NOTATION MUSICALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les notations musicales dans le monde asiatique

Notations à caractère neumatique

Visant à traduire un mouvement mélodique, les notations à caractère neumatique se composent de signes graphiques reproduisant dans certains cas une chironomie qui existe, ou a existé, parallèlement. Elles concernent en priorité des musiques vocales et elles se sont maintenues, sans rupture de tradition, semble-t-il, jusqu'à l'époque contemporaine. Formées de courbes plus ou moins complexes, de traits et de points placés au-dessus ou à côté du texte chanté, elles sont utilisées pour la transmission des musiques rituelles bouddhiques au Tibet et au Japon.

Notations à caractère accentuel

La notation à caractère accentuel se limite à un petit nombre d'accents tracés de part et d'autre des syllabes d'un texte pour indiquer les hauteurs de sons applicables à chacune de ces syllabes. Telle est la notation utilisée en Inde pour le chant du Veda, en référence à trois sons de base, désignés par les termes udātta, anudātta, svarita . Les différentes durées sont indiquées par la « quantité » (brève ou longue) des syllabes du texte ; celle-ci est régie par des règles strictes consignées dans les traités de métrique. Dans des publications plus récentes, les accents ont été remplacés par des chiffres.

Notations alphabétiques ou syllabiques

Le système indien du sargam

Dans la théorie musicale indienne, hindusthanie ou carnatique, les différents degrés d'une échelle de sept sons à l'octave sont désignés par la syllabe initiale du nom sanscrit de chacun de ces sons, soit, en mouvement ascendant :

Certains de ces degrés peuvent être altérés : abaissés (komal) ou haussés (tivra).

Ce système de référence s'est imposé dans toute l'Inde, quelle que soit l'écriture employée ou la langue considérée (bengali,  

marathi, tamoul, hindi...). Il est souvent complété par des signes conventionnels indiquant les durées ou les ornements.

La notation chinoise et ses dérivées

Certains idéogrammes chinois ont été traditionnellement associés à douze hauteurs de sons (), définies par rapport à la longueur de douze tuyaux-étalons ou de jeux de douze cloches. Seuls cinq de ces sons, complétés par deux sons auxiliaires (bian zhi et bian gong), ont été employés dans les compositions musicales. La notation musicale repose donc sur l'emploi de cinq idéogrammes, adoptés, avec la même signification – mais avec des prononciations différentes – en Chine, en Corée, au Japon et au Vietnam (cf. traditions musicales – musiques d'inspiration chinoise). Pour noter une composition, la succession des degrés utilisés est disposée en colonnes verticales, parallèles aux colonnes du texte, lues de haut en bas et de droite à gauche.

Notations par onomatopées

Bon nombre de traditions musicales ont recours à des onomatopées pour désigner les sons obtenus sur différents instruments de musique : son sourd (dum) et son sec (tek) de la musique arabe, bols de la musique du nord de l'Inde qui désignent les différentes frappes exécutées par la main droite, la main gauche, les mains ensemble, avec la paume ou les doigts, au centre ou à la périphérie de la peau, sur le bord de la caisse du tambour, etc. Des formules composées d'une séquence déterminée de bols et appelées thekas sont mémorisées au cours de l'apprentissage et utilisées lors de l'exécution des tālas, qui servent de cadre rythmique à l'improvisation.

Les tablatures

Le mode de notation par tablatures renvoie non aux sons eux-mêmes mais à la manière de les produire sur un instrument donné : désignation de la corde d'une cithare ou d'un luth, indication des trous d'un instrument à vent, doigté, mode d'attaque. Il a été employé dans le monde sino-japonais dès l'époque T'ang, et peut-être avant, le plus souvent en complément de la notation des hauteurs au moyen d'idéogrammes. Les plus anciennes tablatures sont relatives au jeu de la cithare sur table, du luth p'i-p'a, de la flûte traversière.

Notations relatives à l'organisation du temps

Dans le monde arabo-islamique, les efforts pour trouver une notation originale ont été divers, mais toujours liés à l'œuvre des théoriciens. Seuls des systèmes graphiques illustrant les différents modes rythmiques, avec leur nombre d'unités de temps, leurs articulations de temps forts et de temps faibles se sont diffusés et on [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Neumes

Neumes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Neumes et notation carrée

Neumes et notation carrée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Notation mesurée

Notation mesurée
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Notation musicale : prolations de Philippe de Vitry

Notation musicale : prolations de Philippe de Vitry
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Afficher les 14 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., chargée de mission au musée des Arts asiatiques-Guimet
  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification

Autres références

«  NOTATION MUSICALE  » est également traité dans :

NOTATION MUSICALE MODERNE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 182 mots
  •  • 1 média

Le moine Guido d'Arezzo (Guy d'Arezzo ; vers 991-après 1033) invente la solmisation, système de notation musicale – doublé d'une méthode pédagogique – dans lequel les notes sont chantées sur des syllabes. La solmisation utilise les premières syllabes des six premiers vers d'un hymne à saint Jean-Baptiste (ut, ré, mi, fa, sol, la […] Lire la suite

ARMA PAUL (1904-1987)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 1 390 mots

Né le 22 octobre 1904 à Budapest, mort le 28 novembre 1987 à Paris, le compositeur français d’origine hongroise Imre Weisshaus (qui adoptera le pseudonyme Paul Arma lors de son installation à Paris) apprend le piano dès l'âge de cinq ans et reçoit, de 1920 à 1924, un enseignement très complet, notamment en analyse et en écriture musicales, à l'Académie Franz-Liszt de Budapest, où Béla Bartók lui […] Lire la suite

ARRANGEMENT, musique

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 4 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'arrangement considéré comme une adaptation »  : […] La vogue grandissante des musiques dites baroques a suscité la construction de fac-similés d' instruments anciens. Certains musiciens et une partie du public ont donc maintenant l'impression, d'ailleurs contestable, de pouvoir jouer et entendre de la musique des siècles passés dans une version originale, donc sans arrangement d'aucune sorte. Mais il arrive que les instruments pour lesquels une œuv […] Lire la suite

ARS ANTIQUA

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 900 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie musicale et la notation »  : […] Les manuscrits sont notés en notation noire, de forme carrée, qui sera mesurée ou proportionnelle vers le xiii e  siècle. Les valeurs utilisées sont la longue ( longa ), la brève ( brevis ) écrites sur le parchemin sans lever la plume d'oie, des notes d'ornement et des silences. Peu à peu, les valeurs plus petites seront nécessaires ; la semi-brève, semi brevis , en groupe puis autonome, s'ajouter […] Lire la suite

ARS NOVA

  • Écrit par 
  • Roger BLANCHARD
  •  • 6 410 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les progrès de la notation »  : […] L'essentiel des innovations reprochées aux musiciens par Jean XXII trouve sa source dans les progrès de la notation. Depuis l'époque des neumes jusqu'à l' école de Notre-Dame, la notation musicale était restée imprécise. C'est aux disciples de Pérotin qu'il faut attribuer les premières réformes qui furent à l'origine de la notation dite proportionnelle ( nota mensurabilis ). Les musiciens de l'éco […] Lire la suite

ARS NOVA (P. de Vitry)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 311 mots

Le compositeur et théoricien de la musique Philippe de Vitry, qui occupera des charges importantes – notaire royal, maître des requêtes, conseiller... – auprès des rois de France Charles IV le Bel, Philippe VI et Jean II le Bon avant de devenir en 1351 évêque de Meaux, fait paraître vers 1320 un traité théorique en latin, Ars nova , qui va infléchir le cours de la musique occidentale en proposant […] Lire la suite

BASSE, musique

  • Écrit par 
  • Henry BARRAUD
  •  • 3 508 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La basse chiffrée »  : […] Devant ces faits, on peut comprendre que, à un certain moment et pendant une période limitée de l'histoire, tout l'essentiel d'une œuvre musicale ait pu paraître se réduire à la ligne mélodique et à la basse, les sons situés entre ces deux extrêmes ne participant plus qu'à un remplissage harmonique étroitement déterminé par ces deux éléments. On se contente dès lors de fixer par l'écriture ces de […] Lire la suite

BÉCARRE, musique

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 167 mots

Signe musical ♮ qui, placé devant une note, annule l'altération qui l'affectait, dièse ou bémol, que cette altération soit passagère (valable pour la seule mesure), ou constitutive (prévue pour tout un morceau par l'ensemble des altérations notées en début de portée, que l'on nomme armature). On remarquera que, jusqu'au xviii e siècle, une note diésée revenait au naturel par l'emploi, non d'un bé […] Lire la suite

BRAILLE

  • Écrit par 
  • Françoise MAGNA
  •  • 6 987 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Braille musical »  : […] Avant 1829, le procédé de Valentin Haüy (gaufrage des partitions ordinaires) était employé. En raison de son coût et de la difficulté de la lecture, les aveugles apprenaient les partitions par cœur, plutôt que de les déchiffrer. Plus tard, Galliod imagina une notation très simple où les caractéristiques des hymnes et des psaumes étaient figurées par des séries de chiffres. De telles feuilles impr […] Lire la suite

BROWN EARLE (1926-2002)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 846 mots

Associé de John Cage – aux côtés de Morton Feldman, David Tudor et Christian Wolff –, le compositeur américain Earle Brown, pionnier de la notation graphique et des formes ouvertes, est un des plus remarquables représentants de la mouvance expérimentale new-yorkaise des années 1950. Earle Appleton Brown, Jr. naît le 26 décembre 1926 à Lunenburg, ville du Massachusetts située près de Boston. Passio […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Mireille HELFFER, Alain PÂRIS, « NOTATION MUSICALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-musicale/