O.G.M.Les risques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les risques socio-économiques

Les plantes et les animaux sélectionnés classiquement ne sont pas brevetés. Pour les semences, le système de protection qui a été mis en place donne satisfaction depuis plusieurs décennies. S'appuyant sur un certificat d'obtention végétal (C.O.V.), il oblige les agriculteurs à payer une redevance au semencier pour exploiter une variété donnée. En retour, l'agriculteur bénéficie d'une libre disposition de cette semence. Ce système s'accommode bien de l'impossibilité qu'il y a de décrire en détails les modifications génétiques qui résultent de la sélection classique.

À l'inverse, la modification génétique d'un O.G.M. est parfaitement connue et donc en principe brevetable. Les O.G.M. alimentaires, de façon générale, ne sont pas pour autant brevetés en tant que tels dans la mesure où l'addition d'un gène, aussi intéressante soit elle, ne saurait autoriser son inventeur à s'approprier l'ensemble des gènes dont la présence et l'action résultent d'une sélection génétique réalisée par nos ancêtres pendant des millénaires. Les entreprises peuvent, en revanche, breveter les gènes et les méthodes qui ont été mis en œuvre pour obtenir des O.G.M. Le brevetage des gènes en tant que tels n'est pas admis par beaucoup de citoyens qui considèrent qu'il s'agit d'un bien commun à toute l'humanité. Un tel brevetage est en principe impossible puisque l'identification d'un gène est une découverte et non une invention. Il paraît en revanche acceptable de breveter un gène pour une utilisation biotechnologique bien définie. Cela ne doit en rien empêcher un autre inventeur de breveter le même gène pour une autre application. Le semencier protège donc l'utilisation des O.G.M. qu'il a créés par l'intermédiaire des brevets qu'il prend sur les gènes et les méthodes mises en œuvre pour les obtenir.

L'utilisation des O.G.M. engendre donc des changements dans les pratiques agricoles et commerciales. Les O.G.M. actuels sont normalement féconds et ils peuvent donc être ressemés comme les autres plantes. Pour protéger leurs inventions, les semenciers imposent aux agriculteurs de ne pas réutiliser les semences O.G.M. plus qu'un nombre de fois précisé dans un contrat. Ce système n'est pas satisfaisant pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, depuis des millénaires, l'agriculture consiste à ressemer une partie des graines qui ont été récoltées. Les agriculteurs tolèrent donc mal les restrictions imposées par le pourvoyeur d'O.G.M. Certains semenciers procèdent à des prélèvements dans des champs, à l'insu des agriculteurs, pour révéler d'éventuelles utilisations frauduleuses de leurs semences. Ces prélèvements ont été suivis de procès mal acceptés et généralement perdus par les agriculteurs n'ayant pas respecté le contrat signé avec le semencier.

Le fait que les semences d'O.G.M. soient la propriété d'un nombre très réduit de semenciers n'est pas satisfaisant non plus et fait peser la menace d'un monopole de fait des semences O.G.M. Ce monopole est bien réel. Toutefois, les pays n'étant pas sous la coupe d'un brevet susceptible de protéger un O.G.M. donné peuvent légalement cultiver l'O.G.M. non juridiquement protégé. L'Argentine est ainsi devenue un des principaux pays producteurs de soja transgénique en ressemant de multiples fois les semences de soja résistant au Roundup sans rien devoir au semencier. Il existe, par ailleurs, un marché libre des semences O.G.M. dans plusieurs continents. Les semences de soja résistant au Roundup sont ainsi passées massivement de l'Uruguay, où ces semences étaient autorisées, au Brésil, où elles ne l'étaient pas, les agriculteurs brésiliens trouvant leur intérêt à utiliser ces O.G.M. Le gouvernement brésilien s'est ainsi vu dans l'obligation d'autoriser la culture d'O.G.M. qui se répandait dans le pays sans le moindre contrôle.

Un nombre croissant de laboratoires académiques préparent des O.G.M. destinés souvent aux pays en développement. De tels projets sont en effet potentiellement intéressants pour les agriculteurs mais non rentables pour les industriels qui ne peuvent donc pas prendre en charge de telles opérations. Certains pays en développement se sont eux-mêmes dotés d'organismes capables de préparer leurs propres O.G.M. sans être bloqués par des brevets qui n'ont pas cours dans leurs pays ou qui sont devenus obsolètes. Un monopo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

  • : directeur de recherche, unité de biologie du développement et reproduction, Institut national de la recherche agronomique

Classification

Autres références

«  O.G.M. (organisme génétiquement modifié)  » est également traité dans :

O.G.M. - Production et utilisation

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 4 084 mots

La possibilité de connaître la structure des gènes, de les isoler ainsi que de les modifier ont logiquement amené les chercheurs, puis les industriels, à transférer des gènes isolés dans des organismes vivants. Ces gènes sont appelés des transgènes.Ces opérations restent relativement complexes, mais elles sont de plus en plus standardisées et leurs applications attendues sont multiples.De la décou […] Lire la suite

BREVET SUR UN O.G.M.

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 198 mots

Au début des années 1970, le microbiologiste indien Ananda Chakrabarty invente, pour le compte de la General Electric Company, une bactérie génétiquement modifiée capable de dégrader les hydrocarbures. Le brevet qu'il demande lui est alors refusé, conformément à la jurisprudence (Plant Patent Act, 1930) excluant les êtres vivants – à l'exception des plantes […] Lire la suite

COMMERCIALISATION DU PREMIER O.G.M.

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 197 mots

Durant l'été de 1994, une tomate d'un genre nouveau apparaît sur les étals de Californie et du Midwest américain. Produite par la firme américaine Calgene, la tomate flavr savr (jeu sur les mots flavour parfum, et savour, goût) a été génétiquement modifiée pour rester ferme plus longtemps, ce qui lui permet d'être récoltée à maturité, con […] Lire la suite

PLANTES GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉES ET RÉSISTANCE

  • Écrit par 
  • Denis BOURGUET
  •  • 2 250 mots
  •  • 3 médias

Les plantes génétiquement modifiées (P.G.M.), cultivées pour la première fois au milieu des années 1990, se sont imposées dans de nombreux pays, tels que les États-Unis, le Brésil, l’Argentine ou l’Inde. L’extension rapide de ces cultures a suscité maints doutes quant à leur innocuité et éveillé la crainte de possibles impacts sanitaires et environnementaux, […] Lire la suite

PREMIÈRES SOURIS TRANSGÉNIQUES

  • Écrit par 
  • Louis-Marie HOUDEBINE
  •  • 324 mots

L'obtention des souris transgéniques en 1980 par John W. Gordon et Frank H. Ruddle n'a eu d'écho qu'auprès de spécialistes. Ces expériences démontraient en effet qu'il était possible de transférer des gènes étrangers par micro-injection directe dans un des pronoyaux des embryons de souris au stade d'une cellule. Les expériences qui suivirent confirmèrent ces […] Lire la suite

RÉSISTANCE D'UN INSECTE À UN PESTICIDE DE MAÏS O.G.M.

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 481 mots

Lachrysomèle du maïs (Diabrotica virgifera virgifera) est uncoléoptère dont les larves s'attaquent aux racines de la graminée et sont particulièrement destructrices. L'insecte est certainement originaire d'Amérique centrale (comme le maïs) et est endémique dans toutes les zones d'Amérique du Nord où la culture du maïs est intensive. La métho […] Lire la suite

AGRICULTURE - Histoire des agricultures depuis le XXe siècle

  • Écrit par 
  • Marcel MAZOYER, 
  • Laurence ROUDART
  •  • 9 956 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Perspectives »  : […] Les acquisitions et locations de terres à la suite de la crise de 2007-2008 ont été si amples et si rapides qu'elles entraînent un risque élevé de concentration croissante du contrôle de la terre et de ses ressources, et d'exclusion de très nombreuses populations rurales pauvres. Or, pour beaucoup d'entre elles, la terre est la principale ou la seule source possible de moyens d'existence : elles n […] Lire la suite

AGRICULTURE DURABLE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 5 427 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Agriculture durable et plantes génétiquement modifiées »  : […] Si le recours à des semences de plantes génétiquement modifiées est tout à fait exclu des formes les plus radicales d’agriculture durable, il ne l’est pas a priori pour d’autres formes d’agriculture durable dont celles qui sont développées par l’A.E.I. ou par l’I.A.D. Au Brésil, l’agriculture de conservation utilise largement les plantes transgéniques. Si celles-ci demeurent très peu cultivées da […] Lire la suite

AGRONOMIE

  • Écrit par 
  • Stéphane HÉNIN, 
  • Michel SEBILLOTTE
  •  • 9 159 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Amélioration des plantes »  : […] L' agriculture a pour objet de produire des plantes, et tous les progrès de la science qui ont été évoqués jusqu'ici ont surtout permis d'assurer leur croissance et leur défense. Il fallait également améliorer le matériel végétal. E. Schribaux proteste, dans l'introduction de sa Botanique agricole , contre la suprématie donnée à la chimie. Certes, les sélectionneurs privés, comme les Vilmorin, a […] Lire la suite

ALIMENTATION (Économie et politique alimentaires) - Enjeux de politiques publiques

  • Écrit par 
  • Daniel NAIRAUD
  •  • 6 100 mots

Dans le chapitre « Reconnaissance du principe de précaution »  : […] Défini pour la première fois par le règlement C.E. 178/2002, ce nouveau principe juridique ne doit pas être confondu avec le comportement ou la démarche de précaution, qui n'est rien d'autre que la simple obligation de prudence, dont chacun est redevable à l'égard d'autrui dans l'exercice de toute activité. L'article 7 du règlement stipule que « dans des cas particuliers où une évaluation des inf […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

12 juin 2014 Union européenne. Compromis sur les O.G.M.

Les ministres de l'Environnement de l'Union s'accordent pour modifier la réglementation relative à l'autorisation de mise en culture des organismes génétiquement modifiés (O.G.M.). Les États qui le souhaitent pourront désormais s'opposer à la mise en culture d'O.G.M. sur leur sol, malgré l'autorisation accordée par Bruxelles, sans avoir à invoquer de clause de sauvegarde et sans s'exposer à des poursuites en justice. […] Lire la suite

2 mars - 14 avril 2009 Union européenne. Désaccord sur la culture du maïs génétiquement modifié

La Commission européenne, qui a autorisé la culture des O.G.M. et a également lancé des poursuites contre les pays qui n'appliquaient pas les directives en la matière, se trouve donc dans une situation embarrassante. Le 14 avril, l'Allemagne interdit également la culture du maïs génétiquement modifié « dans l'intérêt de l'environnement » sur son territoire. […] Lire la suite

13-22 mai 2008 France. Adoption du projet de loi sur les O.G.M.

Le 20, l'Assemblée adopte le projet de loi sur les O.G.M. établi par la commission mixte paritaire et réinscrit à l'ordre du jour par le gouvernement. Le texte final est celui qu'avait voté le Sénat en première lecture en avril, comprenant l'amendement sur la protection des filières « sans O.G.M. ». Le 22, le Sénat adopte définitivement le texte.  […] Lire la suite

2-16 avril 2008 France. Examen du projet de loi sur les O.G.M.

Le 2, l'Assemblée nationale, qui examine depuis la veille le projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés (O.G.M.) voté en première lecture au Sénat en février, adopte, grâce au ralliement d'élus de la majorité, un amendement de l'opposition. Placé en tête du texte, il en modifie l'esprit, énonçant notamment que les O.G.M. doivent être cultivés « dans le respect des structures agricoles, des écosystèmes locaux et des filières de production et commerciales qualifiées „sans O. […] Lire la suite

9-11 janvier 2008 France. Moratoire sur la culture des O.G.M.

Le 11, comme le chef de l'État en avait annoncé l'éventualité dans sa conférence de presse du 8, le gouvernement engage la procédure afin de déposer une clause de sauvegarde sur la culture du MON 810, jusqu'à la réévaluation par les instances européennes de l'autorisation de commercialisation de cet O.G.M. Cela aboutit à instaurer un moratoire sur la culture des O. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis-Marie HOUDEBINE, « O.G.M. - Les risques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/o-g-m-les-risques/