Honolulu, avec plus de 800 000 habitants (372 000 hab. dans la ville proprement dite), est, au début du xxie siècle, de loin la plus grosse ville de l'archipel (la capitale de l'île d'Hawaii, Hilo, deuxième agglomération, ne dépasse guère 49 000 hab.), mais aussi de tout le Pacifique insulaire tropical, sur lequel elle exerce une forte attraction. Née, dès la fin du xviiie siècle, de la possibilité d'ouvrir à travers la barrière corallienne un petit port accessible aux bateaux européens, Honolulu s'est développée dans la plaine sous le vent du sud-est d'Oahu, montant à l'assaut des planèzes du versant sud-ouest de la chaîne de Koolau, s'insinuant dans les vallées et débordant aujourd'hui largement sur le versant au vent au pied des Pali (Kaneohe-Kailua).

Honolulu est aujourd'hui une ville tripolaire, avec, au centre (downtown), le quartier des affaires dominé par les grandes tours de bureaux, flanqué à l'est du quartier administratif avec l'ancien palais royal et le nouveau capitole et à l'ouest de la Chinatown entièrement rénovée et des installations portuaires.

Deuxième pôle, vers l'ouest-nord-ouest, au-delà de l'aéroport international situé à 6 km environ du centre, commence l'énorme complexe militaire de Pearl Harbor, au-delà duquel, à l'extrémité sud-ouest de l'île, se trouvent les activités industrielles (raffinage pétrolier) de Barbers' Point.

Enfin, à l'est, à 4 km du centre, le vieux village indigène de Waikiki au pied du cône de Diamond Head est devenu l'impressionnant complexe touristique dominé par les grands buildings hôteliers du front de mer. Au-delà, vers l’est, jusqu’au petit cône volcanique de Koko Head, se succèdent lotissements et ensembles résidentiels.

Une société pluriethnique

La population des Hawaii comptait, au recensement de 2000, 1 211 534 personnes, comprenant, il est vrai, 100 000 militaires et dépendants (dont la durée de séjour est de trois ans en moyenne). Ce qui est frappant dans cette population, pour des raisons historiques déjà évoquées, c'est son hétérogénéité. Le groupe le plus important est celui des Caucasiens (Blancs) avec 32,7 p. 100 au total, suivi des Japonais (22,44 p. 100), des Philippins (18,98 p. 100), des Hawaiiens (8,91 p. 100), des Chinois (6,29 p. 100). Mais 25,8 p. 100 des habitants déclarent plusieurs origines ethniques, ce qui témoigne d’un métissage de plus en plus important, rendant les classifications difficiles. Ces mélanges sont le signe du développement d'une véritable société multiraciale aux Hawaii, version insulaire du melting-pot américain, qui a pu se développer dans le contexte de la prospérité de l'archipel et dans l'acceptation des valeurs fondamentales de la civilisation américaine.

Cela ne signifie certes pas la disparition totale des spécificités ethniques, ni des stéréotypes qualifiant chaque groupe aux yeux des autres, ni des inégalités de réussite économique et sociale. Qu'il suffise de rappeler que, par le biais du commerce, de l'instruction, de la politique, les Orientaux, Chinois, Japonais ou Coréens, ont remarquablement su s'insérer dans le nouveau contexte de la société hawaiienne tandis que d'autres groupes, métis d'Hawaiiens, voire Portugais, réussissaient souvent moins bien et voyaient ainsi leur position relative se dégrader. Cependant, la diversité même des origines et l'importance des mélanges ne laissent à aucune ethnie la possibilité de devenir vraiment dominante. Même en politique, la domination japonaise s'est largement atténuée depuis l'élection d'un métis d'Hawaiien, au poste de gouverneur, en 1986, remplacé depuis par un Philippin, puis une Caucasienne.

En fait, la diversité ethnique des Hawaii est devenue un atout considérable dans les rôles que tend de plus en plus à jouer l'archipel dans le Pacifique, celui d'une vitrine de la civilisation américaine et celui de pont culturel entre l'Orient et l'Occident. Le développement de la recherche, de l'université, de l'East West Center matérialisent aujourd'hui cette ambition.

—  Christian HUETZ DE LEMPS

Bibliographie

Altas of Hawaii, Univ. Press, Honolulu, 3e éd. 1998

G. Daws, Shoal of Time : A History of the Hawaiian Islands, ibid., 1974

Department of Business, economic development and tourism, Annual Data Book (statistiques d'Hawaii), Honolulu (publ. depuis 1962)

L. Fuchs, Hawaii Pono : A Social History, Harcourt, Brace & World, New York, 1961

C. Huetz de Lemps, Les Îles Hawaii, étude de géographie humaine, thèse, Bordeaux, 1977, 5 vol. ; « De la primauté des plantations à l'économie de services : l'exemple des Hawaii », in Îles tropicales, C.R.E.T., univ. Bordeaux-III, coll. Îles et Archipels, no 8, Bordeaux, 1987

Melting pot et salad bowl. Le fragile équilibre de la société pluriethnique des îles Hawaii, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, 2007

R. S. Kuykendall, The Hawaiian Kingdom, Univ. Press, 3 vol., 1938-1967

A. W. Lind, Hawaii's People, ibid., 1980

J. R. Morgan, Hawaii. A Geography, Westview Press, Boulder (Colo.), 1983

R. C. Schmitt, Demographic Statistics of Hawaii, Univ. Press, 1968.

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HAWAII  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

  • Écrit par 
  • Maurice GODELIER
  •  • 5 144 mots

Dans le chapitre « Développement de l'inégalité »  : […] En définitive, le grand problème reste celui du développement de l'inégalité dans les sociétés primitives et des conditions et voies d'apparition de formes primitives d'État et de classes sociales. Il est utile de rappeler que, dès ses formes les plus primitives, la société archaïque comporte déjà, sur la base de la division sexuelle du travail, des statuts inégaux pour les hommes et les femmes e […] Lire la suite

CHEFFERIE

  • Écrit par 
  • Henri LAVONDÈS, 
  • Jean-Claude PENRAD
  •  • 2 924 mots

Dans le chapitre « Système du « big man » et chefferie en Océanie »  : […] La réflexion sur les systèmes politiques océaniens reste dominée par un retentissant article de Marshall Sahlins (1963), qui, plusieurs fois republié et devenu un classique, oppose le système dit du big man , caractéristique de la Mélanésie, où le statut de chef s'acquiert par des efforts personnels, et la chefferie polynésienne, où la qualité de chef est déterminée à l'avance par l'hérédité et […] Lire la suite

HAWAII VOLCANS DES ÎLES

  • Écrit par 
  • Alain Gil MAZET
  •  • 206 mots
  •  • 1 média

L'île principale de l'archipel d'Hawaii, ou île d'Hilo, de forme subtriangulaire, est un immense volcan bouclier basaltique composé, dont la base circulaire repose par 4 000 mètres de profondeur, et dont la partie émergée atteint 4 000 mètres d'altitude. Il comporte cinq centres éruptifs, dont deux sont éteints (Kohala, au nord-ouest, 1 680 m d'altitude ; Mauna Kea, au nord-est, 4 000 m d'altitu […] Lire la suite

HONOLULU

  • Écrit par 
  • Christian HUETZ DE LEMPS
  •  • 918 mots
  •  • 1 média

Capitale du cinquantième État des États-Unis, les îles Hawaii, Honolulu est la plus grande agglomération des mondes insulaires du Pacifique tropical, bien loin devant Suva (Fidji), Papeete ou Nouméa. Elle occupe tout le sud et l'est de l'île d'Oahu (1 574 km 2 ), et si la ville proprement dite ne compte que 375 571 habitants (en 2007), on ne peut en séparer son prolongement occidental (district d' […] Lire la suite

ÎLES

  • Écrit par 
  • Guy LASSERRE
  • , Universalis
  •  • 5 314 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'évolution économique des îles »  : […] Primitivement vouées à l' agriculture vivrière et à la pêche, les îles ont diversifié leur économie depuis la colonisation. L'Océanie offre encore d'excellents exemples d'agriculture traditionnelle reposant sur les rhizomes, les racines et tubercules , et sur le cocotier . Mais les puissances coloniales accaparèrent des terres – et souvent les meilleures – pour développer les cultures d'exportatio […] Lire la suite

INTERDIT

  • Écrit par 
  • Claude RABANT, 
  • Pierre SMITH
  •  • 6 123 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'exploitation sociale et politique de l'interdit »  : […] Pourtant, certains faits semblent contredire ce tableau. Dans diverses sociétés, telle ou telle transgression pouvait entraîner une réaction punitive du groupe social et de l'autorité politique. Dans plusieurs sociétés, en Polynésie notamment, il était également possible à certains personnages d'imposer des tabous inédits afin, par exemple, de protéger leurs biens ou de promouvoir leur prestige. L […] Lire la suite

KAMEHAMEHA LES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul LATOUCHE
  •  • 204 mots

Comme dans toute la Polynésie (Tahiti, Tonga, Samoa), la centralisation du pouvoir dans les îles Hawaii au cours du xviii e et du xix e siècle s'effectue par le jeu d'alliances politiques traditionnelles ainsi que sous la pression des premiers voyageurs, colons et missionnaires et avec les moyens nouveaux que ceux-ci ont introduits. Kamehameha est le nom du premier « roi » de Hawaii (1795-1819). […] Lire la suite

KILAUEA

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 579 mots

Le volcan Kilauea, dans le sud de l'île d'Hawaii, est la manifestation d'un point chaud intraplaque océanique : remontée profonde de magma du manteau, voire de l'interface du noyau et du manteau. Les points chauds ont deux particularités : d'abord celle d'être très stables, (étant peu affectés semble-t-il par les mouvements convectifs du manteau, ils passent les ères géologiques sans changement […] Lire la suite

LILIUOKALANI (1838-1917) reine de Hawaii (1891-1893)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 646 mots

Première et unique reine de Hawaii (1891-1893), Liliuokalani fut le dernier souverain national à gouverner l'archipel, annexé par les États-Unis en 1898. Lydia Kamakaeha naît le 2 septembre 1838, à Honolulu (Hawaii), dans une famille noble. Sa mère, Keohokalole, est conseillère du roi Kamehameha III. Élevée, comme toute princesse hawaiienne, par les missionnaires, la jeune Lydia reçoit une éducat […] Lire la suite

MASQUES - Le masque en Océanie

  • Écrit par 
  • Christian COIFFIER
  •  • 8 691 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Micronésie et Polynésie »  : […] La Micronésie et la Polynésie ont été souvent présentées comme des régions où les masques n'existaient pas. Certains auteurs ont écrit qu'ilsauraient été remplacés en Polynésie par le tatouage, comme aux îles Marquises, et par les scarifications chez les Maoris de Nouvelle-Zélande. Ces affirmations doivent être nuancées, mais c'est un fait que l'on ne possède que très peu de masques collectés par […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis. Nouveau décret anti-immigration. 24 septembre - 17 octobre 2017

le 29 par une organisation de défense des libertés civiles. Le 17 octobre, un juge fédéral d’Hawaii suspend l’application du nouveau décret, hormis ses dispositions concernant la Corée du Nord et les responsables vénézuéliens. Il juge que le texte, qui devait entrer en vigueur le lendemain, « souffre des mêmes maux que son prédécesseur ». Cette décision a une portée nationale. […] Lire la suite

États-Unis. Suspension du nouveau décret anti-immigration. 6-16 mars 2017

d’un régime privilégié. Les 15 et 16, des juges fédéraux saisis respectivement par les États d’Hawaii et du Maryland suspendent le second décret, estimant que celui-ci est, comme le premier, discriminatoire envers les musulmans. […] Lire la suite

Japon – États-Unis. Visite du Premier ministre japonais à Pearl Harbor. 27 décembre 2016

Le Premier ministre japonais Shinzō Abe, qui effectue la première visite d’un dirigeant nippon à Pearl Harbor (Hawaii) au côté du président américain Barack Obama, exprime les « condoléances éternelles » de son peuple pour l’attaque aérienne de la base navale américaine en décembre 1941 […] Lire la suite

Corée du Nord. Tirs de missiles balistiques. 5-15 juillet 2006

Le 5, Pyongyang procède aux tirs d'essai de sept missiles balistiques en mer du Japon, dont un à longue portée, qui échoue, capables en théorie d'atteindre les territoires américains de l'Alaska ou d'Hawaii. La communauté internationale condamne ces tirs qui, selon le président George W. Bush […] Lire la suite

Asie. Tsunami meurtrier. 26-31 décembre 2004

sont privées d'abri. L'absence, dans l'océan Indien, d'une structure de surveillance comparable au Centre d'alerte des tsunamis d'Hawaii pour le Pacifique, fait l'objet de critiques. La présence dans la région de très nombreux touristes étrangers – notamment suédois, norvégiens, australiens, autrichiens […] Lire la suite

Pour citer l’article

Christian HUETZ DE LEMPS, « HAWAII », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hawaii/