VEDA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les plus anciens documents que l'on possède sur les religions de l'Inde sont un ensemble de textes rédigés en sanskrit archaïque auxquels la tradition hindoue donne le nom de Veda, c'est-à-dire « le Savoir », « la Science (par excellence) ». Jouant un rôle analogue à celui de la Bible pour le judaïsme et le christianisme, le Veda fonctionne en principe comme un ouvrage de référence, qui a valeur normative dans tous les domaines intéressant la vie religieuse (rites, croyances) et sociale (organisation idéale de la société, éthique politique). Anciennement (du xvie au vie s. av. J.-C.) les règles védiques ne concernaient en réalité que les couches supérieures de la société et, depuis deux millénaires (ve s. à nos jours), l'hindouisme s'est donné d'autres textes religieux : la Bhagavad Gītā, les Purāṇa, les Tantra, etc. Pourtant, le Veda reste honoré, vénéré ; les jeunes brahmanes en apprennent par cœur de longues séquences, et certains mantras (formules, prières) sont encore utilisés à l'occasion de rites domestiques (mariage, initiation, funérailles). Mais cela n'est que peu de chose en comparaison de ce qu'était la liturgie ancienne, riche, complexe et concernant toutes les activités humaines.

Plus profondément, c'est la religion elle-même qui a changé au cours des siècles : à une époque où pratiques et croyances étaient exclusivement védiques succéda un temps où le Veda ne fut plus qu'une référence lointaine et sans efficacité. Ce passage du védisme à l'hindouisme se situe approximativement aux viie et vie siècles avant notre ère, moment où apparaît également le bouddhisme qui, pour sa part, se définit par un rejet absolu des enseignements du Veda. Néanmoins, les brahmanes ont su conserver, jusqu'à nos jours, au moins la lettre du Veda, sinon son esprit. Mais, nécessairement, ce qu'ils gardaient ainsi de la religion ancienne ne pouvait relever que du formalisme le plus étroit : les brahmanes soi-disant « védiques » professent un ritualisme desséchant qui n'a que peu de rapport avec ce que les textes eux-mêmes nous font connaître des croyances et des attitudes des fidèles du IIe millénaire avant notre ère.

Enfin, s'il est vrai que védisme et hindouisme sont l'un et l'autre des religions polythéistes où les rites obligatoires tiennent une large place, il reste que la perspective générale est profondément différente : là où l'hindouisme insiste sur la nécessité pour le fidèle d'avoir un rapport direct et personnel avec sa divinité d'élection (c'est ce que l'on appelle bhakti, « dévotion »), le védisme propose la recherche du salut collectif (familial, ou « national ») par l'intermédiaire du pater familias ou du roi. De plus, les grâces à obtenir des dieux sont volontiers décrites dans le Veda en termes de satisfactions matérielles (des chevaux, des esclaves, du butin), cependant que la Bhagavad Gītā, par exemple, met l'accent sur le destin eschatologique de l'individu – cohabitation post mortem avec Viṣṇu, ou libération définitive du monde phénoménal. Cette opposition ne doit cependant pas être trop systématisée, car le Veda connaissait aussi le salut personnel (« on offre les sacrifices parce que l'on désire gagner le Ciel », dit un texte rituel), de même que les prières hindoues à intentions « matérielles » se rencontrent assez fréquemment.

D'autres aspects du védisme font également contraste avec les éléments correspondants de l'hindouisme classique : le Veda, par exemple, ne connaît ni le système des castes (la société védique est divisée en « fonctions » très larges correspondant à peu près aux trois « états » de notre Ancien Régime), ni la doctrine de la transmigration ; le yoga lui est également inconnu, sauf dans les Upaniṣad qui marquent justement la fin du védisme ; enfin, Śiva et Viṣṇu n'apparaissent dans les textes védiques que de façon furtive et sans jouer de rôle important dans le panthéon, alors qu'ils sont, on le sait, les dieux majeurs de l'hindouisme.

De nos jours, le Veda se présente surtout comme un témoignage quasi unique sur une civilisation disparue, mais dont l'influence continue de se faire sentir de quelque façon sur la mentalité de plus d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Autres références

«  VEDA  » est également traité dans :

ARYENS

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 030 mots

Francisé en « aryen », le terme sanskrit ārya (avestique, airya ) signifie « excellent, honorable, noble ». Ainsi se désignent, avec la morgue coutumière des conquérants, les populations de langue indo-européenne qui, vers la fin du III e  millénaire avant l'ère chrétienne, s'établissent sur le plateau iranien pour pénétrer dans le Pendjab entre les ~ xviii e et ~ xv e siècles. Une imposture de […] Lire la suite

BRAHMANISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 3 618 mots

On entend sous le nom de brahmanisme l'aspect de la civilisation indienne qui succède à l'aspect dit védique et qui se continue dans ce que l'on a appelé l' hindouisme, forme récente du brahmanisme . La période « brahmanique » se situe approximativement entre le temps où les upaniṣad commencent d'être composées – vers le vi e - v e  siècle avant J.-C. – et les débuts de notre ère. Une telle délim […] Lire la suite

CALENDRIERS

  • Écrit par 
  • Jean-Paul PARISOT
  •  • 9 874 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Calendriers indiens »  : […] L'histoire des sciences en Inde est largement documentée depuis environ 2000 avant J.-C. Elle est connue à travers une littérature abondante rédigée en sanskrit. Vers 1500 avant J.-C., la civilisation de l'Indus est submergée par l'invasion des Aryens védiques et cette nouvelle période est caractérisée par l'élaboration du Veda (« le Savoir ») et des brāhmana . L'histoire du monde est partagée […] Lire la suite

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « Dette et devoir dans le vocabulaire sanscrit et dans la pensée brahmanique »  : […] Le terme sanscrit pour « dette » est le substantif neutre r̥ṇa . Il s'agit de la dette en tant qu'elle caractérise la condition du débiteur. Si, en effet, l'usage s'est établi en sanscrit classique de désigner le débiteur comme adhamarṇa , « celui qui est en position inférieure ( adhama ) par rapport à la dette », et le créancier comme uttamarṇa , « celui qui est en position supérieure ( uttama ) […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Grammaire et langage dans l'Inde ancienne

  • Écrit par 
  • Pierre-Sylvain FILLIOZAT
  •  • 3 029 mots

L' Inde a produit une littérature grammaticale très importante par son étendue et par sa profondeur. On peut y distinguer trois catégories d'ouvrages, trois directions d'activité intellectuelle. Tout d'abord, il y a des spéculations philosophiques et religieuses sur la parole attestées dès les Veda  : la faculté de parler est conçue comme une puissance supra-humaine, voire visualisée comme un être […] Lire la suite

HINDOUISME

  • Écrit par 
  • Anne-Marie ESNOUL
  •  • 9 182 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Viṣṇu »  : […] Le personnage de Viṣṇu (prononcer Vichnou) est extrêmement complexe : Āditya, fils d'Āditi, la Sans-Limite, s'inscrit dans une série de divinités védiques d'origine solaire ; cette origine est exprimée dès le Veda dans le mythe des trois pas par lesquels Viṣṇu couvre l'univers entier et qui symbolisent la course diurne du soleil. Par ailleurs, dans les brāhmaṇa , le dieu Nārāyaṇa, auquel on l'ide […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les doctrines philosophiques et religieuses

  • Écrit par 
  • Jean FILLIOZAT
  •  • 16 834 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Pūrvamīmāṃsā »  : […] Les Mīmāṃsāsūtra , texte de base de l'école, sont attribués à Jaimini. Leur date est inconnue. Ils ont été commentés par Śabarasvāmin probablement au v e  siècle après J.-C. Son commentaire, le Śabarabhāṣya , a été lui-même l'objet de deux gloses, une longue et une brève, par Prabhākara, et de plusieurs ouvrages d'exégèse par Kumārilabhaṭṭa : le Ślokavārttika , le Tantravārttika et la Ṭupṭīkā . C […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 560 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Mathématiques védiques »  : […] Des pratiques incluant mesures, comptes et pensées géométriques sont avérées parmi les très anciennes traces de peuplement du sous-continent indien, puisque les villes de la civilisation « de l’Indus » (sites de Mohenjo-Daro ou Harappa, environ 2500-1800 avant notre ère) sont connues pour être tracées au cordeau, avec des arrangements géométriques rectangulaires et carrés. La standardisation de l […] Lire la suite

LOGIQUE INDIENNE

  • Écrit par 
  • Kuno LORENZ
  •  • 6 603 mots

Dans le chapitre « Le mot et la chose »  : […] On comprendra que les doctrines des grammairiens et des mīmāṁsakas se caractérisent par une interrelation systématique entre la logique et la philosophie du langage, tandis que les doctrines des naiyāyikas et celles des logiciens bouddhistes s'accordent à insister sur les liens entre la logique et l' épistémologie. On n'aura donc pas lieu d'être surpris en constatant qu'une grave querelle entre la […] Lire la suite

NOTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Mireille HELFFER, 
  • Alain PÂRIS
  •  • 5 229 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Notations à caractère accentuel »  : […] La notation à caractère accentuel se limite à un petit nombre d' accents tracés de part et d'autre des syllabes d'un texte pour indiquer les hauteurs de sons applicables à chacune de ces syllabes. Telle est la notation utilisée en Inde pour le chant du Veda, en référence à trois sons de base, désignés par les termes udātta , anudātta , svarita . Les différentes durées sont indiquées par la « quan […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « VEDA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/veda/